Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘saisissement’

Saisissement par la beauté comme par le rire (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



Saisissement par la beauté comme par le rire.
La même sensation d’étrangeté absolue.
Mais dans le rire, ce qui nous est révélé,
c’est le caractère illusoire de l’être.
Par la beauté, la perfection de notre appartenance au néant.

Le rire nous secoue, nous étrangle.
La beauté nous frappe. Nous écrase.

L’amitié des choses a bien de ces rudesses
lorsqu’il s’agit de nous réveiller.

(Gérard Pfister)

Illustration: Pol Ledent

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Rougeur des matinaux (René Char)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2017



Rougeur des matinaux

Quand on a mission d’éveiller,
on commence par faire sa toilette
dans la rivière.
Le premier enchantement
comme le premier saisissement
sont pour soi.

(René Char)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes les folies (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2017




    
tu émanes
tu irradies
comme un meneur de lune
ton monde n’a pas changé
mais il vibre autrement
cadencé par le silence et l’amour
ouvrant d’autres traces
d’autres gisements
un saisissement continu
qui se diffuse à travers tes os
la folle folie d’aimer
à perte de coeur

Toutes les folies sont des états de grâce

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Satori Express
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la corde (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017




    

Sur la corde
les noeuds sont des poings
de saisissement de la corde.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

À perte de coeur (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2016



À perte de coeur

les folies sont des états de grâce

tu émanes
tu irradies
comme un meneur de lune
ton monde n’a pas changé
mais il vibre autrement
cadencé par le silence et l’amour
ouvrant d’autres traces
d’autres gisements
un saisissement en continu
qui se diffuse à travers tes os
la folle folie d’aimer
à perte de coeur

Toutes les folies sont des états de grâce

(Zéno Bianu)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Anne-Louis Girodet

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecrire pour nous rappeler à l’évidence (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2016



Ecrire pour nous rappeler à l’évidence.
A ce qui est en nous, et plus vaste que le langage.
Plus grand que nous, et qui n’a pas de nom.

Faire sentir, abrupt, ce qui en nous dépasse tout de nous.
A nouveau, la lumière. La belle lumière.

Comment le langage dirait-il le toucher de l’ange ?
Quel langage pour ce saisissement, pour cette étreinte ?
Quel langage pour cet amour ?
Est-ce poésie le balbutiement qui en témoigne,
ces mots qui tentent en vain de retrouver ?

Il n’y a rien d’autre à écrire, à récrire toujours que cela.
Et, toujours, le langage comme une tombe se referme.
Où était le surgissement, ne reste que les fines bandelettes du discours.

(Gérard Pfister)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le secret n’a pas de nom (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2016




Le secret n’a pas de nom.
Ne se connaît que dans le saisissement.

Ce n’est que lorsque les mots s’effacent, dans la beauté,
que le secret nous saisit.

Qui peut dire ce qu’est le secret ?
Le secret échappe à toute définition, lors même qu’on le connaît.

Le secret nous surprend dans la nuit, nous abandonne dans la nuit.
Et reste le secret.

(Gérard Pfister)

Illustration: Marie-Paule Deville Chabrolle

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La beauté te donne la plus forte, la plus vive connaissance de la chose (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2016



La beauté te donne la plus forte, la plus vive connaissance de la chose.
Tu es pris, emporté par elle. Dépossédé de tout.

Et toute connaissance ainsi n’est-elle saisissement ?
Non par le regard ni l’entendement. Mais ce rapt, cette dévoration.

Ce qui se transforme en toi. Ce en quoi tu te changes.
Ce que tu manges et ce que tu sécrètes.

Les choses te sont inaccessibles tant que tu les veux saisir par l’image.
Tant que tu les veux soumettre à ton pouvoir.

Il te faut manger leur corps, te laisser dévorer par elles.
Partager leur nuit.

(Gérard Pfister)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :