Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sans cesse’

SÉPARATION (C. Hsing-Ling)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2017



papillon

SÉPARATION

J’écoute le tac-tac de la pluie, hors la gaze de la fenêtre.
Et, par ces tristes pensées d’amour, je crois que c’est le bruit de mes larmes.

Seul, en face d’une petite lampe, je passe cette nuit douloureuse.
Un ressentiment m’oppresse ; la joue contre l’oreiller, je ne peux pas rêver.

La brume froide du matin, voile à demi les plus hauts étages d’une maison… et, c’est là !…
Mais celle qui paraîtra, désormais, à la fenêtre, n’est plus la même…

Que puis-je faire de mon âme, à présent ?
Ah ! qu’elle s’envole, comme un papillon, pour suivre l’absente,
et palpiter, sans cesse contre la soie de sa jupe !…

(C. Hsing-Ling)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au bout du jour (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



au bout du jour
il n’est pas grand-chose à quoi
peuvent s’accrocher les doigts
dans un silence de chair remuée
vive
le plus souvent on s’est tenu
à la surface des gens ou des choses
avec en dedans
un grand désir
muet

***

les êtres s’échappent

d’autres amis remplacent les morts

on est toujours là
peut-être un peu plus lourd de souvenirs
pour personne

***

hommes sans cesse
très vite disparaissant
dans la terre sans livre

tant de terre et tant d’hommes
remués
si longtemps
sans faire d’histoire
décisive

on ne crie plus guère

on veille parmi les livres
lorsque les mains sont vides

***

l’élargissement viendra
du dedans
s’il doit venir

pour l’heure
on aménage l’espace restreint
et sous les livres
on arrive à ne plus voir les murs

ainsi
à l’étroit dans ce qui est possible
on est
debout
encore

on dure

(Antoine Emaz)

Illustration: Misha Gordin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DÉSIR N’A PAS DE LÉGENDE (XVI) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2017



 

Illustration: Oleg Korolev
    

LE DÉSIR N’A PAS DE LÉGENDE (XVI)

A nos regards pris dans la même pierre de présence,
le monde arrive par une fenêtre
où nous nous penchons parfois
de nos corps, hauts comme des promontoires.

La ville est au pied de la chambre où tu te tiens
avec pour horizon celui de tes épaules
et nous touchons jusqu’en son fond
le vivier de feu qui donne sa mesure à l’été.

Tu te refermes sans cesse sur moi
comme deux vagues sur un rocher
et nous n’avons qu’à nous laisser porter par la mer
qui s’étend très loin autour de nos visages.

Perdus dans un pays de chair et de caresses,
nous vivons les quelques milliers d’années
dont notre amour a besoin pour que naisse
une étreinte de chaque goutte de notre sang.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS LIEU (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2017



Illustration: Gao Xingjian
    
SANS LIEU

sans lieu
sans mémoire
les stèles du vide
le suaire du ciel
ce qui s’abat
sur le corps du monde

sans lieu
sans pourquoi
les hautes nuées
de sang sombre
l’abandon recroquevillé
dans la lumière

sans lieu
sans voix
par coulée
au plus bas
la nuit sortie au jour

sans lieu
sans nom
le géomètre des éclipses
parcourt l’horizon

sans lieu
sans boussole
l’abîme d’en-haut
la poudre d’ombre
la pulpe de l’ébloui

sans lieu
sans cesse
rompre la mort
avec ceux qui transparaissent
vers les lunes brûlées

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MIROIR DE TOUS LES DOUBLES (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2017



Illustration: Julia Perret  
    
MIROIR DE TOUS LES DOUBLES
pour Jean-Pierre Duprey

nous passons
sans cesse et sans trêve
du berceau au tombeau
nous passons
assoiffés d’une plénitude autre
que le manque qui nous troue
et nous désosse
nous avançons tant bien que mal
et soudain quelqu’un écrit

ce qui nous anime
s’appelle la joie du gouffre

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Satori Express
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bien que l’aiguille (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017




    
bien que l’aiguille
de la pendule
tourne sans cesse

le temps est figé
à l’affût

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Taches (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017




    
Taches
taches pour obnubiler
pour rejeter
pour désabriter
pour instabiliser
pour renaître
pour raturer
pour clouer le bec à la mémoire
pour repartir

Bâton fou
boomerang qui sans cesse revient
revient torrentiellement
à travers d’autres
reprendre son vol

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la digue (Lieou Yu-Si)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2017



Sur la digue

De la rive Sud à la rive Nord, le regard s’étend sur les flots brumeux.
Dans la nuit, les chansons des voyageurs se répondent:
«Les Feuilles de Pêchers» disent l’amour, «Les Branches de Bambous», la mélancolie.
L’eau coule sans cesse et la lune éclaire toutes choses.

(Lieou Yu-Si)

 Illustration: Hiroshige

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

(Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2017



Ce que je voudrais dire,
sans cesse, est très simple.

C’est qu’il y a, tous les jours, quelque chose
qui interrompt l’aventure sociale, sentimentale, intellectuelle,
qui laisse son homme en plan, stupéfait,
quel qu’il soit, quoi qu’il fasse.

Il faut remettre ses bottes.

(Georges Perros)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Joie Difficile (Herwig Hensen)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2017



La Joie Difficile

C’est le même miracle qui se produit sans cesse :
le flux des sources et des rivières;
la graine qui éclate pour libérer les jets,
et le flanc qui se déchire.

C’est tout l’univers qui s’ébauche en moi comme un germe :
l’air qui m’entoure est né à mon souffle,
et chaque arbre que j’enlace,
devient un arbre surgi de moi.

(Herwig Hensen)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »