Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’approcher’

La vérité (Serge Pey)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2020



Ráed Al-Rawi Fishing

 

La vérité n’a pas besoin d’erreur
pour s’approcher d’elle-même
mais l’homme a besoin d’erreur pour
s’approcher de la vérité

La raison d’exister de la vérité est le souvenir
de l’erreur qui est la raison de l’être

Nous sommes les enfants du moment
c’est-à-dire dans le présent
de ce qui ne peut se nommer
au delà du langage
sans lendemain ni hier

Il y a un présent du passé
et un présent de l’avenir
et un présent du présent

Si la vérité accepte l’erreur
l’erreur doit accepter la vérité
Nous déchirons les miroirs
toujours en deux
même quand nous nous regardons

La vérité est celle du pêcheur
qui ne pêche que le lac
L’erreur est le poisson
qui lui ressemble
ou le noeud qu’il fait avec son fil

(Serge Pey)

Illustration: Ráed Al-Rawi

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le mendiant (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2020




    
Le mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s’arrêta devant
Ma porte, que j’ouvris d’une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C’était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l’homme et les joignant pour Dieu.
je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l’entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre ,
Devant la cheminée. » Il s’approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Etalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l’âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu’il séchait ce haillon désolé
D’où ruisselait la pluie et l’eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNE LIBELLULE EST ARRIVÉE (William Zhou)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2020




    
UNE LIBELLULE EST ARRIVÉE

Au bord du lac
je jouissais de l’heure matinale

Soudain
une petite libellule s’approcha de moi,
se plaça sur mon épaule
pour s’y reposer,

et je devins pour elle
un arbre de printemps.

***

飞来一只蜻蜓

周道模
静立在湖边
我享受着清晨
突然
一只小蜻蜓飞来
栖息在我肩膀上
把我变成
一棵春天的树

***

A DRAGONFLY ARRIVED

Standing at the shore of a lake,
I enjoyed the early morning.

Suddenly
a small dragonfly arrived
and took a rest on my shoulder

turning me
into a spring tree.

***

EEN WATERJUFFER IS AANGEKOMEN

Aan de oever van het meer
genoot ik van de vroege ochtend
Plotseling
kwam een kleine waterjuffer naar mij toe,
zette zich op mijn schouder neer
om er op uit te rusten,
en ik werd voor haar
een lenteboom.

***

***

EINE LIBELLE IST GEKOMMEN

Am Ufer des Sees
genoss ich den frühen Morgen.
Plötzlich
kam eine kleine Libelle zu mir,
setzte sich auf meine Schulter
um dort auszuruhen
und verwandelte mich
in einen Frühlingsbaum.

***

ΛΙΒΕΛΟΥΛΑ

Στέκομαι στην όχθη της λίμνης
κι απολαμβάνω το εξαίσιο πρωινό
ξάφνου
μια μικρή λιβελούλα πετά
και κάθεται στον ώμο μου
μεταμορφώνοντας με
σ’ ανοιξιάτικο δέντρο

***

***

***

ARRIVÒ UNA LIBELLULA

Sulle rive di un lago,
godevo del primo mattino.

All’improvviso,
arrivò una piccolo libellula
a riposarsi sulla mia spalla

per trasformarmi
in un albero a primavera.

***

UNA LIBÉLULA LLEGÓ

De pie, a la orilla de un lago,
disfruté de la madrugada.

De repente,
una pequeña libélula llegó
y se posó en mi hombro

convirtiéndome
en un árbol de primavera.

***

PRZYFRUNĘŁA WAŻKA

Stojąc na brzegu jeziora,
cieszyłem się wczesnym porankiem.

Nagle,
przyfrunęła mała ważka
i spoczęła na moim ramieniu

zamieniając mnie
w wiosenne drzewo.

***

UMA LIBÉLULA CHEGOU

De pé, na margem de um lago
disfrutei da madrugada.

De repente,
uma pequena libélula chegou
e pousando no meu ombro

convertendo-me
na árvore da primavera.

***

A venit o libelulă
Stam la margine de lac
savurând zorii.
Deodată
o mică libelulă
mi-a poposit pe umăr
făcând din mine
un pom de primăvară.

***

(William Zhou)

 

Recueil: ITHACA 630
Traduction: Français Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache William Zhou / Chinois / Anglais Germain Droogenbroodt – William Zhou / Néerlandais Germain Droogenbroodt / Arabe Sarah Silt / Allemand Wolfgang Klinck / Grec Manolis Aligizakis / Hébreu Dorit Wiseman / Indi Jyotirmaya Thakur / Italien Luca Benassi / Espagnol Rafael Carcelén / Japonais Naoshi Koriyama / Polonais Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka / Portugais José Eduardo Degrazia / Roumain Gabriela Căluțiu Sonnenberg / Russe Daria Mishueva /Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les journaliers (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2020


 

Ils n’ont point peur, celui-ci cloue
et celui-là assemble
tandis qu’une troisième plante;
l’on peut s’approcher d’eux
leur demander
des nouvelles des leurs
et pourtant tout est si précaire
les corps de leurs filles ainées
les vieux rires de leurs soirées;
de temps à autre il y a des ombres
une poitrine qui se révèle
une certaine douleur
un goût très fin d’éternel.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout ce qui arrive est terrible (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2020



Tout ce qui arrive est terrible.
Rien que parce que cela arrive.
Devient réel.
Arrive. S’approche. Est là.
Arrive d’où?

(Roger Munier)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La Gloriette-aux-Bambous (Wang Wei)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2020




    

La Gloriette-aux-Bambous

Seul assis au milieu des bambous
Je joue du luth et siffle à mesure
Ignoré de tous au coeur du bois
La lune s’est approchée : clarté

(Wang Wei)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans les brumes (Meng Hao-ran)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2020




    
Dans les brumes, près de l’île, on amarre la barque
Au crépuscule renaît la nostalgie du voyageur
Plaine immense : le ciel s’abaisse vers les arbres
Fleuve limpide : la lune s’approche des humains

(Meng Hao-ran)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’APPARITION (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2020




    
(Recueil Accents)
L’APPARITION

L’homme avançait à petits pas,
Puis il tourna la poignée de la porte,
(Le cuivre du bouton ne brillait pas
Car la lumière était éteinte ou morte),

Entra sans heurt, s’approcha de mon lit
Et, d’une voix que je connais, me dit :
« Que fais-tu donc ? Dors-tu ? Es-tu parti,
J’entends avec un rêve, loin d’ici ?
J’arrive à temps pour empêcher ta fuite.
Refuse encor ces images sans suite,
Crains leur désordre et leurs fausses clartés ;
Moi je te dis de ne pas t’en aller.

Pense d’abord à ta chambre, à la forme
De la maison, à tes rideaux tirés,
À tant de gens autour de toi qui dorment
Comment, comment pourrais-tu t’évader ?

Rappelle-toi que tu as travaillé
Tout aujourd’hui. Pourquoi ? Pour te loger,
Pour acheter de quoi boire et manger.
Tu es ici gisant dans ta journée.

As-tu bien mis de l’ordre en tout cela ?
As-tu compris tout ce qui se passa,
Ce qui fut dit, ce qui te menaça ?
As-tu compté les heures et l’argent ?

As-tu rangé ton étroit logement ?
(Il te faudra, dans cet encombrement,
Atteindre, après la table, la fenêtre
Et te mouvoir, quand le jour va paraître !)

Allons ! Tu peux dormir jusqu’au matin.
Je te permets d’évoquer la fumée,
L’espace ouvert entre les cheminées
Ou le soleil vu à travers les mains.
—Je reviendrai t’accompagner demain. »

Moi qui feignais de dormir, j’entendis
Qu’il soupirait. Puis, pour lui-même, il ajouta :
« Demain, nous parlerons d’autres soucis ! »
Enfin, hochant la tête, il s’éloigna.

Il est là chaque soir, et sa voix
N’en dit pas plus sur le monde et sur moi.

(Jean Tardieu)

 

Recueil: Jean Tardieu Un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai cent vies… (Sri Aurobindo)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2020



Sri Aurobindo
    
J’ai cent vies…

J’ai cent vies encore devant moi
pour m’emparer de toi, ô esprit éthéré,
sois sûr que d’un coeur insatiable
à travers elles toutes comme un chasseur je te poursuivrai.
Tu te retourneras pourtant sur la route éternelle
et, ta vision s’éveillant, tu me verras venir,
souriant un peu des erreurs passées, et tu mettras
ta main en hâte dans la mienne, sa vraie demeure.
Rendu heureux par ton bonheur
je m’approcherai de toi dans les choses et les êtres chers,
en partie te posséderai dans les mouvements de ton esprit,
aimant ce que tu as aimé je te sentirai proche,
jusqu’à ce que je pose mes mains sur toi
quelque part parmi les étoiles, comme il fut décrété.

(Sri Aurobindo)

 

Recueil: Poésie
Traduction: Français Cristof Alward-Pitoëff
Editions: Sri Aurobindo Ashram Trust

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’écorce du bouleau (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 mars 2020



L’écorce du bouleau

Comme l’écorce du bouleau
tu es argent, tu es parfum,
et je dois emprunter tes yeux
lorsque je décris le printemps.

J’ignore ton nom mais il n’est
de premier volume sans femme:
on écrit avec des baisers
(et je réclame le silence
pour laisser la pluie s’approcher)

[…]

Tu es celle que tu seras,
la femme innée de mon amour,
celle qui fut faite d’argile
ou de plumes, la femme-oiseau,
ou la femme territoriale,
chevelure dans le feuillage,
ou bien la femme concentrique
tombée comme une monnaie nue
dans le bassin d’une topaze
ou celle d’à présent qui soigne
mon incorrecte indiscipline
ou celle qui n’est jamais née
et que je continue d’attendre.

Car la lumière du bouleau
est la peau même du printemps.

(Pablo Neruda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :