Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ruissellement’

Un doigt d’enfant (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2016



Un doigt d’enfant

Un doigt d’enfant
sur le piano ridé
quelque part dans un repli ombreux
de la demeure-aux-songes
interroge le silence
insiste creuse l’ivoire
comme si elle était seule au monde
invente au clair de la lune
alors que le soleil au-dehors
allongé sur le corps sombre et doré
des collines
les embrase
sous le cri des cigales en folie
et ce doigt de fraîcheur
puise goutte à goutte
l’eau vive
d’un puits sans fond
la musique du monde
une source seconde
sous la volupté
sous les larmes
l’eau vive de ce monde
qui n’est pas de ce monde
le ruissellement sacré

un doigt d’enfant posé
sur le corps de la terre
écoute le pouls qui bat.

(Jean Mambrino)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Saules (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2016



Saules

Les saules au bord de l’onde
La tête penchée
Le vent peigne leurs chevelures longues
Les agite au-dessus de l’eau
Pendant qu’ils songent
Et se plaisent indéfiniment
Aux jeux du soleil dans leur feuillage froid
Ou quand la nuit emmêle ses ruissellements.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pollens de lumière (Jean Aron)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2015


diffuspollen

 

Saura-t-on capter,
un soir de sombre songerie,
ce ruissellement de matière
glissant au gré des heures
et qui féconde
sur des plis de draps écrus
ses pollens de lumière?

(Jean Aron)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ruissellement matutinal (Eric Brogniet)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2015




Ruissellement matutinal
légèreté
qui magnétise

La mélodie n’est pas perdue
l’étoile danse
aux puits profonds

Quand le soleil perfore
la voûté verte
des moissons

(Eric Brogniet)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES BÛCHERS SUR LA MER (Claudine Bernier)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



Mer en feu

LES BÛCHERS SUR LA MER

Les cygnes noirs ont des suicides pleins d’étoiles,
Sur une plage d’ombre, au plus profond des mers.
Des goémons de feu, des algues calcinées
Ruissellent lentement au milieu de l’écume
Que traversent parfois des tourelles en flammes.
Le vent émerveillé, le vent retient son souffle,
Il s’approche indécis sur la pointe des pieds
De crainte d’attiser ces bûchers sur les vagues
Et nul n’a remarqué cette lueur discrète
Qui s’élève au-dessus de ces plages brûlantes
Où la mer et le feu s’épousent en secret.

(Claudine Bernier)

Illustration: Moll

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand il se renverse dans le ciel (Albert Ayguesparse)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2015



Quand il se renverse dans le ciel
les bras pleins de rumeurs
noués au-dessus du rire des graminées,
ton beau visage tourné vers les puissances du rêve
les joues rougies par l’églantine du plaisir
brille sous la fraîcheur du matin.
Une mer respire derrière ton front
nue et tranquille dans l’eau des larmes
luisant de l’éclat poudreux d’un trésor
le ruissellement de lait de ta gorge
ce torrent invisible qui meurt sous ta peau
et le goût de l’infini humecte tes lèvres
glissant d’un mouvement léger
par les chemins du sang
gagne avec un bruit d’ailes
la nappe des oliviers
et j’entends s’enfoncer dans ta chair
derrière tes dents humides de soupirs
le collier de cailloux dans le cou des collines
le bruit de l’amour qui remonte vers ta bouche.

(Albert Ayguesparse)

Illustration: William Bouguereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA LANTERNE SUR LE PUITS (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2015



LA LANTERNE SUR LE PUITS

Cette source sur laquelle tu te penches
et qui est toi la source
de ta voix même en silence

cherche de tous côtés
tu ne trouveras pas
qui l’a créée.

Elle t’échappe quand tu deviens
son ruissellement
quand par des milliers de mains
et de regards tu la répands
tu la dispenses sans la voir.

Et sur la fraîcheur noire
ne flotte plus qu’un souvenir une buée.

(Jean Mambrino)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :