Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Rimbaud)’

La nouvelle harmonie (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2019



batteur-de-tambour-ousmane-sow

Un coup de ton doigt sur le tambour
décharge tous les sons
et commence la nouvelle harmonie.

Un pas de toi, c’est la levée des nouveaux hommes et leur en-marche.

Ta tête se détourne : le nouvel amour !
Ta tête se retourne, – le nouvel amour !
(Rimbaud)

Illustration: Ousmane Sow

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Une détresse sans nom (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016


detresse

Une détresse sans nom: je la pris,
et la laissai tomber hors du lit,
presque nue; et, dans ma faiblesse,
je tombai sur elle et me traînai avec elle
parmi les tapis, sans lumière.

(Rimbaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016


coquelicot

Si l’homme naît si tôt, si la vie est si brève,
D’où vient-il? Sombre-t-il dans l’Océan profond
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond
De l’immense Creuset d’où la Mère-Nature
Le ressuscitera, vivante créature,
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés? …

(Rimbaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai vu le soleil bas, taché d’horreurs mystiques (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016



J’ai vu le soleil bas, taché d’horreurs mystiques
Illuminant de longs figements violets
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets

(Rimbaud)

Illustration: Gisèle Rouquette

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Sensation (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016



Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue:
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien:
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature – heureux comme avec une femme.

(Rimbaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La triste Ophélie (Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016



MILLAIS

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

(Rimbaud)

Illustration: John Everett Millais

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 5 Comments »