Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’arrêter’

LES SECRÉTAIRES (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2021



LES SECRÉTAIRES

je ne suis que le secrétaire d’une chose invisible,
Qui m’est dictée, et à quelques autres avec moi.
Inconnus les uns des autres, nous parcourons la terre,
Sans comprendre grand-chose. On commence à mi-phrase,
On s’arrête aussi sec. L’ensemble un jour constitué
N’est pas notre affaire, aucun de nous ne le déchiffrera.

(Czeslaw Milosz)


Illustration: Didier Platel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

DE LA FEMME AU CIEL (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2021



 

Oleg Korolev  sun_s_10 [1280x768]

DE LA FEMME AU CIEL

L’âme a des étapes profondes.
On se laisse d’abord charmer,
Puis convaincre. Ce sont deux mondes.
Comprendre est au-delà d’aimer.

Aimer, comprendre : c’est le faîte.
Le Coeur, cet oiseau du vallon,
Sur le premier degré s’arrête ;
L’Esprit vole à l’autre échelon.

A l’amant succède l’archange ;
Le baiser, puis le firmament ;
Le point d’obscurité se change
En un point de rayonnement.

Mets de l’amour sur cette terre
Dans les vains brins d’herbe flottants.
Cette herbe devient, ô mystère !
Le nid sombre au fond du printemps.

Ajoute, en écartant son voile,
De la lumière au nid béni.
Et le nid deviendra l’étoile
Dans la forêt de l’infini.

(Victor Hugo)

Illustration: Oleg Korolev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉLÉGIE (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2021




ÉLÉGIE

Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.
Comme une grande bulle de cristal mince
ce soir, est le monde :
il gonfle il gonfle il monte.
Qui d’entre nous
croyait en épier le rythme et le souffle ?

Mieux vaut ne pas bouger.
C’est un bleu d’eau profonde
qui nous enveloppe,
en lui
pullulent formes images arabesques.
Ici pas de lune pour nous :
c’est plus loin qu’elle doit s’arrêter :
les confins du visible en écument.

Fleurs d’ombre
jamais vues, imaginées,
vergers emprisonnés
par deux murs,
parfums entre les doigts des potagers !
Nuit sombre, crées-tu des fantômes ou berces-tu
dans tes bras un monde ?

Ne bouge pas.
Comme une bulle immense,
tout gonfle, tout monte.
Et toute cette fausse réalité
explosera
peut-être.
Nous, nous resterons peut-être.
Nous peut-être.
Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.

Tu pleures ?

(Eugenio Montale)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Le paysan s’arrête de labourer (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2021




    
le paysan s’arrête de labourer
pour me regarder
passer

***

あるきながらいちごくひけりいちご畑

(Shiki)

 

Recueil: Ah! Le printemps
Traduction: Cheng Wing fun & Hervé Collet
Editions: Moundarren

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

HORAIRE (Nuno Jùdice)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2021



 


    
HORAIRE

Le vent, dans les gares de province, fait un bruit semblable à celui que j’entendais enfant.

Ce vent ne ressemble à rien
de ce qui m’environne : la ville, des rues, des immeubles, images fugitives du vide.

Cependant, je m’arrête par instants pour mieux me souvenir de ce bruit qui a disparu.

Au loin, un bout de fleuve m’emmène de l’autre côté, où le vent souffle comme toujours.

Je sors de l’ombre pour marcher sur le quai que le soleil de l’après-midi rend insupportable, bien que je n’aille nulle part.

Le vent, parfois, se limite à dire que le terminus peut être une gare de passage.

(Nuno Jùdice)

 

Recueil: Un chant dans l’épaisseur du temps suivi de méditation sur des ruines
Traduction: Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis un voyageur en noir (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2021



Je suis un voyageur en noir.
Qui voudrait suivre mes empreintes?
Qui voudrait m’entendre et savoir?
Bateau de deuil, bateau de plaintes,
Je suis un voyageur en noir.

Je suis un navire en détresse
Sous l’offense du mauvais sort.
Ma cargaison n’est que tristesse,
Ah! ne montez pas à mon bord,
Je suis un navire en détresse.

Je suis un voyageur en noir.
Toute saison m’est étrangère.
Un souvenir veut me revoir,
Ma pensée est sa messagère,
Je suis un voyageur en noir.

Enfants, beaux oiseaux demoiselles,
Citadelles d’enlacements,
Dites, la parole peut-elle,
Peut-elle égarer le tourment?
Enfants, beaux oiseaux demoiselles,

Peut-elle égarer le malheur,
Lui faire quitter son ouvrage,
Le changer en saule pleureur
Drapant une chambre d’ombrage?
Peut-elle égarer le malheur?

Mes mains sont herbier de caresses.
Herbes d’amour, fleurs de mes soins
Ne sont plus qu’ombre et sécheresse
En ma paume et bruissant au loin.
Mes mains sont herbier de caresses.

Notre lit était un pays,
Une île, une gorge bien creuse,
La plaine où nous avons cueilli
Des fleurs du nom d’aventureuses.
Notre lit était leur pays.

Jeunes filles battant des ailes,
Premiers rayons, premier oubli.
Dites, la parole peut-elle
Plier le drap de l’ancien lit ?
Jeunes filles battant des ailes,

Peut-elle égarer le chagrin,
Le changer en rose des vents marins,
Soit en forêt, soit en prairie ?
Peut-elle égarer le chagrin ?

Si vous montez du puits des larmes,
Enfants, vous venez de mon coeur.
Vous êtes, peut-être, en vos charmes
Ma morte libre de mes pleurs?
Si vous montez du puits des larmes

Vais-je m’arrêter à jamais
Auprès de vous, mes patineuses ?
Comme vous, celle que j’aimais
Etait en étant nombreuse.
Vais-je m’arrêter à jamais

Pour votre chaleur à ma hanche,
Pour goûter à votre pâleur
Et pour vos doux bras de peau blanche ?
Ne serais-je plus voyageur
Pour votre chaleur à ma hanche?

Sous quelque auvent, guettant mon pas,
Un petit garçon me supplie,
Il crie :  » Oh! ne t’attarde pas,
Ma mère croit que tu l’oublies
Sous quelque auvent, guettant un pas  »

Femme, mon ange fiancée,
Nous marierons nos souvenirs.
Cultive un jardin de pensées
Je viendrai bientôt les cueillir.
Femme, mon ange fiancée,

Regarde aux miroirs du trépas,
Rougissante des nuits prochaines,
Ta lèvre où mon baiser soupa.
Attend la fin de ma semaine,
Regarde aux miroirs du trépas.

(Louise de Vilmorin)

Illustration: Max Mitenkov

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Melancholia (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2021




    
Melancholia
(extrait)

… Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : – Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes !
Ô servitude infâme imposée à l’enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée,
Et qui ferait – c’est là son fruit le plus certain ! –
D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !
Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ?
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l’homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit,
Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu’il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l’homme heureux !

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel de Claire Lumière (Dalaï-Lama VIIème)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2021



 

Wols  -WOLS [1280x768]

Le ciel de Claire Lumière, la réalité ultime, pénètre partout.
Voyez tout dans cette lumière indescriptible de la réalité;
Sans vous arrêter à des falsifications intellectuelles,
regardez cette vacuité immaculée…
Voyez le drame, l’illusion, la création magique;
Sans penser qu’elle est réelle, regardez la face de la vacuité;
Sans laisser venir les pensées négatives,
tournez-vous vers la face de la Vaste Étendue.

(Dalaï-Lama VIIème)

Illustration: Wols

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE SILENCE (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2020




    
Poem in Dutch, French, Spanish, English, Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Filipino, Hebrew, Tamil, Kurdish, Bangla, Irish, Gurajati, Serbian

***

LE SILENCE

Si tu vis
dans un monde de bruits
qui un jour se taisent
où les roues s’arrêtent
les avions ne vrombissent plus
il se trouve soudain devant toi
ange de cristal
mais pas muet
car le silence
a une voix.

(Rose Ausländer)

Czernowitz/Bukowina (1901-Düsseldorf 1988).
Traduction Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

***

Die Stille

Wenn du in einer
Welt aus Lauten lebst
die eines Tages verstummen
Räder still stehn
Aeropläne nicht mehr dröhnen

steht sie plötzlich vor dir
Engelin aus Kristall
aber nicht stumm
denn die Stille hat eine Stimme.

***

El silencio

 

Si vives en un
mundo de ruidos
que un día cesan
se detienen las ruedas
y los aviones ya no rugen
súbitamente aparecerá ante ti
el ángel de cristal
pero no callado
porque el silencio
tiene voz.
Traducción Germain Droogenbroodt – Rafael Carcelén

***

 

Silence

 

When you live in
a world of sounds
which one day falls silent
wheels stand still
airplanes no longer roar

 

she suddenly stands in front of you
angel of crystal
but not mute
because silence
has a voice.

 

Translation Germain Droogenbroodt

 

***

 

Felice Natale

Germain e Luca

 

Silenzio

 

Quando tu vivi
in un mondo di suoni
che un giorno fa cadere nel silenzio
le ruote ferme
aeroplani che più non rombano.
All’improvviso lei sta di fronte a te
angelo di cristallo
ma non muto
perché il silenzio
ha una voce.

 

Traduzione di Germain Droogenbroodt – Luca Benassi

 

***

Die stille

 

Wenn du in einer
Welt aus Lauten lebst
die eines Tages verstummen
Räder still stehn
Aeropläne nicht mehr dröhnen

Steht sie plötzlich vor dir
Engelin aus Kristall
aber nicht stumm
denn die Stille
hat eine Stimme.

 

Rose Ausländer

 

***

 

O SILÊNCIO

 

Quando vives num
mundo rumoroso
que um dia se apagam
as rodas se negam
os aviões não fazem mais barulho
de repente está diante de ti
o anjo de cristal
mas não calado
porque o silêncio
tem voz.

 

Tradução ao português: José Eduardo Degrazia

 

***

 

With my best wishes

 

Silenziu

 

Quannu tu campidintra
unmunnu di rumuri
cas’astutaunjornu
li roti si fermanu
l’apparecchi non volanu

 

A l’improvvisuidda si paradavanti a tia
unancilu di cristallu
ma non mutu
pirchìlusilenziu
havi na vuci.


Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

 

***

Tăcerea

 

Când trăiești într-o lume
de sunete ce amuțesc
într-o clipă în care
roțile se opresc
aeronavele nu mai vuiesc

Brusc îți apare ea în față
făptura îngerească de cristal
dar nu e mută
căci tăcerea
își are glasul ei.

 

!
Translation into Romanian by Gabriela Căluțiu Sonnenberg

 

***

 

Dołączając najlepsze życzenia Świąt Bożego Narodzenia
spędzonych wpełni pokoju

 

CISZA

 

Gdy się żyje w
świecie złożonym z dźwięków,
które pewnego dnia zamilkną,
koła się zatrzymają,
samoloty już nie zaryczą

 

ona nagle staje przed tobą
anielica, cała z kryształu
lecz nie jest niema,
ponieważ cisza
ma głos.

 

Przekład na polski: Mirosław Grudzień

Translation into Polish by Mirosław Grudzień

 

***

 

Καλές γιορτές με υγεία και χαρές

Μανώλη Αλυγιζάκης και Germain Droogenbroodt

 

Σιωπή 

 

Όταν στον κόσμο

των ήχων ζεις

ποιά μέρα σιωπαίνει

σαν τροχός που σταματά

αεροπλάνα που παγώνουν

 

κι εκείνη στέκαται μπροστά σου

κρυστάλλινος άγγελος

μα όχι βουβός

αφού ακόμα κι η σιωπή

έχει λαλιά.

 

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη

Translated by Manolis Aligizakis

 

***

 

With our best wishes for a peaceful Christmas

良好的祝愿圣诞平安

Germain Droogenbroodt, William Zhou, Anna Keiko

 

 

 

当你生活在

一个声音的世界里

有一天这个世界陷入沉寂

车轮静止不动

飞机不再轰鸣

她突然站在你面前

水晶的天使

但不是哑的

因为沉默

有一种声音。

 

汉译:中国   周道模  2020-12-18

 Translation into Chinese by William Zhou

 

***

 

مع أطيب الأمنيات بحلول عيد الميلاد المجيد

 

صمت

 

عندماتحيافي

عالممنالصخب

ويطبقعليهالصمتذاتيوم

فتتوقفالعجلاتعنالمسير

وتكفمحركاتالطائراتعنالهدير

فتظهرأمامكفتاةعلىحينغرة

بهيئةملاكمنالكريستال

لكنهاليستصامتة

فالهدوءلهصوتمسموع

 

ترجمتهعنالإنجليزيةسارةسليم

Translation into Arab by Sarah Slim

 

***

 

शांति

 

जब तुम अंदर रहते हो

ध्वनियों की दुनिया

जो एक दिन चुप हो जाता है

पहिए अभी भी खड़े हैं

हवाई जहाज अब गर्जना नहीं करते

वह अचानक आपके सामने खड़ी हो जाती है

 

क्रिस्टल की परी

लेकिन मूक नहीं

क्योंकि मौन

 

आवाज है l

 

रोज अलसुंदर

 

बुकोविना 1901 – डसेलडोर्फ 1988)

ज्योतिर्मय ठाकुर द्वारा हिंदी में अनुवादित

अंग्रेजी में अनुवाद जर्मेन ड्रोजेनोब्रोड्ट

 

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

 

***

 

With my best wishes for a peaceful Christmas

平和なクリスマスを

 

静けさ

 

音の世界に住んでいるあなたに

ある日、静けさが訪れる

車輪は回転を止め

飛行機は音を出さない

 

突然にその女性があなたの前に立つ

 

水晶の天使

しかし言葉を発するのだ

それは沈黙の声

 

Translation into Japanese by Manabu Kitawaki

 

***

 

Með bestu óskum um fögur friðarjól

 

Þögnin

 

Þegar þú býrð
í heimi fullum af hljóðum
sem þagna einn daginn
hjólin hætta að snúast
og flugvélarað drynja

 

stendur allt í einu fyrir framan þig
kristalsengill
en ekki þögull
því að þögnin
hefur rödd.

 

ÞórStefánssonþýddisamkvæmtenskriþýðingu Germains Droogenbroodt
Translation into Icelandic by ÞórStefánsson

 

***

 

С пожеланиями мирного Рождества
от Гермайна Дрогенбродта

Тишина

Когдаживешь
вмирезвуков,
и однаждыониутихают,
машины больше не едут,
и не слышно гул самолетов,

внезапно перед тобою
встаетхрустальный ангел,
он не бессловесный,
ведь даже у тишины
тоже бывает голос.

 

Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation into Russian by Daria Mishueva

 

***

 

Lakip ang aking pagbati ng isang Mapayapang Kapaskuhan

 

Katahimikan

 

Kapag ikaw ay nabubuhay

sa mundo ng mga tunog

na isang araw ay mananahimik

mga gulong ay hihinto

mga eroplano ay hindi na mag-iingay

 

Kapagdaka’y nakatayo na siya sa iyong harapan

anghel ng kristal

subalit hindi pipi

sapagkat ang katahimikan

ay may tinig.

 

Translation into Filipino by Eden S Trinidad

 

***

 

With my best wishes for a peaceful Christmas

 

அமைதிமெளனம்

 

நீங்கள்

ஒலி நிறைந்த உலகில் வாழும் பொழுது

அது ஒரு நாள் அமைதியில் வீழ்ந்து விடும்

சக்கரங்கள் மெளனமாய் நின்றுவிடும்

விமானங்களில் இரைச்சல் இருக்காது

அமைதி உங்கல்ள் முன் நிற்கும் அமரும்!

பளிங்குத் தேவதை

ஓசை இல்லாமல் இருக்கும

அ்மைதிக்கும் ஒரு குரல் உண்டு!

Translation into Tamil by Dr. N V Subbaraman

 

***

 

Hêminî

 

Eger tu li cîhaneka

ji hêwirzeyan dijî

ewa rojekê loqên wê

lal bimînin

balfirgehên wê ne gurmînin

 

Ji nişkava tu li pêş xwe

firîşteyeke kirîsatalî dibînî

lê ne ya lal

weha hêminî

dibe xwedî dengekî.

 

Translation into Kurdish by Hussein Habasch

 

***

 

নীরবতা

 

যখনতোমারবসবাস

পৃথিবীরশব্দময়এ

যাএকদিনহয়েযাবেনিঃশব্দ

থমকেযাবেগাড়িরচাকা

শোনাযাবেনাপ্লেনেরআওয়াজ

সেযেতখনহঠাৎকরেউপস্থিতহবেসামনে

তোমার

স্ফটিকেরদেবী

কিন্তুনয়নির্বাক

কারণনিরবতারও

আছেকণ্ঠস্বর ।

 

Translation into Bangla by Tabassum TahminaShagufta Hussein

 

***

With my best wishes for a peaceful Christmas

 

Suaimhneas

 

Nuair a mhairtear

i ndomhan gan suaimhneas—

meilleadh na muilte,

búiríl na n-eitleán—

 

domhan a thiteann lá amháin ina thost

 

dealraíonn sí go tobann os do chomhair—

 

an t-aingil gléghlan

lán de bhrí—

glór beannaithe

an tsuaimhnis.

 

Rua Breathnach a chur i nGaeilge

Translation into Irish by Rua Breathnach

 

***

 

НАЈЛЕПШЕ ЖЕЉЕ ЗА МИРАН БОЖИЋ

 

Тишина

 

Када живиш у

свету звука

који једног дана постане нем

точкови стану

авиони се не чују више

 

изненада стане испред тебе

кристални анђео

али није нем

јер тишина

има свој глас.

Са енглеског превела С.Пиксиадес

Translation into Serbian by S. Piksiades

 

(Rose Ausländer)

 

Recueil: ITHACA 663
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chat et le miroir (Jean-Pierre Claris de Florian)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2020




    
Le chat et le miroir

Philosophes hardis, qui passez votre vie
À vouloir expliquer ce qu’on n’explique pas,
Daignez écouter, je vous prie,
Ce trait du plus sage des chats.
Sur une table de toilette
Ce chat aperçut un miroir ;
Il y saute, regarde, et d’abord pense voir
Un de ses frères qui le guette.
Notre chat veut le joindre, il se trouve arrêté.
Surpris, il juge alors la glace transparente,
Et passe de l’autre côté,
Ne trouve rien, revient, et le chat se présente.
Il réfléchit un peu : de peur que l’animal,
Tandis qu’il fait le tour, ne sorte,
Sur le haut du miroir il se met à cheval,
Deux pattes par ici, deux par là ; de la sorte
Partout il pourra le saisir.
Alors, croyant bien le tenir,
Doucement vers la glace il incline la tête,
Aperçoit une oreille, et puis deux… à l’instant,
À droite, à gauche il va jetant
Sa griffe qu’il tient toute prête :
Mais il perd l’équilibre, il tombe et n’a rien pris.
Alors, sans davantage attendre,
Sans chercher plus longtemps ce qu’il ne peut
Comprendre,
Il laisse le miroir et retourne aux souris :
Que m’importe, dit-il, de percer ce mystère ?
Une chose que notre esprit,
Après un long travail, n’entend ni ne saisit,
Ne nous est jamais nécessaire.

(Jean-Pierre Claris de Florian)

 

Recueil: Fables
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :