Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Roger Munier)’

Que voit-on? (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2020



L’être des choses, c’est les choses,
selon et dans la pensée.
— Mais les choses sans la pensée ?
Elles ont comme l’être, mais non l’être.
Autre chose que l’être.
Qu’ont-elles au juste, dans leur là?

Le monde naturel,
parce qu’il manifeste sans désigner,
signifie.

L’oiseau qui chante au matin,
le vent dans les feuilles
ne disent rien d’autre que soi.
Ils sont ce qu’ils signifient.
Ils signifient ce qu’ils sont.

« Être et pensée ne font qu’un. »
Mais est-ce la pensée qui se modèle sur l’être
ou l’être sur la pensée ?
L’être est le lieu de la pensée.
Peut-être rien de plus.

Tout ce qui parle en étant, rien qu’en étant.
C’est cette parole pure, sans adjonction, sans attribut,
qu’il faut tenter de surprendre.

Le mince croissant de lune orange, au-dessus des frondaisons noires,
ce n’est pas en le regardant qu’on le voit.
Il faut d’abord fermer les yeux,
le rendre à son espace solitaire et magique,
où Il se lève, avant et hors même tout regard.

Il y a la beauté du monde.
Mais, derrière elle, Il y a le monde sans sa beauté,
le monde hors l’apparence.
Qu’est-ce que la mer sans ce qui la fait telle ou telle :
calme ou démente, grise ou brillante-bleue et lisse comme une soie?
Un nuage passe et la mer change de visage.
Où est « la » mer?

Nombre d’étoiles que tu regardes ne sont plus là où tu les vois.
Celles qui sont là ne se verront qu’infiniment plus tard,
par d’autres qui ne verront pas ce qu’ils voient.
Que voit-on?

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le paradis est perdu (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2019



Le paradis est perdu.
Mais non peut-être ce qui le précéda.

(Roger Munier)


Illustration: Marc Chagall

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Entre la rose et toi (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2019



Entre la rose et toi,
il y a le vide de la rose et de toi.

(Roger Munier)


Illustration: Salvador Dali

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quand viendra la mort (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2019



Quand viendra la mort,
il n’y faudra plus penser,
pour qu’elle soit la mort.
Il faudra ne plus penser.

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , | 4 Comments »

Les racines (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2019



Les racines sont l’arbre à l’envers,
dans la nuit.

(Roger Munier)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

J’habiterai un jour (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Caroline Duvivier
    
J’habiterai un jour sans voix
le désert où j’ai crié…

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Des concepts (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018




    
Des concepts encore riches, diaprés, chargés de sourde incandescence.
Des concepts proches de l’image, comme lieux de rencontre et d’entente
entre le concret immédiat et l’essence.
Des concepts encore nimbés de rêve…

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La femme se parfume (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration
    
La femme se parfume,
car son être s’exhale, est parfum.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les fleurs (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Arduinna
    
Les fleurs n’ont pas d’âme.
N’ont que la tienne,
quand tu les contemples.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le corps de l’homme (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



Illustration: Hippolyte Flandrin
    
Le corps de l’homme n’est corps plénier
qu’avec celui de la femme, qu’il rejoint,
auquel il s’ajointe dans la fugace,
décevante étreinte.

L’homme n’a pas vraiment de « corps ».
La femme, elle, a un corps,
qui se comble de celui de l’homme,
mais en est déjà plénier sans lui.

(Roger Munier)

 

Recueil: Contre-jour
Traduction:
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :