Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘risquer’

Ville assoupie (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018




    
Ville assoupie cubes blancs
À travers les jalousies bleues
nul ne guette nos deux ombres
se tenant par la main

Ceux qui voudraient se glisser entre nous
mourraient étranglés par nos caresses
et les yeux pleins d’envie
risquent l’aveuglement

Soleil dans la ville blanche
pourquoi voilerais-tu nos amours
Que chacun brûle au feu de sa propre géhenne
Nous avons trop marché le long des routes vaines

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

2e retouche á la promenade (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2017



Illustration
    
2e retouche à la promenade

le silence risque un oeil
à l’angle des rues vides

je tiens en laisse l’habitude

caresser chaque arbre
et retrouver le bois de l’escalier, la porte
la table de sapin en arrêt

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fier et fou de vous (William Sheller)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2017



Fier et fou de vous

On pour-rait croir’ qu’on lui fait des mi-sè-res
À sa fa-çon de pleu-rer sur mes ge-noux mais
J’veux êtr’ son pa-pa ni son grand frè-re
C’sont pas des rôl’s que j’peux jouer jus-qu’au bout pas du tout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui chant’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui pleur’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

Pour-tant est-c’que j’peux ê-tre plus sin-cè-re
J’ai par-fois du mal à join-dre les deux bouts mais
De-puis l’an-née où j’suis rev’-nu d’la guer-re
J’ai ja-mais man-qué à ses ren-dez-vous pas du tout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui pleurn’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui dans’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

Dé-jà quand ell’ vou-lait êtr’ é-cuy-è-re
Ell’ m’é-cri-vait qu’ell’ n’é-tait pas bien chez vous mais
Qu’ell’ n’vou-lait pas ris-quer sa vie en-tiè-re
Sur mon his-toir’ qui n’te-nait pas de-bout voy-ez-vous
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui dans’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

(William Sheller)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne serait-ce qu’une fois (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté,
Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel,
Je t’en prie,
Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent,
Sois celui qui marche sur la mer.
Donne-nous l’orage de demain.

Les hommes meurent sans connaître la joie.
Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.

Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre.
Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de l’incendie.

Si ta vie s’endort,
Risque-la.

(Jean Malrieu)

 

Recueil: Préface à l’Amour
Editions: Les cahiers du Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

La Belle (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
La Belle

Ce que j’ai gagné, c’est la mort.
Transparente, universelle.
Elle a mes yeux ouverts, regarde.
Depuis que je l’ai gagnée, elle me suit…

Elle ne promet rien et donne tout.
Elle fuit ?
Je la cherche.
Je voulais vivre ?
Elle apparaît.

« Je ne t’ai point abandonné, dit-elle.
Je te connais par cœur. »…
Ne nous attendrissons pas.

Rien n’est pressé.
Nous avons le temps.
Personne ne nous attend….

Depuis que je me suis noyé sans le savoir,
je n’ai jamais cessé de faire
de la mousse et de l’écorce.

Très jeune, très vieux, je ne sais,
je joue avec toi comme avec une petite fille.
Je sais seulement que tu es douce
comme la neige qui étouffe…

Je ne savais pas que j’avais à t’aimer.
Ce que j’ai cherché ailleurs, c’est ta jeunesse,
celle qui donne au songe le goût de risquer sa vie.

J’ai failli être immortel.
Quelle blague !…
Si j’ai aimé les fleurs, les fruits, les êtres,
tu me les prêtas.
Je te les rends.

Préparons les noces.
La mariée n’est jamais trop belle.
Fais signe.
Quand tu voudras.

(Jean Malrieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Il y a quoi entre (Amir Gilboa)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



    

Il y a quoi entre

le moment d’avant qui est avant moi
et le moment d’après qui risque d’être
le moment après moi
qui ne suis ni
mort ni
vivant
Il y a quoi entre

(Amir Gilboa)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

On risque de pleurer un peu (Antoine de Saint-Exupéry)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2017



 

On risque de pleurer un peu
si l’on s’est laissé apprivoiser.

(Antoine de Saint-Exupéry)

Illustration: Claude Cordier 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

L’OEIL NU (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2016



L’OEIL NU

Il n’y a rien à proscrire
Chaque caresse risque sa peau
Il y a tout à écrire
Merveille volupté maléfice
Fascination ou sursaut

Abandonnant l’amulette de chiffon
D’un amant sans remords
Qui ne s’était pas cherché d’abri
J’ai coupé au travers du bois mort

Le va-et-vient d’une lanterne
A réveillé le bel orage
Vers les cinq heures du matin
En laissant un lit défait
Comme les rives d’un mirage

Pour aller où je sais
Aucune panique à bord
Le poème prend tout de vitesse
Et le temps qui me reste
Peut se voir à l’oeil nu

(André Velter)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le diamant est éternel (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2016



Le diamant est une valeur refuge

Si vous parvenez
à vous nicher à l’intérieur
vous ne risquerez plus rien:

le diamant est éternel

(Jean Orizet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie comme l’amour (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2016



 

Daniel F. Gerhartz - 26)

La poésie comme l’amour
risque tout sur des signes

(Michel Deguy)

Illustration: Daniel F. Gerhartz

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :