Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rhum’

Donne du rhum à ton homme (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



 

George Clair Tooker 1920-2011 - American Magic Realist painter - Tutt'Art@ (40)

Donne du rhum à ton homme

{Refrain:}
Donne du rhum à ton homme
Du miel et du tabac
Donne du rhum à ton homme et tu verras comme
Il t´aimera.

Y a des filles sur le port
Si belles et si gentilles
Tout sourire dehors
Sentant bon la vanille
Et ton homme n´est pas de bois
Il les regarde d´un œil tendre
Si tu veux le garder pour toi
Donne donne-lui sans attendre.
{au Refrain}

Il te donnera des bijoux
Des colliers qui scintillent
Qu´il ramène du Pérou
De Cuba des Antilles
Mais pour te donner de l´amour
Faut qu´il se repose du voyage
Avant de lui offrir à ton tour
Tous les trésors de ton corsage
{au Refrain}

Quelle nuit que cette nuit-là
On en parle dans la ville
Même on exagérera
Sa tendresse virile
Car pour l´heure il est fatigué
Il sombre dans la somnolence
Dès que tu l´auras réveillé
Si tu veux que ça recommence.
{au Refrain}

Quand il va repartir
Te laissant pauvre fille
Seule avec le souvenir
Et le collier de pacotille
Au moment de vous séparer
Pour des mois de longues semaines
Donne-lui bien sûr des baisers
Mais si tu veux qu´il te revienne
Mais si tu veux qu´il te revienne
{au Refrain}

(Georges Moustaki)

Illustration: George Clair Tooker

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DERNIÈRES VOLONTÉS (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



Illustration: Otto Dix
    
DERNIÈRES VOLONTÉS

Ôtez donc de mon visage ce drapeau : ça me chatouille !
Ensevelissez dedans mon chat ensevelissez-le là-bas
où se trouvait mon jardin chromatique.

Ôtez donc de ma poitrine cette couronne de fer-blanc :
ça bat la breloque !
Foutez-la sur le stock de statues en vrac
et donnez les rubans aux putains qu’elles s’en parent.

Dites des prières au téléphone mais coupez le fil,
ou bien enveloppez-les dans un mouchoir avec des miettes de pain
et jetez-les dans l’étang à ces crétins de poissons.

Que l’évêque reste chez lui et se soûle
Qu’on lui donne un barillet de rhum,
prêcher donne soif.

Et fichez-moi la paix avec vos monuments et vos huit reflets !
de ce beau marbre pavez une ruelle inhabitée
une ruelle pour oiseaux.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Réveil (Malcolm Lowry)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018




    
Réveil

L’homme ressemble à un homme qui se lève tard
Contemple l’assiette sale de son dîner
Aussi les bouteilles vides
Toutes lampées dans les larges comment vas-tu d’une nuit
Un verre pourtant contenant encore
Un fond comme sinistre appât
Combien l’Homme ressemble à celui-là
Titubant parmi les arbres rouillés
Allant chercher un déjeuner de pois de sardines
Et de rhum éventé.

***

Eye-Opener

How like a man, is Man, who rises late
And gazes on his unwashed dinner plate
And gazes on the bottles, empty too,
All gulphed in last night’s loud long how-do-you-do,
—Although one glass yet holds a gruesome bait—
How like to Man is this man and his fate—
Still drunk and stumbling through the rusty trees
To breakfast on stale rum sardines and peas.

(Malcolm Lowry)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA RUMBA (Nicolas Guillen)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2017



rumba 2 [800x600]

LA RUMBA

La rumba
remue sa musique épaisse
avec un bâton,
gingembre et cannelle…
Mauvais !
Mauvais car maintenant viendra le nègre mec
avec Fela.

Poivre de la hanche
croupe flexible et dorée
rumbera bonne
rumbera mauvaise.

Dans l’eau de ta robe de chambre
toutes mes angoisses naviguent :
rumbera mauvaise
rumbera bonne.

Désir ardent de naufrager
dans cette mer tiède et profonde :
fond
de la mer !

Ton pied tresse avec la musique
le noeud qui m’étreint le plus.
Ressac de toile blanche
sur ta chair couleur de blé.

Démence du bas-ventre,
haleine de bouche sèche ;
le rhum qui t’a émerveillée,
le mouchoir en guise de rênes :
je t’attraperai domptée,
te verrai bien assujettie
quand tu fuis comme maintenant
que vers ma tendresse tu viennes
rumbera
bonne
O vers ma tendresse que tu ailles,
rumbera
mauvaise !

L’attente ne sera pas longue,
rumbera
bonne,
ni éternelle la bacha
rumbera
mauvaise
elle te fera mal la hanche
rumbera
bonne
hanche dure et qui a sué,
rumbera
mauvaise…

Dernière
gorgée !
Va-t-en, cours, allons-nous en…
Allons !

(rumbera: Danseuse de rumba
Bacha: querelle)

(Nicolas Guillen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Reine couchée dans son lit (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



La Reine couchée dans son lit
Ecoute un rossignol chanter
Ecoute aussi la sentinelle
Qui fait les cent pas dans la cour

Cent pas par-ici, cent pas par-là
Une reine et un rossignol
Et le soldat qui sent le rhum
Dans la cour du royal palais

Le soldat couché dans son lit
N’écoute pas chanter la Reine
N’écoute pas le rossignol
Qui fait les cent pas dans la cour

Et le rossignol dans son nid
N’écoute pas la sentinelle
N’écoute même pas la Reine
Qui fait les cent pas dans la cour

Cent pas par-ici, cent pas par-là
Voilà bientôt quatre cent pas
Avec les cent pas du passant
Dans ce palais extravagant

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

BLOMET STREET BLUES (André Hardellet)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2015



Henri Matisse Danseuse Créole l [1280x768]

BLOMET STREET BLUES

Des Vénus en flammes de punch
Frottaient la biguine créole
Leur doux contact a fait dresser
— O Blomet Street — des auréoles
Sur nos espoirs à caresser.

Des sergents de la Coloniale,
Des Hollandais, volants ou non,
Mussieu Poulet crack des Antilles
Et la corolle fleurant bon

Quand la nuit s’offrit aux vanilles
Il tombait le beau temps des Iles
Sur les pentes du rhum glacé !
Enseigne : Aux vahinés tranquilles »
Puis la clarinette a lancé
Son chant au sommeil des Marquises.

Mais, insensible à ces mirages,
Derrière son zinc, le patron
Surveillait la consommation :
Quand on a patente et façade
Faut penser à la limonade.

Nous, on s’est cassé dans la nuit
Citant Arthur et le grand Charles.
Très loin un sourire a pâli :
Le tien, qui sait ? — toi dont je parle,
Sans te connaître, au ciel du lit.

(André Hardellet)

Illustration: Henri Matisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS LA NUQUE (Jean Breton)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2015



 

Sarolta Bán  -04

DANS LA NUQUE

après tout le café n’a que la couleur du rhum
au fond d’une pièce noyautée par le vide
où je me vante de mimer l’accord

(il faudrait battre la mort de vitesse)

j’agite de lourds draps
comme un bloc de terre blanche

tout ce que je touche s’effrite
tout ce que j’invente fait la nuit

j’aime sans vouloir être père

en vain j’attends des balles dans la nuque

(Jean Breton)

Illustration: Sarolta Bán

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :