Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sac’

Voleurs (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018




Voleurs

De retour chez ta mère,
sentiras-tu encore
sur tes lèvres les baisers
que je t’ai donnés comme un voleur?

Ah, vous êtes tous deux voleurs!
Ne faisait-il pas sombre dans le pré?
Ne volions-nous pas aux peupliers
l’ombre de ton sac?

Les lapins n’ont pas
eu d’herbe ce soir,
et tes lèvres volées
embrassent la première étoile…

(Pier Paolo Pasolini)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

En revenant de Saint-Martin (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Bebe rabbit

En revenant de Saint-Martin

En revenant de Saint-Martin, j’ai rencontré un p’tit lapin
dessus la neige et tout tremblant dans son joli sac de poils blancs.

Il avait l’air, sous les ételles, d’un pèlerin de Compostelle
et qui tremblait, tremblait, tremblait, comme à ton bras la boîte au lait.

J’l’ai mis tout froid dans mon paletot. Il m’a dit qu’il avait trop chaud.

J’l’ai mis tout chaud dans mon gilet. Il m’a dit : De l’air, s’il te plaît !

Alors j’l’ai mis dans ma culotte. Il a mangé ma p’tite carotte.

(Paul Fort)

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le hasard (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018




    

Le hasard est ce sac de riz
Partout semé
La graine craque sous nos pas.

(Charles Dobzynski)

 

Recueil: La scène primitive
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Les pierres du chemin (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018



    

Les pierres du chemin, ah comment se fait-il
Qu’elles soient devenues
Les yeux des cerfs errants, des biches et des loups,
Et les yeux du cheval qui s’en allait sans ruses
Se peut-il que ce soient deux cailloux dans le fleuve?
Tournez-vous par ici, mes bêtes galopantes,
Au secours, j’ai besoin de chacune de vous,
Troupeau de taurillons, chevaux faiseurs d’espaces,
Personne n’est de trop pour consoler un fou,
Ah j’ai même besoin des bêtes qui se cachent
Et du grain de maïs au fond d’un sac perdu.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOURIRE (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2018



 


    
SOURIRE

au lavomatic avec ses enfants
et ses sacs plastique
le linge qu’elle regarde
fixement
tourner dans la machine
avec tout ce qu’on ignore
qui tourne dans sa tête
qu’un sourire au plus petit
un instant
ne peut cacher

(François de Cornière)

 

Recueil: Ces moments-là
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour écrire (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

pour écrire il nous faut de l’encre
n’importe quelle encre
et de la poussière d’or dans un sac qui fuit

[…]

je choisis mes semailles
dans le comptoir des papillons jaunes
je regarde tout mais n’achète rien
car je dois m’en aller

(Luis Mizón)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre les seins (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



Illustration: Alain Bonnefoit
    
entre les seins
de la sauvage
Marj reposent des hommes aux larges
épaules qui glorifient

le corps caressable aux angles arrondis
de Marj de ces hommes
les doigts balancent des coffres
déplacent des sacs roulent des barils ils

nouent
l’amour
autour
de bières

le monde possède
les mains de ces hommes mais leur
grand corps picoleur
appartient à

Marj
la verteplate bourse duquel –
visage s’ouvre
sur un grasgarnid’or

***

between the breasts
of bestial
Marj lie large
men who praise

Marj’s cleancornered strokable
body these men’s
forgers toss trunks
shuffle sacks spin kegs they

curl
loving
around
beers

the world has
these men’s hands but their
bodies big and boozing
belong to

Marj
the greenslim purse of whose
face opens
on a fatgold

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poids de Dieu (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017




    
Ni l’oeuf uniquement
ni le sac de mil
ni le jet de gargoulette
ni ta main dans la main aimée

mais tout
mais à chaque instant le poids de Dieu.

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Tchadiennes
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un sac vide (Aphorismes Bretons)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2017



 


    
Ur sac’h golo
ne chom ket en e sav.

Un sac vide
ne tient pas debout.

(Aphorismes Bretons)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

ON MEURT SANS MÊME SE REGARDER MOURIR (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017



 

ON MEURT SANS MÊME SE REGARDER MOURIR

On meurt sans
même se
regarder mourir.

Vous le disiez.

Sa propre main
sur les yeux.

Tu le craignais.

Peut-être afin
d’enfermer puis de coudre
à jamais cette image.

Dans le sac.

Mais l’obscurité
qu’annonce-t-elle
au juste?

On la dit soeur
incestueuse
de la flamme.

De cette lumière
qui nous anime.

Avant d’en terminer.

Les mains jointes
de force.

(Franck Venaille)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :