Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se balader’

LE GENOU (Christian Morgenstern)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2019



LE GENOU

Un genou se balade tout seul par le monde.
Ce n’est qu’un genou et rien de plus.
Ce n’est pas un arbre, ce n’est pas une maison
Ce n’est qu’un genou et rien d’autre !

Une fois à la guerre un homme
fut tué et retué.
Seul son genou s’en tira indemne —
comme par miracle.

C’est depuis qu’il se balade seul par le monde
Ce n’est qu’un genou et rien de plus.
Ce n’est pas un arbre ni même une maison.
Ce n’est qu’un genou et rien d’autre.

***

DAS KNIE

Ein Knie geht einsam durch die Welt.
Es ist ein Knie, sonst nichts !
Es ist kein Baum ! Es ist kein Zelt !
Es ist ein Knie, sonst nichts.

Im Kriege ward einmal em Mann
erschossen um und um.
Das Knie allein blieb unverletzt –
als wärs ein Heiligtum.

Seitdem gehts einsam durch die Welt.
Es ist ein Knie, sonst nichts.
Es ist kein Baum, es ist kein Zelt.
Es ist ein Knie, sonst nichts.

(Christian Morgenstern)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LES POÈMES (Victor Sandoval)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2018



 

Alberto Galvez 693

LES POÈMES

Pourquoi écrit-on des vers ?
Pourquoi donc jaillissent les poèmes
et se mettent-ils en marche
à grandes enjambées dans les rues,
parlant tout seuls,
ne voyant rien et regardant tout le monde ?

Pourquoi se baladent-ils libres
comme des fous, les poèmes ?
La nuit, ils t’accompagnent,
ils causent avec toi
dans l’insomnie
ils te lancent de grands monologues,
ils t’inventent des mondes et des remords,
des souvenirs et des craintes,
la nostalgie d’un amour lointain,
une musique discrète dans la rue.

Toute
la nuit ils t’accompagnent
comme un vin accablant,
et ivres, à
l’aube, ils s’en vont.

(Victor Sandoval)

Illustration: Alberto Galvez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas une seule fois (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2018




    
Pas une seule fois

L’Inde est pleine
d’un grand nombre
de femmes exceptionnellement belles
qui ne me désirent pas
C’est ce que je vérifie
chaque jour
tout en me baladant
dans la ville de Bombay
Je scrute visage après visage
et pas une seule fois
je ne me suis trompé

***

Never once

India is filled
with many
exceptionally beautiful women
who don’t desire me
I verify this every single day
as I walk around
the city of Bombay
I look into face after face
and never once
have I been wrong

(Leonard Cohen)

 

Recueil: Le livre du désir
Traduction: Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal
Editions: Cherche Midi

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous ces gens (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



tous ces gens
qui aimeraient se balader
dans les bois
ou dans les jardins

selon les jours

et rien d’autre

l’art d’emmêler
les plans de l’ignorance
et de la perception

le livres
ne faisant voyager
au fond
que de la fausse monnaie

et on en a le sang figé

(Franck André Jamme)

Illustration: Philippe Cognée

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :