Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rive’

Laisse ta faim t’évider (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2020



laisse ta faim t’évider
et les eaux du fleuve
viendront glisser
entre tes rives

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMOUR (Anna Keiko)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2020



Illustration: Rafal Olbinski
    
AMOUR

Si tu es un bateau
Je veux être l’eau
Si tu es l’eau
Je veux être la rive
Si tu es la rive
Je veux être pont
Et si tu es un pont
Je t’attendrai de l’autre côté
Toujours et pour l’éternité…

***

如果您是舟
我愿做水
如果你是水
我愿做岸
如果你是岸
我愿做桥
如果你是桥
我在对岸,等你
永远…

***

LOVE

If you are the boat
I wish to be water
If you’re water
I wish to be the shore
If you are the shore
I wish to be the bridge
If you’re a bridge
I’ll wait for you on the other side
Forever…

(Anna Keiko)

 

Recueil:
Traduction: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ESPRIT HÉSITANT (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020



 

L’ESPRIT HÉSITANT

PARFOIS le fleuve
devient un fleuve dans l’esprit

ou de l’esprit
ou dans et de l’esprit
ses rives neigent
la marée qui descend
fait une ligne sombre entre
l’eau et le rivage

Et l’esprit hésitant
qui regarde les flots
conçoit
la ressemblance qu’il

va trouver — une complexe
image : quelque chose
comme de blancs sourcils
liés par un ruban

une pensée charbonneuse
au delà, oui bien au delà
des traits mobiles
des eaux au cours

rapide, avant
que la marée
ne change
et monte de nouveau, peut-être.

***

THE MIND HÉSITANT

SOMETIMES the river
becomes a river in the mind
or of the mind
or in and of the mind

its banks snow
the tide falling a dark
rim lies between
the water and the shore

And the mind hesitant
regarding the stream
senses
a likeness which it

will find — a complex
image : something
of white brows
bound by a ribbon

of sooty thought
beyond, yes well beyond
the mobile features
of swiftly

flowing waters, before
the tide will
change
and rise again, maybe

(William Carlos Williams)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OH! MES AMOURS (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2020



OH! MES AMOURS

Dans un beau palais de regrets,
Dans un beau palais tout de même,
Ma belle est morte d’un secret,
La tempe bleue. Oh! mes amours.

Aux colonnes du souvenir
Refleurit la plante première,
Liane aux feuilles de plaisir,
Feuille à cueillir. Oh! mes amours.

Froide à mes voeux un rêve lent
Guida ses pas jusqu’à l’absence.
Elle riait en m’écoutant,
Elle riait. Oh! mes amours.

Sur la table ses gants posés,
Son éventail de perfidie
Gardent le geste apprivoisé
Qu’elle a perdu. Oh! mes amours.

Voyez, voyez l’oiseau du temps
S’envole de sa main lassée.
Va-t-elle rire en son drap blanc
Sur l’autre rive ? Oh! mes amours.

Aux colonnes de l’avenir
Fleurira la plante dernière
Liane aux feuilles à mourir
Feuille à cueillir. Oh! mes amours.

(Louise de Vilmorin)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu prononces mon nom (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2020



Tu prononces mon nom
comme celui d’un étang

Tu as dépossédé mes rives
tu règnes sur mes eaux

(Anise Koltz)


Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le golfe (Katherine Mansfield)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2020



Le golfe

Un golfe de silence l’un de l’autre nous sépare.
Je me tiens sur une rive, toi sur l’autre.
Je ne peux te voir ni t’entendre, mais je sais que tu es là.
Souvent je t’appelle par ton nom d’enfance
Et m’imagine que l’écho de mon cri est ta voix.
Quel pont pourrait joindre les rives de ce golfe?
Ni la parole ni le toucher.
Autrefois je pensais que nous le comblerions de nos larmes ;
A présent je veux le briser par notre rire.

***

The gulf

A gulf of silence separates us from each other.
I stand at one side of the gulf, you at the other.
I cannot see you or hear you, yet know that you are there.
Often I call you by your childish name
And pretend that the echo to my crying is your voice.
How can we bridge the gulf? Never by speech or touch.
Once I thought we might fill it quite up with tears.
Now I want to shatter it with our laughter.

(Katherine Mansfield)


Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Nous avions la vie entre nous (Yvon Le Men)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



 

Koloman Moser HD [1280x768]

Nous avions la vie
entre nous

elle coulait entre les rives
et nos bras

que le temps
prenait dans ses bras

comme les rives
prennent la rivière

les talus
le chemin

comme ton silence prend la parole
aujourd’hui

(Yvon Le Men)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Koloman Moser

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VAGUE EST LE PONT (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2020



Phyllis Mae Richardson Fisher  covered-bridge-phyllis-mae-richardson-fisher

 

VAGUE EST LE PONT

Vague est le pont qui passe à demain de naguère
Et du milieu de l’âge on est des deux côtés
Le mur ne fait pas l’ombre et n’est pas la lumière
Qu’on appelait l’hiver qu’on nommera l’été

Il n’est pierre de moi qui dorme quand tu danses
Chacune est une oreille et chacune te voit
Ton immobilité me tient lieu de silence
Et chacun de tes mots tombe à l’envers de moi

Je dis à mots petits de grands espaces d’âge
Qui font en leur milieu croire qu’il est midi
J’ai peur d’être le pont qui prend pour son voyage
Le voyage de l’eau entre ses bras surpris

Il va neiger tantôt d’une neige si calme
Sur des rives de moi où j’hésite à courir
Que je m’attache à tout ce qui me semble halte
Sur la courbe attelée aux chevaux de mourir

(Gilles Vigneault)

Illustration: Phyllis Mae Richardson Fisher

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pensée d’une nuit en voyage (Du Fu)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2020



Illustration: Nora Auric
    
Pensée d’une nuit en voyage

Rive aux herbes menues. Brise légère
Barque au mât vacillant, seule dans la nuit
S’ouvre la plaine aux étoiles qui descendent
Surgit la lune, soulevant les flots du fleuve

L’homme laisse-t-il un nom par ses seuls écrits?
Vieux et malade, que le mandarin s’efface !
Errant, errant, à quoi puis-je ressembler
– Une mouette des sables entre terre et ciel

(Du Fu)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lac Yi (Wang Wei)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2020




Illustration: Hideo Hagiwara
    
Le lac Yi

Soufflant dans ma flûte face au couchant
J’accompagne mon seigneur jusqu’à la rive
Sur le lac un instant se retourner :
Mont vert entouré de nuage blanc

(Wang Wei)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :