Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’attiser’

SONNET DE LA JOCONDE RANIMÉE (André Berry)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2019




    
SONNET DE LA JOCONDE RANIMÉE

Errant dans mon sommeil par cette galerie
Où de nuit et de jour sourit Mona Lisa,
Sur la bouche, soudain, de l’image chérie
D’un spontané transport ma bouche se posa.

Sa joue à mon toucher se fit tiède et fleurie;
A son front vint un feu, son regard s’attisa;
Un fin pleur remouilla sa paupière tarie;
Sa lèvre reprit musc, soufflant : « Dolce cosa!

« Ah! depuis cinq cents ans que, muette figure,
Je restais là figée en ma sèche peinture,
Sans que nul pour ma chair fit plus qu’un froid passant!

« Mais, en retour, prends-moi, toi qui crus à ma vie! »
Elle m’ouvrait les bras, à son cadre ravie.
L’étoffe s’abaissait sur son sein frémissant.

(André Berry)

 

Recueil: Poèmes involontaires suivi du Petit Ecclésiaste
Traduction:
Editions: René Julliard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est aux souffles d’agir (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2017




    
C’est aux souffles d’agir :
celui où s’attise la cendre,
celui où crépite une flamme,
ardeur est la même,
qu’ils inspirent.

(Pierre Dhainaut)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout d’un coup (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2016



Tout d’un coup
Le coeur est reparti dans un bruit de gâchettes
Le coeur a fait sauter la tête
On ne sait plus où va s’attiser le regard
Feu de paille!
Où vont ces lèvres vers quels fards
A quels seins vouer ses bras?
Et si nos cris d’amour ne nous revenaient pas!

La terre est retournée
Les murs ont fait craquer leur torse de salpêtre
Les visages se sont ouverts avec les fenêtres
Le printemps a roulé sur les rails de la nuit

(René Guy Cadou)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNA OU LA MORT LA VIE (Pierre Emmanuel)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2015



UNA OU LA MORT LA VIE

Dire je t’aime est dire je te mange
Et je ne veux rien qu’être mangé de toi
Rien qui distraie ne doit subsister entre
Deux affamés qui savent qu’être ensemble
Est bien leur faim boulimique de soi
Plus ils se rassasient plus ils s’attisent
Mais quand leurs yeux seraient d’une seule eau
Quand leurs deux corps en un se pétriraient l’un l’autre
Pour former la première argile où s’imprima
La main qui les créa homme et femme à la fois
C’est d’avant l’être que leur chair veut se repaître
Ne pouvant supporter le néant avant soi.

(Pierre Emmanuel)

Illustration: Chakir Alla

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :