Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘scier’

ÉTERNEL AUTOMNE (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2019




    
ÉTERNEL AUTOMNE

Ecraser les souvenirs comme les feuilles mortes
feuilles mortes couleur de crépuscule
déjà pourritures multicolores et nécessaires
au pied des arbres dépouillés
et qui doivent refleurir après un long silence
le long silence de l’espoir après le désespoir
toujours la même chanson la même saison
celle où l’on brûle les fleurs les fruits les feuilles
toutes les branches qu’il faudra couper
et les scier pour qu’on n’en parle plus jamais
plus jamais comme si rien n’avait été
et qui ne sera jamais plus enfin
enfin jamais plus puisqu’il faut finir
et qu’ainsi tout est pour le mieux
qu’on n’est plus obligé de choisir
Choisir les fumées que dévorera le vent

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et Poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MAIN DU BOURREAU FINIT TOUJOURS PAR POURRIR (Roland Giguère)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



La_main_de_Dieu  [800x600]

LA MAIN DU BOURREAU FINIT TOUJOURS PAR POURRIR

Grande main qui pèse sur nous
grande main qui nous aplatit contre terre
grande main qui nous brise les ailes
grande main de plomb chaud
grande main de fer rouge

grands ongles qui nous scient les os
grands ongles qui nous ouvrent les yeux
comme des huîtres
grands ongles qui nous cousent les lèvres
grands ongles d’étain rouillé
grands ongles d’émail brûlé

mais viendront les panaris
panaris
panaris

la grande main qui nous cloue au sol
finira par pourrir
les jointures éclateront comme des verres de cristal
les ongles tomberont

la grande main pourrira
et nous pourrons nous lever pour aller ailleurs.

(Roland Giguère)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les désirs (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018




    
Les désirs sont peuplés d’objets qui nous épellent.

Les objets sont les bornes que nous déplaçons
dans l’entêtement fébrile de nous atteindre.

Il y a l’objet et sa geôle.
Le poète scie les barreaux dans l’ombre.

(Edmond Jabès)

 

Recueil: Le Seuil Le Sable Poésies complètes 1943-1988
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CLOU QUE J’ENFONCE (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Jane Palmer 
    
LE CLOU QUE J’ENFONCE

Ce ne sont pas de grands poèmes
mes petits vers.
Tout au plus des impressions
que j’ai du fond de moi
laissées venir sur du papier
— et quand je le pouvais.

Aujourd’hui
je scie des planches
(vous êtes dans la petite chambre)
je rafistole des chaises
(et je vous entends rire)
je débroussaille je fais des tas
(le mistral fait tout voler).

Je note cela sur un coin de la table
et quand le marteau tape
toute la montagne résonne
sur le clou que j’enfonce
au coeur de cette matinée bleue.

(François de Cornière)

 

Recueil: Ces moments-là
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les cigales infatigables (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016



Les cigales infatigables scient le silence
de peur de finir dévorées
par le grand méchant Rien

(Henri-Frédéric Blanc)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 7 Comments »

Sciée de frais (Lorine Niedecker)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2016



 

maison de cèdre

Sciée de frais
maison qui sent le propre
doux cèdre rose
couleur chair
je t’aime

***

New-sawed
clean-smelling house
sweet cedar pink
flesh tint
I love you

(Lorine Niedecker)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si… (Pierre Coran),(Gabriel Lefebvre)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2016



Premier Exif JPEG

 

 

Si six cents couteaux-scies

Si six cents couteaux-scies,

Si six cents couteaux-scies,
Scient, en six,

Si six cents couteaux-scies,
Scient, en six,
Six cents saucisses,

Si six cents couteaux-scies,
Scient, en six,
Six cents saucisses,

Qu’obtient-on au total ?
Une cuisine sale.

(Pierre Coran),(Gabriel Lefebvre)

Illustration

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poisson-scie et sa cousine (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2016



 

Un poisson-scie s’encolérait
d’avoir perdu chez les sardines
une cousine qu’il aimait..
Rendez-la-moi! sales gamines!
leur criait-il d’un air mauvais,
ou je vous ferai orphelines!
Foutriquet! dit une bambine,
ne vois-tu pas que ta cousine
est dans ce filet prisonnière
comme tout le peuple des sardines?
L’énervé dut scier les rets
d’où s’échappèrent les sardines
mais Lui resta dans le filet.
Il s’était trompé de cousine.

(Pierre Béarn)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au travail (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2015


ADTG_0

découpe et scie
semaine et long dimanche
et cloue

au bout
la mort prendra six planches
en tout

(Daniel Boulanger)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :