Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’absenter’

TOUTES CES ANNÉES OÙ JE M’ABSENTAIS (Nikiforos Vrettakos)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2021



 

    

TOUTES CES ANNÉES OÙ JE M’ABSENTAIS

Toutes ces années où je m’absentais, c’est pour toi que je voyageais.
En quête de cette rose qu’aucun autre
ne pourrait t’offrir. Nul ne saura jamais
quels monts, quels déserts, quels océans j’ai traversés,
quelles averses m’ont sillonné le front,
quelles tempêtes m’ont tourmenté. J’ai versé mon cœur
dans un saint calice et cette belle rose
en est sortie, pure
comme une aurore de Pâques. Mets-la à ta ceinture,
sur ton cœur ou dans tes cheveux. Elle t’ira à merveille
comme au monde chaque matin le soleil.

(Nikiforos Vrettakos)

 

Recueil: Mon soleil
Traduction: Traduit du grec par Ioannis Dimitriadis
Editions: ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Déplacée (Florentine Rey)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2021



Illustration: Salvador Dali    
    
Déplacée

Parfois quand tu t’absentes
tu emportes avec toi tout
l’intérieur de moi. Je me
remplis de silence
pour rester habitable.

(Florentine Rey)

 

Recueil: Voix Vives de méditerranée en méditerranée Anthologie Sète 2019
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fie-toi aux mirages (Max Alhau)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2019



Fie-toi aux mirages
qui t’indiquent la route,
romps le pain avec le vent.

Ce temps se situe toujours
à l’écart des horloges,
dans ces territoires
auxquels l’oubli
ne porte pas atteinte.

Fais face aux précipices,
aux torrents, aux tourmentes,
tu rejoindras ce pays
où s’absentent les ombres,
où s’enracinent les éclairs.

(Max Alhau)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA BEAUTÉ (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2019



 

LA BEAUTÉ
A Roger Toulouse.

La beauté chaque nuit s’absente
La beauté nous ferme les yeux
Chacun s’emmure dans son corps
Et leste ses mots les plus chers
Avec le plomb des vieux remords
La nuit plus longue que l’espoir
La nuit plus courte qu’un baiser
La nuit morcelle le sommeil
En jours entiers qu’il faut tuer
Qu’on tue avec des mains d’étoupe
Et des couteaux mal aiguisés
Des jours qui sont à tout le monde.

(Jean Rousselot)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les anneaux fatigués (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2019



Illustration: Edward Hopper
    
Les anneaux fatigués

On a des envies de revenir, d’aimer, de ne pas s’absenter,
et on a des envies de mourir, combattu par deux
eaux opposées qui jamais ne vont isthmer.

On a des envies d’un grand baiser qui ensevelisse la Vie,
qui finit en l’afrique d’une agonie ardente,
suicidaire!

On a des envies… de n’avoir pas d’envie, Seigneur;
toi je te désigne d’un doigt déicide :
on a des envies de n’avoir pas eu de coeur.

Le printemps revient, revient et s’en ira. Et Dieu,
telle une courbe de temps, se répète et passe, passe
portant sur son dos l’épine dorsale de l’Univers.

Quand les tempes battent leur lugubre tambour,
quand me blesse le songe gravé sur un poignard,
on a des envies de rester planté là dans ce vers!

(César Vallejo)

 

Recueil: Poésie complète 1919-1937
Traduction: Nicole Réda-Euvremer
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Incertitude (Esther Granek)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018



 

Andrey Kartashov girl-in-armchair

Incertitude

T’absentant,
tu m’habites.
Tendrement.
Comme présent.
Dis-moi vite…
et ne mens :
M’absentant,
je t’habite
mêmement ?
Ne sachant,
je m’irrite.
Questionnant
bassement.
Etouffant
mes élans.
Bâillonnant
mes redites.
T’assommant.
M’assommant.
Qu’il est fort
mon tourment !
Et pourtant…
Mais encore…
Dis-moi vite :
M’absentant,
je t’habite ?

(Esther Granek)

Illustration: Andrey Kartashov

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une rumeur à peine audible (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
une rumeur
à peine audible
mêlée à une poussée
un appel

elle hausse le ton
se précise

des mots étouffés
vite perdus

je me sonde
les cherche
tâtonne
au sein du silence
qui les a repris

ce qui voudrait
éclore
ne cesse de coaguler
se défaire
se recomposer

ne cesse de s’absenter
et de réapparaître

des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

 

Recueil: une joie secrète
Traduction:
Editions: Voix d’encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une rumeur à peine audible (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018




    
Une rumeur
à peine audible
mêlée à une poussée
un appel

elle hausse le ton
se précise

des mots étouffés
vite perdus

je me sonde
les cherche
tâtonne
au sein du silence
qui les a repris

ce qui voudrait
éclore
ne cesse de coaguler
se défaire
se recomposer

ne cesse de s’absenter
et de réapparaître

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BOUE (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018



Illustration
    
BOUE

Le chemin boueux
entre les arbres malingres,
les lichens spongieux,
les pas sans échos.

Un oiseau qui prend son vol,
le vent qui court s’absenter
dans le haut des arbres.

La fleur de la ronce,
sa pâleur dans le roncier.
La pâleur du ciel.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Nathanaël
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’UN PIANO LOINTAIN (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018




    
D’UN PIANO LOINTAIN

Au piano, trois notes ont chanté.
Comme le goût… ou l’effluve d’un thé.
Subtile ivresse effleurant mon visage.
Plus d’une vie en moi s’ouvre un passage.

Voix de Márta, doux souvenir d’antan.
Voix de velours, qui pourtant n’est point d’elle.
Je n’ai pas pris, pauvre, son talisman.
Je ne suis plus, hélas, avec ma belle.

Son souvenir ne veut plus me laisser.
Je vois frémir sa lèvrе et son baiser.
Du piano, mon oeil, errant, s’absente.

Mais sans briser la peine qui me hante.
Comme le goût… ou l’effluve d’un thé,
Au piano, trois notes ont chanté.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :