Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘réticence’

On peut rire (Bernard Noël)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



Illustration: Raphaelle Zecchiero
    
on peut rire au bord
de ce qui nous manque
aimer l’heure creuse

caresser la porte
qui donne sur rien
la vie est si lente

pas de détriment
pas de réticences
mais la gourmandise

à quoi bon le doute
l’air toujours nouveau
pousse la fenêtre

la peau qui désire
fait tomber déjà
toutes les ceintures

(Bernard Noël)

 

Recueil: Un livre de fables
Traduction:
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La forêt à quelques pas (Valérie Canat de Chizy)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
la forêt
à quelques pas

où s’enfouir
profondément

chercher l’appui
des branches

leurs feuilles
duveteuses

lâcher les réticences

fils entre noués
formant un grillage

tout autour du corps
une seconde peau

(Valérie Canat de Chizy)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: numéro 77
Traduction:
Editions: revue Traction-Brabant

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On ne sépare plus l’horizon de l’être (Dominique Sampiero)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2016



on ne sépare plus l’horizon de l’être
affirmation ancrée dans le récit

du visible. Déçus nous parlons tout
de même de ce que nous endurons

de la lumière de son enchantement
sans langage de sa réticence d’exister

puisque délaissée par ce qui se retire
toute chose nous accorde de l’ombre

au centre l’immensité est recouverte
de branches de taillis de fougères

le paysage nous incline pour nous
soustraire à la béance de ce qu’il y eut

pourquoi s’adonner aux définitions
de l’enfance à la brutalité du tremblement

aux métaphores de l’éloignement ?

(Dominique Sampiero)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DOUCEUR DU SOUVENIR (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2016



DOUCEUR DU SOUVENIR

Souvenir ! ô douceur d’un amour qui s’achève !
Souvenir ! ô douceur d’un songe qui n’est plus
Rappel triste, en marchant, d’anciens vers qu’on a lus;
Écume de la mer dont s’argente la grève.

L’église a disparu, mais la cloche on l’entend !
Souvenir ! ô douceur de la convalescence !
Charme de la sourdine et de la réticence
Qui font paraître au loin le rythme plus chantant.

L’amour fini ressemble à la mélancolie
Du soir; au pied du mont, quand la flore est cueillie,
Il ne faut pas plus loin fatiguer ses genoux,

Ni trop s’époumoner à monter jusqu’au faîte,
Car, après tout, l’amour qui mit notre âme en fête
S’il eût été plus long aurait été moins doux

(Georges Rodenbach)

Illustration: Leonid Afremov

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :