Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Rilke)’

Rilke et Yeats (Malcolm Lowry)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Illustration: La Rouille
    
Rilke et Yeats

Aidez-moi à écrire,
Montrez-moi les portes
Où sont affichés les ordres.
Et la cage
Où mon courage
Sous le regard de mon âme fascinée
Rugit derrière les grilles.

***

Help me to write.
Show me the gates
Where the orders are,
And the cage
My soul stares at,
Where my courage
Roars through the grates.

***

Ayudadme a escribir.
Enseñadme las puertas
que llevan hasta el orden,
y la jaula
que escudriña mi alma,
en donde mi valor
ruge entre los barrotes.

(Malcolm Lowry)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui te dit que tout disparaisse ? (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017



Illustration: Rémy Disch
    
Qui te dit que tout disparaisse ?
De l’oiseau que tu blesses,
Qui sait s’il ne reste le vol ?
Et peut-être les fleurs des caresses
Survivent à nous, à leur sol.

(Rilke)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fleur (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Fleur

De ton rêve trop plein,
fleur en dedans nombreuse,
mouillée comme une pleureuse,
tu te penches sur le matin.

Tes douces forces qui dorment,
dans un désir incertain,
développent ces tendres formes
entre joues et seins.

(Rilke)


Illustration: Zinaida Serebriakova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quel beau feu clair (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



Quel beau feu clair
vous avez allumé au carrefour de ma vie,
quel beau feu clair.

Et comme sa pure force assouvie
fait trembler l’air!

(Rilke)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

Une caresse brève parcourt le ciel ébloui (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



Sous le soupir de l’amie
toute la nuit se soulève,
une caresse brève
parcourt le ciel ébloui.

C’est comme si dans l’univers
une force élémentaire
redevenait la mère
de tout amour qui se perd.

(Rilke)


Illustration: Josephine Wall

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un temple pur (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016


 

Cette chapelle, à travers les âges,
relie d’anciens dieux aux dieux futurs,
et l’ancien noyer, cet arbre-mage,
offre son ombre comme un temple pur.

(Rilke)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par trop de présence (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016


chandelle

 

C’est le paysage longtemps, c’est une cloche,
c’est du soir la délivrance si pure;
mais tout cela en nous prépare l’approche
d’une nouvelle, d’une tendre figure…

Ainsi nous vivons dans un embarras très étrange
entre l’arc lointain et la trop pénétrante flèche:
entre le monde trop vague pour saisir l’ange
et Celle qui, par trop de présence, l’empêche.

(Rilke)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vergers (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016


d544

Nul ne sait combien ce qu’il refuse,
l’Invisible, nous domine, quand
notre vie à l’invisible ruse
cède, invisiblement.

Lentement, au gré des attirances
notre centre se déplace pour
que le coeur s’y rende à son tour:
lui, enfin Grand-Maître des absences.

(Rilke)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

La pomme (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



Tout se passe à peu près comme
si l’on reprochait à la pomme
d’être bonne à manger.
Mais il reste d’autres dangers.

Celui de la laisser sur l’arbre,
celui de la sculpter en marbre,
et le dernier, le pire:
de lui en vouloir d’être en cire.

(Rilke)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

Heureuse rose (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



Si ta fraîcheur parfois nous étonne tant,
heureuse rose,
c’est qu’en toi-même, en dedans,
pétale contre pétale, tu te reposes.

Ensemble tout éveillé, dont le milieu
dort, pendant qu’innombrables, se touchent
les tendresses de ce coeur silencieux
qui aboutissent à l’extrême bouche.

(Rilke)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :