Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Roger Munier)’

J’habiterai un jour (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Caroline Duvivier
    
J’habiterai un jour sans voix
le désert où j’ai crié…

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Des concepts (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018




    
Des concepts encore riches, diaprés, chargés de sourde incandescence.
Des concepts proches de l’image, comme lieux de rencontre et d’entente
entre le concret immédiat et l’essence.
Des concepts encore nimbés de rêve…

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La femme se parfume (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration
    
La femme se parfume,
car son être s’exhale, est parfum.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les fleurs (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Arduinna
    
Les fleurs n’ont pas d’âme.
N’ont que la tienne,
quand tu les contemples.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le corps de l’homme (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Hippolyte Flandrin
    
Le corps de l’homme n’est corps plénier
qu’avec celui de la femme, qu’il rejoint,
auquel il s’ajointe dans la fugace,
décevante étreinte.

L’homme n’a pas vraiment de « corps ».
La femme, elle, a un corps,
qui se comble de celui de l’homme,
mais en est déjà plénier sans lui.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Julia Perret
    
La poésie est oeuvre de mots,
de mots formant houle comme mots,
sans faire sens, ou faisant houle de sens
au moins halo.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le merle parfois (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration
    
Le merle parfois s’étrangle,
mélodieusement s’étrangle,
dans son chant.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

   

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Ma ferveur (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018




    
Ma ferveur n’est pas de moi.
C’est comme le monde, dans ma ferveur,
qui se soulève.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La chose même est Tout, qui n’est pas (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018



La chose même est Tout, qui n’est pas :
la chose. Qui n’est qu’en n’étant pas la chose.
La pierre est Tout qui n’est :
la pierre qu’en se voilant de soi.
Mais cela, tu l’atteins en atteignant : la pierre.

Car le voile est la pierre même,
si la pierre n’est que le voile.
Il est la chose même si la chose est le voile.
Car elle est voile, mais de soi.

Ce galet de la plage, comme s’il était seul au monde,
à lui seul le monde, le Seul.
Parfaite idole.
Dans la tempête, Il y a beaucoup plus que la tempête,
et dans le jour serein qui suit,
beaucoup plus que le jour serein.

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De toutes choses (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018




    
De toutes choses,
la lumière est la plus invisible

(Roger Munier)

 

Recueil: Proverbes
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :