Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se fonder’

L’Hymne (Victor Segalen)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2019



Illustration: Viviane-Josée Restieau
    
L’Hymne ne se fonde
que sur toi.

(Victor Segalen)

 

Recueil: Thibet
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Telle un ange noir sur la neige (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2019




    
Telle un ange noir sur la neige,
Tu m’es apparue tout à l’heure,
Et comment donc ne la verrais-je
Sur toi, l’empreinte du Seigneur ?

Un sceau étrange, mystérieux,
Ainsi qu’une offrande céleste :
Dans une niche, pour un peu,
Il aurait fallu que tu restes.

Que cet amour dans l’au-delà
A l’amour ici-bas se fonde,
Et que sur tes joues n’aille pas
Le sang fougueux qui se débonde ;

Ainsi le marbre pourra mieux
Rehausser tes haillons lunaires,
Tes joues dénudées mais sans feu,
Bien que complices de la chair.

(Ossip Mandelstam)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Les poésies d’amour
Traduction: Henri Abril
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Y-a-t-il une voix pour répondre (Ibn Zaydûn)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018



Illustration: Karen Lamonte
    
Y-a-t-il une voix pour répondre à qui t’appelle,
un médecin pour qui se plaint de toi,
De toi, toujours proche quand tu n’es pas là,
présente lorsque tu t’en vas ?
Comment pourrait t’oublier un amant
dont son aimée est la parure ?
Tu es, à tout prendre, la brise
que l’on accueille de plein coeur.
Je sais, par cette conviction intime
sur quoi se fonde assurément la vérité,
Que la beauté tient son secret
de ce qui se cache aux plis d’une robe.

(Ibn Zaydûn)

 

Recueil: Pour l’amour de la Princesse (Pour l’amour de Wallâda)
Traduction: André Miquel
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

POÈME POUR UNE PEINTURE (Tang Yin)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2017



POÈME POUR UNE PEINTURE

Les immenses eaux d’automne
se fondent avec le ciel
Dans les montagnes d’innombrables arbres
sombrent au fond du crépuscule
Je hèle la barque pour passer le lac
Allongé, j’admire les falaises
sorties de l’eau au soleil couchant

(Tang Yin)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :