Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rivière’

Paysage (Gabriel Vicaire)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2018




Paysage

Il est charmant, ce paysage,
Peu compliqué, mais que veux-tu
Ce n’est qu’une mer de feuillage,
Où, timide, à peine surnage
Un tout petit clocher pointu.

Au premier plan, toujours tranquille
La Saône reluit au matin.
Par instants, de l’herbe immobile
Un boeuf se détache et profile
Ses cornes sur le ciel lointain.

Vis-à-vis, gardant ses ouailles,
Le nez penché sur un tricot,
Tandis qu’au loin chantent les cailles,
Une vieille compte ses mailles,
Rouge comme un coquelicot.

Et moi, distrait à ma fenêtre,
Je regarde et n’ose parler.
A quoi je pense ? A rien peut-être,
Je regarde les vaches paître
Et la rivière s’écouler.

(Gabriel Vicaire)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

LIT DE RIVIÈRE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2018



Illustration: Josephine Wall

    

Entends la palpitation de l’espace
Ce sont les tambours de l’été
Les pas de la saison en rut
Sur les braises de l’année
C’est son bruit d’ailes et de crotales
Sous sa robe de racines et d’insectes
La terre crépite
La soif s’éveille élève
Ses grandes cages de verre
Là tu chantes ta chanson furieuse
Ta chanson heureuse
D’eau captive
Tu chantes nue
De pollen le visage
Les seins et le ventre tachés
Sur le paysage aboli
Ton ombre est un pays d’oiseaux
Que le soleil disperse
D’un geste

(Octavio Paz)

 

Recueil: Versant Est
Traduction: Yesé Amory,Claude Esteban,Carmen Figueroa,Roger Munier,Jacques Roubaud
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HONTE (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



HONTE

Me regardes-tu et je deviens belle
comme l’herbe que couvre la rosée,
et les grands roseaux, près de la rivière,
ne reconnaîtront mon air triomphant.

J’ai honte d’avoir la bouche si triste
et la voix cassée et les genoux rudes.
Depuis qu’es venu et m’as regardée,
je palpe mon corps et je me sens pauvre.

Tu n’auras trouvé de pierre en chemin
plus nue de clarté dans le jour naissant
que cette femme sur qui as levé
les yeux quand tu l’as entendue chanter.

Je ne dirai mot pour que ceux qui passent
dans la plaine, oui, ne voient mon bonheur
dans l’éclat qu’il donne à mon front grossier,
dans le tremblement agitant ma main…

I1 fait nuit, la rosée descend sur l’herbe ;
couve-moi des yeux, dis-moi des mots tendres,
car demain ce que tu as embrassé
sera la beauté descendant vers l’eau !

***

VERGUENZA

Si tú me miras, yo me vuelvo hermosa
como la hierba a que bajó el rocio,
y desconocercin Ti faz gloriosa
las alias cañas cuando baje al río.

Tengo vergüenza de mi boca triste,
de mi voz rota y mis rodillas rudas.
Ahora que me miraste y que viniste,
me encontré pobre y me palpé desnuda.

Ninguna piedra en el camino hallaste
más desnuda de luz en la alborada
que esta mujer a la que levantaste,
porque oíste su canto, la mirada.

Yo callaré para que no conozcan
mi dicha los que pasan por el llano,
en el fulgor que da a mi frente tosca
y en la tremolación que hay en mi mano…

Es noche y baja a 1a hierba el rocío;
mírame largo y habla con ternura,
¡que ya manaña al descender al río
lo que besaste llevará hermosura!

(Gabriela Mistral)


Illustration: Alexandre Séon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Carte du Royaume des Précieuses (Charles Sorel)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2018



La Carte du Royaume des Précieuses

On s’embarque sur la Rivière de Confidence
pour arriver au Port de Chuchoter.

De là on passe par Adorable, par Divine, et par Ma Chère,
qui sont trois villes sur le grand chemin de Façonnerie
qui est la capitale du Royaume.

A une lieue de cette ville est un château bien fortifié
qu’on appelle Galanterie.
Ce Château est très noble,
ayant pour dépendances plusieurs fiefs,
comme Feux cachés, Sentiments tendres et passionnés
et Amitiés amoureuses.

Il y a auprès deux grandes plaines de Coquetterie,
qui sont toutes couvertes d’un côté par les Montagnes de Minauderie
et de l’autre par celles de Pruderie.

Derrière tout cela est le lac d’Abandon,
qui est l’extrémité du Royaume.

(Charles Sorel)

voir ici: Carte DE Tendre (et pas « du ».. Tendre est un Pays.. un BEAU Pays!)  de Madeleine de Scudéry (15/11/1607  02/06/1701)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_Tendre
http://www.miscellanees.com/t/tendre01.htm

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je te donne ce poème (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2018



Je te donne ce poème,
le mot arbre, le mot maison,

et sentier, ruche, rivière,
mésange, jardin, lumière,

lune et soleil, nuit et jour,
étoile, sourire, amour,

le mot cœur, le mot caresse.

Je te donne la promesse
de l’amitié du monde.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis arbre par tant d’oiseaux (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018


oiseau

Tout murmurant de mots à naître
Je suis arbre par tant d’oiseaux,
Rivière par tant de roseaux,
Village par tant de fenêtres
Que j’ai peine à me reconnaître.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018



Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre
Pour voir les champs et la rivière.
Il n’est pas suffisant de ne pas être aveugle
Pour voir les arbres et les fleurs.
Il faut n’avoir aucune philosophie.
Quand il y a philosophie, il n’y a pas d’arbres: il y a des idées sans plus.
Il n’y a que chacun de nous, à la manière d’une cave.
Il n’y a qu’une fenêtre fermée, avec le monde entier au-dehors;
Ainsi qu’un rêve de ce qui pourrait être vu si la fenêtre s’ouvrait,
et qui n’est jamais ce qui est vu lorsque s’ouvre la fenêtre.

(Fernando Pessoa)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ACHAWAKAMIK (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2018



 

ontario

ACHAWAKAMIK

Lá-haut sur le bord de la baie d’Hudson
titre la rivière Severn et la rivière Winisk
se trouve un lieu nommé Achawakamik

en langue Cree, cela veut dire
d’un lieu pour regarder.

on raconte qu’un vieil homme au bord de la mort
planta là son wigwam
afin que, mourant, il pût voir
les forêts et les eaux
et le souffle du grand esprit
si tu vas là-haut un jour

essaie de voir avec ses yeux

*

ACHAWAKAMIK

Up on the edge of Hudson’s Bay
between the river Severn and the river Winisk
there is a place called Achawakamik

in the Cree language, that means
« a place towatch from »

they say, on the point of dying, an old man
planted his wigwam there
so that in his dying he might see
the forests and the waters

and the breath of the great spirit
if you go up there one day
try and see with his eyes

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

SONNET (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



 

Andrey Remnev _ Andrej Remnjov_ Remnev (50)

SONNET

J’ai peur de perdre la merveille
de tes yeux de statue et l’accent
que de nuit me pose sur la joue
la solitaire rose de ton haleine.

J’ai peur d’être sur ce versant
un tronc sans rameaux et désespère
de n’avoir fleur, pulpe, ni terre
polir le ver de mon tourment.

Si tu es mon trésor caché,
si tu es ma croix, mon chagrin mouillé,
si je suis le chien de ta seigneurie,

ne me laisse perdre ce que j’ai gagné
et vois ta rivière embellie
des  feuilles de mon automne dévoué.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration: Andrey Remnev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APRÈS-MIDI D’AUTOMNE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2018



 

érable rouge

APRÈS-MIDI D’AUTOMNE

Quand le silence
ici sur la côte
à quelques milles au nord
de la Rivière-au-Tonnerre

je bois ce qui reste de whisky
en regardant les feuilles d’érable
brûler dans la froide lumière

je dis au revoir à quelque chose
mais je ne sais pas à quoi
(Golfe du Saint-Laurent)

*

AUTUMN AFTERNOON

Big silence
here on the North Coast
a few miles up
from Thunder River

I drink the last of the whisky
watching the maple leaves
burning in the frosty light

I’m saying goodbye to something
but I don’t know what
(Gulf of the St. Lawrence)

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :