Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rondin’

Mes yeux désarmés demandent Grâce (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2019



Illustration: Robert Cattan
    
Mes yeux désarmés demandent
Grâce. Mais que faire alors
Que devant moi on prononce
Le nom bref et si sonore ?

Je marche dans la campagne,
Le long des tas de rondins ;
Le vent printanier est libre
De souffler où il veut bien,

Et mon coeur languide entend
Que là-bas – secret supplice ! –
Mon ami vit et respire
Et ose n’être pas triste.

(Anna Akhmatova)

 

Recueil: Les poésies d’amour
Traduction: Henri Abril
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENCORE DÉDICACE DE L’ENFANCE : L’ÉCALAGE DES NOIX (Aïgui)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



 

noix

ENCORE DÉDICACE DE L’ENFANCE : L’ÉCALAGE DES NOIX

ô coudes roses !

en troupe simple :

sur les rondins
vous écalez les facettes des noix

se reflétant
des grains
et de la face lisse de la route

comme de légers quartiers

simultanés ! … propres —

ô tellement ! — qu’il semble : cela est appelé longtemps
comme une série sonore :

à librement marteler
au-dessus du champ
au-dessus des rondins :

avec d’aériens osselets! —

comme en mémoire — de l’ordre des choses

harmonieux et pur :

ordre des choses

qui jadis fut

(Aïgui)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fruits sur la fenêtre (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2016



peche [800x600]

Fruits sur la fenêtre

Alors le jour, montant du fond bleuté du lac,
Vient aux fenêtres et le silence
Prend cette forme des fruits
Alignés par la chance, tandis que tremble

A contre-champ la fente d’une pêche douce
Qui parle d’heures passées à boire un air
Tiédi dans le cristal sans poison de septembre.
Collines, le ruisseau fait son bruit de captif

Sous les rondins dorés, l’heure avance
Sur un fil de soleil; de folles captures
Font aussi danser l’herbe, un être humain

Se dit qu’il n’habite qu’une moitié
De lui-même, mais la mesure, qui est unique,
L’empêche de faire de ses remords un balcon.

(Hédi Kaddour)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :