Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se détruire’

L’oeil de la solitude (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019



Illustration: Odilon Redon
    
L’oeil de la solitude
surveille l’amour.

L’amour ne devrait pas être surveillé
mais quelquefois il dévaste ce qu’il aime,
ravage ce qu’il n’aime pas
ou se détruit lui-même.

L’amour a toujours été un danger pour l’homme,
peut-être aussi pour les dieux.
L’amour a besoin de surveillance.
Même la fleur a besoin de surveillance.

Et seule l’inébranlable solitude
qui s’enracine en nous comme une dure vigie
peut nous sauver de ces furies
tandis qu’elle veille sur ses abîmes.

D’ailleurs cet oeil de solitude concentrée
n’est-il pas aussi une autre sorte d’amour,
sa manière la plus réservée et juste ?

***

El ojo de la soledad
vigila al amor.

El amor no debería ser vigilado,
pero a veces devasta lo que ama,
asuela lo que no ama
o se destruye a sí mismo.

El amor siempre ha sido un peligro para el hombre,
quizá también para los dioses.
El amor necesita vigilancia.
Hasta la flor necesita vigilancia.

Y sólo la soledad inquebrantable
que se afinca en nosotros como un duro vigía
puede salvarnos de esas furias
mientras custodia sus abismos.

Además ese ojo de concentrada soledad
¿no es también otra especie de amor,
su forma mas recatada y cierta?

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Uns Contre Les Autres (Luc Plamondon)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



Illustration: Benoit Colsenet
    
Les Uns Contre Les Autres

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On danse, les uns avec les autres
On court, les uns après les autres
On se déteste, on se déchire
On se détruit, on se désire
Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On dort, les uns contre les autres
On vit, les uns avec les autres
On se caresse, on se cajole
On se comprend, on se console

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde
Toujours tout seul au monde

(Luc Plamondon)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le poème donne et reçoit (René Char)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2017



Le poème donne et reçoit de sa multitude
l’entière démarche du poète s’expatriant de son huis clos.
Derrière cette persienne de sang brûle le cri d’une force
qui se détruira elle seule parce qu’elle a horreur de la force,
sa soeur subjective et stérile.

(René Char)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Rien (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



 

Gao Xingjian an

Le Rien

J’ai traversé le Rien
Aux jours de mon enfance
Déchiffrant la mort
En nos corps d’argile
Et de brièveté
J’ai récusé l’orgueil
Disloqué les triomphes
Dévoilé notre escale
Et sa précarité
Cependant j’y ai cru
A nos petites existences
A ses saveurs d’orage
Aux foudres du bonheur
A ses éveils ses percées
Ses troubles ou ses silences
A ses fougues du présent
A ses forces d’espérance
Au contenu des heures
J’y ai cru tellement cru
Aux couleurs éphémères
Aux bienfaits de l’aube
Aux largesses des nuits
Oubliant que plus loin
Vers les courbures du temps
L’explosion fugace
Ne laissera aucune trace
De nos vies consumées
Et qu’un jour notre Planète
A bout de souffle
Se détruirait

(Andrée Chedid)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le non-gai savoir (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Le non-gai savoir

La maturité, terrible cadeau
qu’on nous fait, en nous prenant avec elle
toute saveur gratuite de l’offrande
sous la froideur glaciale d’une stèle,

la maturité voit, mais le bandeau
tronque la surprise de la fenêtre,
le cercle vide de son étendue,
qui par le monde est changé en cachot.

La maturité sait le prix exact
des amours, des loisirs, des lassitudes,
mais sans rien pouvoir contre son savoir

ni contre elle-même. L’odorat fin,
l’oeil fin, la main, libérée de tout charme,
se détruisent dans le rêve existence.

(Carlos Drummond de Andrade)

Illustration: La Maturité par Victor Rousseau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’est de souvenir douloureux (Marcel Proust)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



Il n’est de souvenir douloureux que des morts.
Or ceux-ci se détruisent vite,
et il ne reste plus autour de leurs tombes mêmes
que la beauté de la nature,
le silence, la pureté de l’air.

(Marcel Proust)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Quand l’homme sera fier (Francis Ponge)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2016



Quand l’homme sera fier d’être non
seulement le lieu où s’élaborent les idées
et les sentiments, mais aussi bien le lieu
où ils se détruisent et se confondent, il
sera près alors d’être sauvé… Les poètes
sont les ambassadeurs du monde muet.
Comme tels, ils balbutient, ils murmurent,
ils s’enfoncent dans la nuit du Logos –
jusqu’à ce qu’enfin ils se retrouvent au
niveau des racines, où se confondent les
choses et les formulations.

(Francis Ponge)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est en se détruisant (Ko Un)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2016



supernova rge [800x600]

C’est en se détruisant que la supernova brille
en se détruisant
qu’elle est une nouvelle étoile
qui, puis qui d’autre étais-je?
que c’est loin
si loin

(Ko Un)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :