Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se croiser’

MARCHE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018



Illustration: Philippe Amagat
    
MARCHE

Des linges tachés
claquent au fond des terres
où se durcit le blé
le chien poursuit
une robuste vie
qui finira certes
avant celle du maître :
tous deux traînent leurs ombres
parfois se regardant
quand les routes se croisent
dans une étrange paix
où survit la durée
sous un rayon dernier.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La terre se retourne (Hélène Dorion)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018




    
La terre se retourne soudain
la ligne de l’horizon oblique.

Un oiseau trace les contours de l’air
pendant que se croisent en moi les vagues
du présent et du passé.

Je regarde ce bord de terre
qui résume ombre et lumière ;
bord où la nuit traverse le jour
et le jour, la nuit. Venus de même source
plongés avec nous dans l’abîme.

(Hélène Dorion)

 

Recueil: Sans bord sans bout du monde
Traduction:
Editions: La différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES VIVANTS ET LA VIE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



 

Salvador Dali__ Prémonition de guerre civile

LES VIVANTS ET LA VIE

Les vivants et la vie
ne se ressemblent guère,
mais parfois ils se croisent
et s’aiment un moment.

J’en ai vu, sous la pluie,
se partager le vin.
Les solitaires parlent
avec leur destinée.

Et d’autres qui se battent
et qu’on ramasse morts,
un sourire caillé
entre les deux épaules.

(Axel Toursky)

Illustration: Salvador Dali

 

LES VIVANTS  ET LA VIE

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Evidences insaisissables (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
évidences insaisissables
la pluie même n’y aura pas suffi
ni les corps à l’embouchure de la nuit qui se frôlent
trois notes que tu chantes c’est la mélodie toute
trois branches qui se croisent déjà c’est le brasier
frêle et sûr un jour danse deux vies mêlées

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Entre Flèche et Cri
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Irons-nous confier à la brume (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
irons-nous confier à la brume
le clair secret que le soir nos mains chantent
quand nos regards de se croiser se voilent
à sa douleur saura-t-elle
y voir enfin le sien dicible
elle qui ne peut rien d’autre
qu’envelopper tout ce qu’elle aime
d’une aube sans mesure inquiète
et jamais ne le bénir nu

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Entre Flèche et Cri
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Emilien Chesnot)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Aron Wiesenfeld
    
l’arbre
au loin ma chair
y décante

lentement sous la peau
les flux se croisent

je n’arrive pas à dormir en l’arbre

les mots car trop familiers
vacillent

fermer les yeux ne sert à rien

(Emilien Chesnot)

 

Recueil: Faiblesse d’un seul
Traduction:
Editions: Centrifuges

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA SOURIS ET LE NOTAIRE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017



 

souris

LA SOURIS ET LE NOTAIRE

La souris et le notaire
Se croisèrent à Karachi
Qu’il est beau fit la souris
J’en ferai bien mon mari
Mais le notaire célibataire
Prit l’avion pour Paris

(Andrée Chedid)

Illustration

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux vents doux (Takao Fujiwara)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2017



Deux vents doux
se croisent au carrefour —
Le printemps

(Takao Fujiwara)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les je nous pas clairs (Fabrice Marzuolo)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2017



Illustration: Jean-Claude Apert
    
Les je nous pas clairs

Une impasse étrange
où l’on avance
comme dans un puits sans fond
nos regards se croisent
il me reconnaît
je le reconnais
il est celui que j’étais
je suis celui qu’il sera
ça lui donne un coup au moral
mais rien de plus normal
je ne suis pas fier non plus
de celui que j’étais

(Fabrice Marzuolo)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Vivre c’est oublier qu’on est mort
Editions: Du Contentieux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La douleur est en moi (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2017



Illustration: Paul Delvaux
    
La douleur est en moi de la même façon
que la boue dans les chemins sans soleil
et je n’ai pour lutter contre elle
que la hauteur de mes mains tendues,

que le battement de deux yeux où le monde n’entre
qu’avec son apparence de verdure et de clarté,
qu’un peu de sang qui suinte sous la peau
comme l’eau le long de certains murs obscurs.

De jour et de nuit, c’est l’aventure sans fin
où hommes et femmes se croisent et se fixent
en quête du regard qui pourra desceller
la lourde pierre qu’ils portent au fond des yeux.

Il y a tant de souffrance dans tout ce corps
où ils se tiennent comme au bord d’un puits
que l’amour s’y élève comme un feuillage jauni
qui n’aurait gardé de la flamme que la forme.

La fin du monde arrive à chaque instant
au-delà d’un coeur las d’être guetté par la mort,
au-delà d’un appel qui tourne entre les murs,
au-delà des femmes trop belles qu’on dépasse.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :