Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sauf’

Le poème c’est notre ville sainte (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2019




    
Le poème c’est notre ville sainte
Notre buisson d’enfance
Notre forêt bénie que le feu ne consume
Notre porte sacrée
Notre livre aux étoiles
Notre temple sans mur
Notre chant aux mains nues
Notre nuit aux semailles
Notre fleuve silencieux
Notre Bethléem endormie
Notre origine sauve

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Nous sommes d’une source
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit de la Saint-Jean (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2018




Nuit de la Saint-Jean par-delà le mur de mon jardin.
De ce côté-ci, moi sans nuit de la Saint-Jean.
Parce que Saint-Jean il y a là où on le fête.
Pour moi il y a l’ombre d’une lueur de feux dans la nuit,
Un bruit lointain d’éclats de rire, le choc étouffé des sauts,
Et la clameur fortuite de qui ne sait pas que j’existe.

(Fernando Pessoa)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la terre rendue (Stéphanie Ferrat)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



 

 Illustration: Marine Jeannard
    
à la terre rendue
la présence diluée

tête retrouvée
sauf le creusement

(Stéphanie Ferrat)

 

Recueil: Caillot
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mystique (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2018



Illustration: Le Bernin
    
Le mystique en transe n’écrit pas.
Ravi on n’écrit pas.
Si on écrit après,
c’est tout sauf ça.

(Henri Michaux)

 

Recueil: Absence
Traduction:
Editions: Cahier de l’Herne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Rien de neuf (Richard Brautigan)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2017




    
rien de neuf

Rien
de
nouveau
sous le soleil
sauf
toi et moi.

(Richard Brautigan)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus
Traduction: Thierry Beauchamp et Romain Rabier
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas de direction dans le néant (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2017



Pas de direction dans le néant
Voilà les nouvelles du néant
En contact avec le néant
Partout le néant

Pas de direction où aller
(sauf)
vers (l’intérieur)

Hm
(déchirement de papier indique
la faiblesse de toute façon)

***

No direction in the void
Is the news from the void
In touch with the void
Everywhere void

No direction to go
(but)
(in) ward

Hm
(ripping of paper indicates
helplessness anyway)

(Jack Kerouac)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans la forêt de mes jours (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2016


 


 

Dans la forêt de mes jours
aucune place
sauf pour le vent

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Là, où il n’y a pas de route Qui peut se perdre? (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2016


tableaux_tbl_id15

Monsieur et Madame Wong
Habitaient la tapisserie
Dans le calme du nombre
Le salon fut un lac
Entouré de roseaux d’or
Où perçaient les pagodes
Si le réel fut peu sûr
L’imaginaire était sauf
Là, où il n’y a pas de route
Qui peut se perdre?

(Heather Dohollau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Dans la montagne exaltée (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2016



Dans la montagne exaltée,
assoupie par l’été,
je retrouvais tout de nous,
sauf elle.

(Robert Mallet)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

DES L’AUBE… (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2015



épeautre 51

Dès l’aube, on s’ébroue, on s’étrille :
A grande eau, la merde des langes !
Et puis on s’épile, on s’arrange
Dans la grande psyché du jour.
Déjà, l’on est de vieux amis,
Nous deux le chewing-gum de la vie !

On mâche, on mâche et si, parfois,
C’est la carotide d’un autre,
Des mots bizarres comme « Epeautre »
Ou le soleil tombé d’un toit,
Qu’importe, puisque l’on est là ?
Qu’importe, puisque l’on est sauf ?

(Jean Rousselot)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :