Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se fracasser’

Ce soir (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
Ce soir

Ce soir, quand les phalènes des prairies
feront leurs gerbes de neige autour de la lampe,
imagine mon amour.

J’ai peu de temps comme elles
pour danser la joie et la mort.
Un regard distrait de toi suffira.
Je viens des limites de l’ombre avec des douleurs si fines
qu’il m’a fallu beaucoup de peine pour prendre ce déguisement.

Vois, j’ai pris forme alors que je ne suis que désir.
J’ai traduit en couleur ce que transportent les distances,
ce que hurle la pollution nocturne des ruisseaux,
ce qu’attend le bolet blanc qui vient de naître sous la fougère,
ce que signifie la chute d’une pomme sauvage dans un fourré.

Comment te dire que l’amour du monde,
c’est moi, pour un très petit instant de grâce,
frappant au carreau allumé avant de m’y fracasser.

(Jean Malrieu)

 

Recueil: Le plus pauvre héritier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fille Mer (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2016



Fille Mer

Fille mer grosse de tempêtes à venir
Qui se fracasse les côtes
Qui se dépouille de ses algues
Pour en revêtir les rochers
Qui ôte sa robe d’écume
Pour en couvrir le rivage
Et m’apparaître dans splendide nudité
Qui prend le large quand je m’approche
Qui me lèche les pieds avant de les mordre
Qui danse devant moi au rythme des marées
Qui m’étreint de toutes ses vagues
Qui me fascine avec tous ses yeux de méduses
Et m’envoûte avec ses chants de sirènes
Qui me naufrage dans ma barque
Et je sombre dans ses profondeurs
Comme dans un ventre maternel.

(Jean-Baptiste Besnard)

Voir son site ici: Jean-Baptiste Besnard

Illustration: William Bouguereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :