Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rincer’

Et moi je voudrais d’abord (Max-Pol Fouchet)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2019



Illustration: Chris Peters  
    
Et moi je voudrais d’abord
être lavé, nettoyé, rincé
n’avoir plus que la netteté
janséniste des os seuls,
donner ma chair aux vautours,
marquer dans les déserts
la route des caravanes,
indiquer par mon squelette.

Et moi, je voudrais aussi
me débarrasser à jamais,
me laver, me nettoyer, me rincer,
quitter mes affiches politiques,
cesser de promettre en mentant,
en vert, bleu, rouge ou blanc,
que ma pierre soit nue sur le ciel,
dût-elle, nue, se désagréger.

Et moi je voudrais enfin
être plus propre et plus nu,
et vivant, que je sois lavé
comme les morts sous la terre.

(Max-Pol Fouchet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’eau est si claire (Rigyû)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2019



L’eau est si claire et limpide
qu’il s’en est rincé la bouche

(Rigyû)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La révélation (Herbert Zbigniew)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018




    
La révélation

deux ou trois
fois
j’ai été sûr

de toucher au fond des choses
de savoir
le tissu de ma formule
fait d’allusions comme le Phédon
avait aussi la précision
d’une équation d’Heisenberg

assis immobile
les yeux embués
je sentais mon épine dorsale
gagnée d’une claire certitude

la terre s’arrêta
et le ciel s’arrêta
mon immobilité
était presque parfaite

le facteur sonna
je dus rincer la théière
préparer du thé

Shiva leva le doigt
les objets célestes et terrestres
reprirent leur course

je revins dans la pièce
fini le calme parfait
l’idée du verre
s’était renversée sur la table

assis immobile
les yeux embués
empli de vide
soit de désir

si cela m’arrive encore
ni la sonnette du facteur
ni la clameur des anges ne me troublera

je serai assis
immobile
contemplant
le coeur des choses

une étoile morte

une goutte noire d’infini

(Herbert Zbigniew)

 

Recueil: Corde de lumières oeuvres poétiques complètes
Traduction: Brigitte Gautier
Editions: LE BRUIT DU TEMPS

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rosée s’égoutte (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



La rosée s’égoutte
pour un peu l’on voudrait rincer
le monde flottant

(Bashô)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 8 Comments »

L’âme (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2018




L’âme

Il lava longuement son âme
Qu’il rinça, blanchit avec soin,
Puis il la tendit au jardin
Sur un fil entre deux platanes.

Et il s’assit en souriant
Pour regarder se balancer
Comme un linge neuf dans le vent
Son âme encor mal essorée.

Et, tout à coup, il aperçut
Comme une marque dans un coin
Et il la rinça avec soin.

Mais l’âme à peine rependue,
La tâche aussitôt reparut
Rouge comme l’est une fleur,

Elle avait la forme d’un coeur.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Allez on aura fait son exercice du matin (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017




    
Allez on aura fait son exercice
du matin
ses ablutions spirituelles
l’âme purgée des scories
de la nuit
rinçant à grande eau son corps obscur
(une autre toujours plus absente
s’abrite derrière la familière
qui s’obstine
et se défait dans les mots qu’on émiette)

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour une terre possible (Jean Sénac)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2016



Pour une terre possible

J’ai rincé les fruits.
Nous avons donc perdu l’habitude de la terre,
ce goût des âcres sueurs,
des passages d’abeilles et des orages.
Et le sulfate lui-même était la terre !
J’ai rincé toutes choses dans ma vie.
Mais toi ô mon désir, ô damnation, demeure,
demeure pour me lier à l’incontrôlable saveur de la terre !

Je veillerai donc
et j’irai au-devant des infinies connaissances.
Dés la nuit, dans la ville,
je prends l’affût des signes, des visages.

(Jean Sénac)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En rinçant les pinceaux dans l’évier (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2015



En rinçant les pinceaux dans l’évier
les camaïeux grossiers qui s’en écoulent
ont fasciné mon coeur

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :