Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’accroupir’

Les grenouilles (Maurice Rollinat)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2019



Les grenouilles

Elles s’en vont au loin s’accroupir sur les pierres,
Sur les champignons plats, sur les bosses des troncs
Et clignotent bientôt leurs petites paupières
Dans un nimbe endormeur et bleu de moucherons.

Emeraude vivante au sein des herbes rousses
Chacune luit en paix sous le midi brûlant ;
Leur respiration a des lenteurs si douces
Qu’à peine on voit bouger leur petit goître blanc.

Elles sont là, sans bruit, rêvassant par centaines,
S’enivrant au soleil de leur sécurité ;
Un scarabée errant, du bout de ses antennes,
Fait tressaillir parfois leur immobilité.

Les autres, que sur l’herbe un bruit laisse éperdues
Ou qui préfèrent l’onde au sol poudreux et dur,
A la surface, aux bords, les pattes étendues,
Inertes, hument l’air, le soleil et l’azur.

(Maurice Rollinat)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il me faut vraiment devenir un peu plus simple (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2016



Il me faut vraiment devenir un peu plus simple.
Me laisser vivre un peu plus.
Cesser de vouloir que ma vie porte ses fruits dès maintenant.
Mais j’ai trouvé le remède.
Je n’ai qu’à m’accroupir sur le sol, dans un coin,
ainsi blottie, écouter au-dedans de moi.

(Etty Hillesum)

Illustration: Benoit Colsenet

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fermer les yeux miser sur l’obscur (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2015



Fermer les yeux miser sur l’obscur
et s’en tenir à son legs
quoi qu’il arrive au quartier appelé Petite Sicile
même si dans l’odeur du goudron la faim persiste
et que se gorge de chaleur la misère
et que l’âme s’accroupisse
sous le plus petit des os douloureux
quelque feu cassant consumant sa rancoeur
je veux rester ici misant sur l’obscur
et m’en tenant à son legs
Le seul fût qui veuille la fixer
cette âme de feuillage fragile
il est ici dans la noirceur du plus beau soleil

(Roland Brachetto)

Illustration: Joseph Galante

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :