Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’accélérer’

Ne reviens pas si tard (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2018



Illustration: Andrey Bobir
    
Ne reviens pas si tard
Romance

1
Viendras-tu? Viendras-tu? Il est tard!
Et dans la nuit
L’heure s’enfuit
Je revis ainsi qu’un cauchemar,
Tout notre amour et tes trahisons
Et tes yeux clairs et ton beau sourire
Mon coeur se déchire
Tout seul dans la maison.

Refrain 1
Ne rentre pas si tard, quand tu sais que j’attends
Que l’heure passe, minute après minute,
Comme des gouttes d’eau qui pendant leur chute
Chanson du temps
S’accélèrent
Et retentissent dans mon coeur solitaire.
Ne rentre pas si tard quand tu sais que j’attends
Que tu sais que j’attends seul avec mes pensées.
Ne rentre pas si tard après la nuit tombée.

2
Pourquoi souffrir tout ce cauchemar
La vie passe
Et s’efface
Un jour tu reviendras, mais trop tard
J’aurai fui enfin tes trahisons
Et tes beaux yeux et ton sourire
Que pourras-tu dire
Seule dans la maison.

Refrain 2
Ne rentre pas si tard, quand tu sais que j’attends
Que l’heure passe, minute après minute
Comme des gouttes d’eau qui pendant leur chute
Chanson du temps
S’accélèrent
Et retentissent dans mon coeur solitaire.
Ne rentre pas si tard, quand tu sais que j’attends
Car tu pourrais ne retrouver que le silence
Ne rentre pas si tard.

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Toi tu cours (Alireza Rôshan)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



تو†می†دوی
toi tu cours
تو†می†آیی
toi tu viens
قلب†من†به†شماره†می†افتد
c’est mon coeur qui s’accélère
من†نفس†نفس†می†زنم
c’est moi qui m’essouffle

ﻥﺪﻧﺎﻣ
rester
ﺖﺳﯽﺘﻟﺎﺣ
est un état
ﻥﺪﻣﺁ ﻥﺎﯿﻣ
entre venir

et
ﱳﻓﺭ
partir

ﺍﺭ ﺏﺁ ﺎﻣ
nous, l’eau
ﱳﺴﯾﺮﮔ ﯼﺍﺮﺑ
nous l’avons bue
ﻢﯾﺍﻩﺪﯿﺷﻮﻧ
pour pleurer

ﯽﺘﺴﯾﺮﮔ ﻥﺎﯿﻧﺍﺪﻧﺯ ﯽﻣﺎﲤ ﻝﺎﺣ ﺮﺑ
tu as pleuré sur tous les prisonniers
ﻦﻣ ﺮﺑ ﺮﮕﻣ
sauf sur moi
ﻮﺗ ﺭﺩ ﻪﻛ
qui en toi
ﻡﺍﻩﺪﺷ ﺪﺑﺍ ﺲﺒﺣ
suis prisonnier à vie

ﺍﺭ ﻩﺮﺠﻨﭘ
elle a refermé la fenêtre
ﺖﺴﺑ ﻦﻣ ﺮﺑ
sur moi
ﻩﺎﻣ ﺲﻜﻋ ﻭ
et le reflet de la lune
ﻭﺍ ﯼﺎﺟ ﻪﺑ
prenant sa place
ﺖﺴﺸﻧ ﻪﺸﯿﺷ ﺮﺑ
s’est posé sur la vitre

ﻪﺸﯿﺷ ﺪﻨﻛ ﻪﭼ
que peut la vitre
ﮓﻨﺳ ﺝﺎﻣﺁ ﺭﺩ
visée par la pierre
ﱳﺴﻜﺷ ﺰﺟ
sinon casser

ﻮﺗ ﯽﯾﺎﺒﯾﺯ
ta beauté
ﺖﺳﺍ ﻩﺎﻣ ﺪﻨﻧﺎﻣ
est comme la lune
ﺖﻧﺪﯾﺩ ﯼﺍﺮﺑ
pour te voir
ﺖﺷﺍﺩ ﻩﺪﻧﺯ ﺍﺭ ﺐﺷ ﺪﯾﺎﺑ
il faut veiller

(Alireza Rôshan)

Illustration: Brigitte Perrault

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jamais entré dans le déclin (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



Illustration: Sarolta Bán
    
Jamais entré dans le déclin
jusqu’à ce jour
Quelqu’un
le même et l’autre
se tient devant
le dos aux marges
Je ne lis rien dans ses yeux
Le temps s’accélère
et commande
qu’on fasse bonne figure

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :