Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘retiré’

Crépuscule d’automne (Saïgyô)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2018



Même à moi qui suis
retiré du monde il fait
connaître mélancolie
aux marais qui hante la bécasse
le crépuscule d’automne

(Saïgyô)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Rien ne s’annonce (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018



Illustration: Ravary Roussot
    
rien ne s’annonce
mon silence est muet
mais je demeure en attente
prêt à capter ce qui va sourdre

soudain des mots
surgissent s’assemblent
et lentement
au profond de la nuit
les murs s’élèvent

une maison basse et retirée
où chantonne
en permanence le vivifiant
murmure de la source

où celui qui s’est perdu
pourra venir se rejoindre
retrouver son visage
renouer avec son sang

Apaisement

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Danse, ô mon coeur ! (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2017



Illustration: Tomas Januska
    
Danse, ô mon coeur !
Aujourd’hui danse bondis de joie.

Les accents de l’amour emplissent les Jours et les nuits de musique
et l’univers prête l’oreille, ô mélodies !

Ivres de joie, la vie et la mort dansent au rythme de cette symphonie.
Les collines dansent et la terre et les flots.
Le monde de l’homme danse parmi le rire et les pleurs.

Pourquoi revêtir le froc du moine ?
Pourquoi vis-tu retiré du monde
dans l’orgueil de ta solitude ?

Voici mon coeur qui danse dans les délices de cent arts;
et le Créateur applaudit.

***

Dance, my heart! dance to-day with joy.
The strains of love fill the days and the nights with music
, and the world is listening to its melodies !

Mad with joy, life and death dance to the rhythm of this music.
The hills and the sea and the earth dance.
The world of man dances in laughter and tears;

Why put on the robe of the monk,
and live aloof from the world
in lonely pride ?

Behold ! my heart dances in the delight of a hundred arts;
and the Creator is well pleased.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Années surannées (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2016




Années surannées

Il y a plusieurs centaines d’années,
j’ai vécu seul dans un immense château, retiré et sombre.
C’était je crois dans une lande,
parmi les ajoncs et de grands rochers gris et tourmentés.
Nul ne venait me voir.
J’occupais une chambre minuscule, une cellule.
Le reste était désert et vide.
J’errais longtemps dans les longues galeries.
Un jour toujours blafard pénétrait glauquement par les hautes fenêtres sans rideaux
que la poussière rendait mystérieuses.
Mes pas retentissaient longuement sur les dalles.
La nuit également me voyait dans ces mornes couloirs,
une torche à la main, cherchant je ne sais quel passé qui fuyait inconnu,
ou bien c’était l’avenir, peut-être, qui me narguait infini.
La lune là-haut, inquiète elle-même et menaçante,
vrillait ses froids couteaux sur les étangs noirs ;
et parfois une chouette découpait sa silhouette triste et nue
sur son cercle de métal bouillonné.

Je suis resté très longtemps dans ce château et,
peu à peu j’y perdis l’usage de la parole.
Je crois ne l’avoir jamais visité entièrement.
Un jour j’en suis parti.
Je marche, depuis.
Toutes les portes sont fermées, personne jamais ne m’adresse la parole.
Je suis une ombre.

Je passe.

(Robert Momeux)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 11 Comments »

Sortie (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



James Mensor  la-mort-et-les-masques [800x600]

Sortie, comme on se glisse par mégarde dans une ville, une foule ;
comme on se découvre à la fois démuni et protégé.
Comme on s’effraie de ces silhouettes grotesques
dont toute vie véritable semble s’être retirée.
On nage en pleine désertion.

Le choc est d’autant plus fort
que l’on se sait démuni, fragile ;
avec une sorte d’angoisse
(pourvu qu’il ne m’arrive rien dans la rue…)
qui ne veut pas céder.

Je songe aux masques d’Ensor.
La grande danse macabre, le carnaval d’inconsistance.
Mon Dieu comment faire pour que la vie retrouve
cette folle dignité qui devrait être la sienne ?
Ou bien ma vue est-elle si déformée ?

Démuni, disais-je, et protégé.
À l’écart, sur un banc.
Pas un tonneau, non.
Et quelques lueurs que je garde encore,
à l’abri dans le creux de mes mains
comme une flamme vacillante,
comme une promesse qui restera promesse.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: James Mensor

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jardin clos de ma soeur (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015




Le jardin clos de ma soeur
est un verger retiré
et l’on n’y voit point descendre
l’eau de roche bien scellée.
Mon verger brille de fruits
pleins de suc, de fruits dorés,
Mon verger ruisselle d’eaux
chantonnantes, pures, vives.
L’aloès, le cinnamome
et le nard sont lourds d’odeur.
Vienne à souffler l’aquilon —
La pluie en est embaumée.

(Alexandre Pouchkine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Boire une seconde fois (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2015


bacchus

vivre sec et retiré
boire une seconde fois

(Jacques Dupin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :