Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘scabieuse’

Essor (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



Essor

Par un sentier grimpant sous les cytises
j’ai débouché sur un pré de scabieuses
et aperçu sur la rosée qu’irise
le jour naissant, prête à l’essor, la buse.

Je me suis allongé pour ne plus voir
des arbres que leur cime et ne savoir
des vivants que leur cœur quand le langage
en confie la rumeur au vent sauvage.

(Jean Grosjean)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où se cache la scabieuse (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2018


Scabieuse-full

où se cache la scabieuse
la fleur de Cézanne
qu’il est écrit sans oser la peindre

(Jacques Dupin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Scabieuse et souci (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2018



Scabieuse et souci

Assis à l’ombre d’un saule pleureur,
le Souci jetait un regard d’envie sur la prairie.
Toutes les fleurs sont heureuses, se disait-il;
moi seul je souffre, on me délaisse, on m’abandonne,
personne ne veut me prendre en pitié.
[Passe par là] la Scabieuse qui habite au pied du coteau;
elle a perdu son mari hier; la voilà veuve avec deux enfants sur les bras.

C’est vous qui soupirez ainsi, demanda la Scabieuse au Souci d’une voix douce?
Et qui donc serait-ce? répondit le Souci d’un ton bourru;
n’ai-je pas raison de soupirer?
Pourquoi plus qu’un autre? reprit la Scabieuse;
tout le monde n’a-t-il pas sa part de tristesse dans cette vallée de larmes?
Pour diminuer ses chagrins, il faut se créer des devoirs.
Je serais bien malheureuse si mon mari, en mourant,
ne m’avait laissé ces deux faibles créatures à soutenir;
elles m’ont pour ainsi dire rattachée à la terre, c’est pour elles que je vis.
Elles vous mépriseront quand elles n’auront plus besoin de vous.
Les enfants sont des ingrats.
Avez-vous été marié?
Jamais.
Quels sont vos amis?
Je n’en veux point, ils sont tous intéressés.
Aimez-vous vos semblables?
Non, car ils me détestent.
Je vous plains de penser ainsi, continua la Scabieuse,
mais cela ne m’étonne pas, vous voulez vivre dans la solitude.
Cessez d’être misanthrope, croyez-moi;
épanchez votre coeur dans le coeur d’un ami,
si vous voulez être heureux.
L’isolement aigrit le Souci.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Lorsque la scabieuse (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018




    
Lorsque la scabieuse
T’a parlé de moi

Tu lui as répondu
En me donnant
Un baiser de papillon.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Possibles futurs
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il est interdit de piétiner les plates-bandes (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2017



Les zinnias prospèrent,
les yuccas poussent,
les xéranthèmes prospèrent,
les wédélies poussent,
les volubilis prospèrent,
les ulmaires poussent,
les tulipes prospèrent,
les scabieuses poussent,
les renoncules prospèrent,
les pivoines poussent,
les oeillets prospèrent,
les narcisses poussent,
les marguerites prospèrent,
les lis poussent,
les kennédies prospèrent,
les jacinthes poussent,
les iris prospèrent,
les hortensias poussent,
les géraniums prospèrent,
les fuschias poussent,
les églantines prospèrent,
les dalhias poussent,
les coquelicots prospèrent,
les bégonias poussent,
les anémones fleurissent.
On ne leur a pas encore coupé la tête
et le jardinier n’a pas les mains tachées de sang.
La cueillette viendra plus tard.
Pour le moment il est interdit
de piétiner les plates-bandes.

(Raymond Queneau)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le Vent passe (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2017




    
Le Vent passe

HARRICIA, PATRICIA

HARRICIA
Vois la jeune lune endormie
Sur un lit d’azur nuptial.
Viens, ma blonde et divine Amie,
Sur les prés d’or et de cristal !
Nous cueillerons la scabieuse
Et l’iris qu’un souffle détruit.

PATRICIA
Je crains l’ombre silencieuse
Et les feux follets dans la nuit.

HARRICIA
Nous tresserons, comme des roses,
La floraison des astres roux,
Clartés divinement décloses…

PATRICIA
Je crains le sanglot des hiboux.

HARRICIA
Nous serons les pâles prêtresses
De l’amertume et du désir.

PATRICIA
Je crains les terribles caresses
Et les baisers qui font mourir.

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hautes sierras aux gorges nues (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2015



Hautes sierras aux gorges nues

Hautes sierras aux gorges nues,
Lacs d’émeraude, lacs glacés,
Isards sur les crêtes dressés,
Aigles qui planez par les nues ;

Sapins sombres aux larges troncs,
Fondrières de l’Entécade
Où chante la fraîche cascade
Derrière les rhododendrons ;

Et vous, talus plantés d’yeuses,
Irai-je encor par les sentiers
Mêlant les rouges églantiers
A la pâleur des scabieuses ?

Dans les massifs emplis de geais
Mènerai-je encore à la brune
La jeune belle à la peau brune,
Au pied mignon, à l’oeil de jais ?

(Jean Moréas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :