Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’aggraver’

RYTHMES TRANCHANTS (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2020



 

arc-brise

RYTHMES TRANCHANTS

Je suis l’arc brisé
D’un cercle.
Je suis la forme rompue
D’une statue.
Je suis l’idée tue
De quelqu’un.

Comme si je marchais
Sur des pointes
Ta calme proximité
Sans cesse pour moi s’aggrave.

(Srecko Kosovel)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le secret (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Illustration: Elina Brotherus
    
Le secret

Des grands plateaux d’herbages aux villes intérieures
Ton nom m’est révélé, perdue, illuminée
Les lointains se souviennent de l’eau des grandes terres
Et nous étions tous deux debout dans l’embrasure

L’un heureux, l’autre humide
Et le vent s’aggravait qui te tenait au corps
Tu étais nue dans ce vent et pour cette nudité
J’avais porté un voile de caresses pensives

Tu attendais que reviennent ces oiseaux
Noirs, et battus d’une aile toujours morte
Et tu attendais le soir et la nuit relevée

Pour dire enfin au feu ce grand secret de braise.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Démesure (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



démesure

les astres
sont des incandescences feutrées
dit-il en citant un penseur ancien
ou la lune est une barque
il marche avec les autres
en traitant de la démesure
à ras de terre les objets s’aggravent
et les voix d’elles-mêmes s’atténuent
dans ce qui se fait vrai silence

(Hédi Kaddour)


Illustration: Le Disque de Nebra

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DOMINUS DOMINO (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2017



 

DOMINUS DOMINO

L’eau qui affleure entre les saules invente un abîme d’étoiles.
L’espace à y rêver je le déploie et il m’obsède.
Mon songe crée ce vide où il s’aggrave.
Ma profondeur me montre en moi mon défaut
mais je suis sa borne en elle,
nous nous sommes étrangers corps à corps.

[…]

Paroles et brises se font de plus en plus impalpables.
La clarté s’amenuise sans une ombre.
Exister s’exténue comme un hymne. Mon absence
me pleure de joie dans les mains.

(Jean Grosjean)
Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La claudication des âmes (Frédéric musso)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2016



La claudication des âmes s’aggravait dans les flaques
où s’abîme le plus profond de soi.
mirages.
L’ombre du présent tremblait à chaque pas.
Réel à ras de terre.
De lents nuages flottaient à fleur d’eau.

(Frédéric musso)

Découvert ici: https://lettresdirlandeetdailleurs.wordpress.com/

Illustration: Escher

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :