Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ruiner’

Qui ? (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



Qui ?

Qui se repaît
De ces festins de sang ?

Qui salive
À la vue des ventres bleuis ?

Qui inflige
Ces temps barbares ?

Qui calfeutre
Les fenêtres d’autrui ?

Qui d’un rire sardonique
Ruine nos champs d’espérance ?

(Andrée Chedid)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Très haut amour (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2018



    

Très haut amour à présent que tu meures

La neige a tué mon plus bel horizon,
la neige a bloqué les issues et les rêves,
la neige de la grande nuit a ruiné notre ciel.

Très haut amour à présent que tu meures

(André Velter)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La beauté (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018



sorcière  [800x600]

La beauté

Celle qui ruine l’être, la beauté,
Sera suppliciée, mise à la roue,
Déshonorée, dite coupable, faite sang
Et cri, et nuit, de toute joie dépossédée
– O déchirée sur toutes grilles d’avant l’aube,
O piétinée sur toute route et traversée,
Notre haut désespoir sera que tu vives,
Notre cœur que tu souffres, notre voix
De t’humilier parmi tes larmes, de te dire
La menteuse, la pourvoyeuse du ciel noir,
Notre désir pourtant étant ton corps infirme,
Notre pitié ce coeur menant à toute boue.

***

Beauty

She who ruins being, beauty
Shall be tortured, broke on the wheel,
Dishonoured, found guilty, made into blood
And cry, and night, of all joy dispossessed –
O you, torn apart on iron gates before the dawn,
O you, trampled on every road and pierced,
Our high despair shall be to see you live,
Our heart that you may suffer, and our voice
To humiliate you in your tears, to name you
Liar, procuress of the darkened sky,
Yet your crippled body is our object of desire,
Our pity this heart leading only to mire.

(Yves Bonnefoy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Poème (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



Illustration
    
Poème

J’ai ruiné mon coeur, j’ai dévasté mon âme
Et je suis aujourd’hui le mendiant d’amour :
Des souvenirs, pareils à la vermine infâme,
Me rongent à la face implacable du jour.
J’ai ruiné mon coeur, j’ai dévasté mon âme,
Et je viens lâchement implorer du destin
Un reflet de tes yeux au caprice divin,
O forme fugitive, ô pâleur parfumée
Si prodigalement, si largement aimée !

J’ai cherché ton regard dans les yeux étrangers,
J’ai cherché ton baiser sur des lèvres fuyantes ;
La vigne qui rougit au soleil des vergers
M’a versé dans ses flots le rire des Bacchantes ;
J’ai cherché ton parfum sur les lits étrangers
Sans libérer mon coeur de tes âpres caresses.
Et, comme les soupirs des plaintives maîtresses
Qui pleurent dans la nuit un été sans retour,
J’entends gémir l’écho des paroles d’amour.

O forme fugitive, ô pâleur parfumée,
Incertaine douceur arrachée au destin,
Si prodigalement, si largement aimée,
J’ai perdu ton sourire au caprice divin ;
O forme fugitive, ô pâleur parfumée,
Tu m’as fait aujourd’hui le mendiant d’amour
Etalant à la face implacable du jour
La douleur sans beauté d’une misère infâme…
J’ai ruiné mon coeur, j’ai dévasté mon âme.

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des souris et des hommes (Oktay Rifat)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Des souris et des hommes

Rends grâce, souris
Rends grâce à cette souricière
Ne me regarde pas si tristement
T’ai-je crevé les yeux
Écorché la peau
Tordu le sexe
Je pouvais t’embrocher
Je pouvais t’asphyxier
Je pouvais, vivante, te brûler
Je pouvais, vivante, t’enterrer
Mets donc la main sur ton coeur et parle
Ai-je pendu ta femme
Ai-je égorgé ta fille
Ai-je ruiné ton foyer
No-on, souris
Impossible, souris
Cette fois-ci, c’est une toute petite, petite souricière
Pas un tank
Pas un canon
Pas un bombardier

(Oktay Rifat)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’imperfection est la cime (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2016



L’imperfection est la cime

Il y avait qu’il fallait détruire et détruire et détruire,
Il y avait que le salut n’est qu’à ce prix.

Ruiner la face nue qui monte dans le marbre,
Marteler toute forme toute beauté.

Aimer la perfection parce qu’elle est le seuil,
Mais la nier sitôt connue, l’oublier morte,

L’imperfection est la cime.

***

And so it was that you had to destroy and destroy and destroy,
And so it was that salvation is only at this price.

Ruin the naked face rising out of the marble,
Batter all form all beauty.

Love perfection because it is the threshold,
But once known disown it, once dead forget it,

Imperfection is the summit.

(Yves Bonnefoy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’outil (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2016




L’outil

L’outil, c’est la hache qui ruine l’arbre,
la charrue dont les deux bras et la force écartèlent le tronc de l’homme,
la pelle pour ameubler le potager, la brouette qui entraîne,
la fourche pour arracher le foin ou décrotter l’étable,
la faux qui craque dans le blé et souffle dans le foin.
Puis il y a la roue, la machine simple ; qui soutient les conquêtes et use les distances ;
la roue où la terre se colle à l’essieu et aux jantes quand les pluies
ont rendu les chemins tendres, la roue qui va s’appuyant partout ;
qui a rayé le monde d’autant de traces qu’il y a de lignes secrètes dans la main.

(Luc Dietrich)

Illustration: Harold Davis

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’art (Frédéric Nietzsche)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2015



 

Carrie Vielle (1) [1280x768]

L’art n’a pas pour fin de laisser des oeuvres que le temps ruine,
mais de créer des artistes en tous les hommes
et d’éveiller dans le vulgaire le génie endormi.

(Frédéric Nietzsche)

Illustration: Carrie Vielle

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :