Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se caresser’

JUBILATION (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2019



Illustration
    
JUBILATION

Une à une, les choses se sont vidées
et il n’a plus rien à faire. Il reste seul,
il regarde ses mains, ses ongles — si étrangers —
se caresse encore une fois le menton, fait attention : —
un autre menton, tout simplement si étranger,
si profondément et si naturellement étranger, que lui-même
en vient à se réjouir de son caractère intact.

(Yannis Ritsos)

 

Recueil: La nuit dans le miroir et autres poèmes
Traduction: Dominique Grandmont
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Agir et penser comme un chat (1) (Stéphane Garnier)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018




Illustration: ArbreaPhotos
Au commencement, Dieu créa l’Homme,
mais le voyant si faible, il lui donna le chat.

(Warren Eckstein)


    

Le chats de gouttière même les plus loqueteux sont toujours nobles.
Ils n’ont rien à prétendre.
Ils sont chats… et tout est dit.

(Frédéric Vitoux)

Au plus profond de nous, nous sommes tous motivés par les mêmes urgences.
Les chats ont le courage de vivre sans s’en préoccuper.

(Jim Davis)

Avec les qualités de propreté, d’affection, de patience,
de dignité et de courage que possèdent les chats,
combien d’entre nous, je vous le demande,
pourraient devenir des chats ?

(Fernand Méry)

L’idée du calme
est dans un chat assis.

(René Char)

Le chat semble mettre un point d’honneur à ne servir à rien,
ce qui ne l’empêche pas de revendiquer au foyer
une place meilleure que celle du chien.

(Michel Tournier)

Et quand je vois passer un Chat
je dis:
il en sait long sur l’Homme.

(Jules Supervielle)

J’ai beaucoup étudié les philosophes et les chats.
La sagesse des chats est infiniment supérieure.

(Hippolyte Taine)

Le chat ne nous caresse pas,
il se caresse à nous.

(Rivarol)

L’espèce humaine est la seule à avoir des difficultés à se voir en tant qu’espèce.
Un chat semble n’avoir aucun mal à un être un chat; c’est tout simple.
Les chats n’ont apparemment aucune complexe,
aucune ambivalence, aucun conflit et ne montrent aucun signe de volonté d’être plutôt des chiens.

(Abraham Maslow)

 

Auteur: Stéphane Garnier
Recueil: Agir et Penser comme un Chat
Editions: De l’Opportun

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les Uns Contre Les Autres (Luc Plamondon)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



Illustration: Benoit Colsenet
    
Les Uns Contre Les Autres

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On danse, les uns avec les autres
On court, les uns après les autres
On se déteste, on se déchire
On se détruit, on se désire
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde
Toujours tout seul au monde

(Luc Plamondon)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

On ne me parle pas (Karel Logist)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



On ne me parle pas
Je suis comme une morte
Juste en face de moi
deux ados se caressent
Moi je n’ai plus de corps
Je ne suis pas visible
J’ai mon masque de vieille
à faire peur ou pitié
à plaindre ou à laisser
on ne me plaindra pas
et je ne m’en plains pas

J’entends ces gens autour
qui ne se parlent pas
et qui sont comme moi
qui sont comme des morts
ces gens, couleur et feu
en flammes, déjà en cendres
qui ne disent qu’une chose
que chacun peut comprendre
que moi-même je comprends
que je comprends encore:
aimez-moi, aimez-moi,
comme il vous conviendra
aimez-moi pour la vie
le plus longtemps possible
ou aimez-moi à mort
mais aimez-moi un peu
avant que je m’en aille

(Karel Logist)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration: Lucien Levy-Dhurmer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Silence (Émilienne Kerhoas)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



Silence

Comme au fond d’un rêve
dans l’encadrement de mes pensées
comme au fond de la mare
ouvrant un chemin d’eau
qui suscite en moi, immobile
l’esquisse d’un élan
toi mon double
sur qui je pleure
toi la forme aiguë
de mon tourment
le silence ambigu
où l’ombre se caresse
arrachant à son trouble
un lambeau de soleil.

(Émilienne Kerhoas)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :