Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sautiller’

Non, je ne retrouve pas le portrait (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2017



 
    
Non, je ne retrouve pas le portrait.
Tu étais de profil, une lumière de cendre
tombait de tes bras,
de la maison voisine la fumée

gravissait lentement les dernières marches
de l’automne, un jeune chien
sautillait dans l’enclos, bientôt
il ferait nuit.

Tu étais de profil, ta main accompagnait
sur la poitrine la rose que je t’avais donnée.
Laisse-la ainsi, laisse-la
être, la main, rose elle aussi.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière Solaire / Poids de l’Ombre / Blanc sur Blanc
Traduction:Michel Chandeigne, Patrick Quillier, Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que deviennent (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017



 

Shoji Ueda 1

Les trains apportent tous les jours de Pologne
leur cargaison de froid sous la bâche de leur neige.
Sur les plumages des corbeaux stationne et sautille avec mon désespoir vague.

Les corbeaux.
La faim des corbeaux blesse l’unité de la neige.
Où dorment l’hiver les corbeaux ?

Et que deviennent — le printemps revenu —
les feuilles mortes des arbres ?

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Shoji Ueda

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CASSEUSE DE SABOTS (Gaston Couté)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017



sabot-en-bois

LA CASSEUSE DE SABOTS

Refrain :

La Marie va-t-à cloche-pied :
Elle a cassé son sabot blanc
Pour s’en aller au sabotier ,
Au sabotier qu’est son galant !

Ah! dit sa mère, tout en peine,
Des sabots de l’autre semaine !
Les voilà beaux, les voilà frais !
C’en est honteux pour ta famille :
Tu casses des sabots, ma fille,
Comme l’évêque en bénirait !

Hou ! L’imbécile qui sautille
Comme un grillon sous les faucilles,
Prends les trente sous que voilà
Et va-t’en jusqu’à la clairière
Pour y quérir une autre paire
De sabots meilleurs que ceux-là !

Elle s’en court comme une folle
Vers la clairière où volent, volent
Les copeaux blonds du sabotier ;
Et ma foi ! La première chose
Qu’elle offre là, de son corps rose,
N’est pas du tout son petit pied.

Lorsque la nuit vient à paraître
Entre les fûts noirs des vieux hêtres,
La Belle s’en ne avec
Des sabots neufs dessus les pattes,
Des copeaux partout qui la grattent
Et des baisers tout plein le bec !

Leur amour ne fait que d’éclore :
Les sabots casseront encore !
Mais quand Marie pourra passer
Un mois sans en casser trois paires,
C’est que l’Amour de la clairière,
L’Amour aussi sera cassé.

(Gaston Couté)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre terre et ciel (Jean-Hughes Malineau)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2016



 

bergeronnette

Entre terre et ciel
Les bergeronnettes sautillent
Sur les marelles abandonnées

(Jean-Hughes Malineau)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Assise sur un nénuphar (Vette de Fonclare)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2016



Assise sur un nénuphar,
Plus verte que feuille de printemps,
Elle chante à la lune bleue,
Et son chant craquète et sautille
D’étang d’argent en mare d’or.

Son immense bouche est un piège
Pour les insectes de l’été.
Ses yeux sont deux globes dorés,
Ses pattes pliées sont si longues
Qu’on les croirait doubles ou triples
Sous son ventre rond d’émeraude.

L’eau de l’étang qui friselise
Lèche ses doigts palmés et verts.
Elle chante à la lune bleue,
Et son chant craquète et sautille
D’étang d’argent en mare d’or.

(Vette de Fonclare)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le moineau sautille (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2015


moineau_friquet_003

 

les pattes mouillées
le moineau sautille
le long de la véranda

(Shiki)

Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Sans crier guerre (Jacques Biolley)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2015




Enfant unijambiste à cause d’une mine explosée,
enfant qui sautille sans crier gare,
sans crier guerre.
Guerre aux adultes
qui ont deux jambes.

(Jacques Biolley)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Eaux (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2015



Eaux

L’eau est nue
Eau des solitudes
Eau assoiffée d’elle-même
Qui décompose ses couleurs
Et se dépouille de ses reflets
Eau patiente à se frayer un chemin
Eau couverte de frissons
Eau adolescente mais criblée de rides
Eau veloutée
Eau folle à forcer les barrages
Pour noyer les campagnes

La source jaillit
Et le ruisseau sautille comme une truite
La rivière se prélasse
Et rit entre ses rives
Où des peupliers défilent
Elle se cabre au pied de la colline
Le soir elle dort dans son lit
En rêvant de mers lointaines

Elle appose son paraphe
Au bas du paysage.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Fervente (Pascal Commère)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2015



 

Fervente dira-t-on — d’où venue ?
Affairée mésange jusqu’à tard dans le soir picorant
les insectes sur le feuillage, sautillant
à la façon de qui prétend donner au monde qui est nôtre
la juste économie dont nous rêvons, reportant à plus tard
la réponse — Que nous n’attendons plus

(Pascal Commère)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :