Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Roger Munier)’

Le Visiteur qui jamais ne vient (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2021



J’attends,
je n’attends vraiment,
je n’attendrai jamais
que le Visiteur qui jamais ne vient, du Vishnu Purana.
Cette attente est ce que je dis ici.
Elle prend d’innombrables formes.
Car le Visiteur qui jamais ne vient
peut et doit être attendu en tout.

Il n’est réel qu’en cette attente,
mais Il est réel alors :
en elle, pour ainsi dire, Il vient.
Il est le sens qui se diffère,
l’espoir ou la vision qui s’offrent autant qu’ils se dérobent,
la sérénité, en un mot,
de l’attente qui n’est qu’attente,
mais s’illumine comme attente.

Le Visiteur qui jamais ne vient
est le tissu même de nos jours.

(Roger Munier)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est moi (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2021



Le vent de la nuit renaît et s’enfle dans les arbres.
Quand il cesse, dans le silence pur,
il dit: c’est moi.

(Roger Munier)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La goutte ne sait pas qu’elle est goutte (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2021



La goutte ne sait pas qu’elle est goutte
puisqu’elle est dans la mer.
Mais, goutte, elle ne sait pas non plus la mer.

Qu’est-ce que j’ai déjà en moi et ne sais pas que j’ai déjà?
Qui n’y sera plus de la même manière quand je le saurai …

(Roger Munier)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La chose qu’on regarde (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2021



La chose qu’on regarde sans distance,
presque sans regard, revient à soi, se comble,
on dirait s’anime, rampe sourdement
comme dans un autre espace.

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je touche l’arbre (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2021



Je touche l’arbre.
Mais est-ce l’arbre que je touche
ou est-ce que je me touche dans l’arbre?

C’est entre toi et ce que tu vois,
dans cet entre-deux de la vision,
que tout se passe.

(Roger Munier)


Illustration: Constance Jacquot

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Aujourd’hui (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2020



Aujourd’hui,
l' »aujourd’hui » s’est réfugié
sous la tonnelle.

(Roger Munier)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Tout ce qui arrive est terrible (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2020



Tout ce qui arrive est terrible.
Rien que parce que cela arrive.
Devient réel.
Arrive. S’approche. Est là.
Arrive d’où?

(Roger Munier)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Entre la rose et toi (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2020


rosa-20dali

Entre la rose et toi,
il y a le vide de la rose
et de toi.

(Roger Munier)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Que voit-on? (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2020



L’être des choses, c’est les choses,
selon et dans la pensée.
— Mais les choses sans la pensée ?
Elles ont comme l’être, mais non l’être.
Autre chose que l’être.
Qu’ont-elles au juste, dans leur là?

Le monde naturel,
parce qu’il manifeste sans désigner,
signifie.

L’oiseau qui chante au matin,
le vent dans les feuilles
ne disent rien d’autre que soi.
Ils sont ce qu’ils signifient.
Ils signifient ce qu’ils sont.

« Être et pensée ne font qu’un. »
Mais est-ce la pensée qui se modèle sur l’être
ou l’être sur la pensée ?
L’être est le lieu de la pensée.
Peut-être rien de plus.

Tout ce qui parle en étant, rien qu’en étant.
C’est cette parole pure, sans adjonction, sans attribut,
qu’il faut tenter de surprendre.

Le mince croissant de lune orange, au-dessus des frondaisons noires,
ce n’est pas en le regardant qu’on le voit.
Il faut d’abord fermer les yeux,
le rendre à son espace solitaire et magique,
où Il se lève, avant et hors même tout regard.

Il y a la beauté du monde.
Mais, derrière elle, Il y a le monde sans sa beauté,
le monde hors l’apparence.
Qu’est-ce que la mer sans ce qui la fait telle ou telle :
calme ou démente, grise ou brillante-bleue et lisse comme une soie?
Un nuage passe et la mer change de visage.
Où est « la » mer?

Nombre d’étoiles que tu regardes ne sont plus là où tu les vois.
Celles qui sont là ne se verront qu’infiniment plus tard,
par d’autres qui ne verront pas ce qu’ils voient.
Que voit-on?

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le paradis est perdu (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2019



Le paradis est perdu.
Mais non peut-être ce qui le précéda.

(Roger Munier)


Illustration: Marc Chagall

Posted in méditations | Tagué: , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :