Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se goinfrer’

Je ne sais pas où finit La rue de Lagny (Josée Tripodi)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2019




    
Je ne sais pas où finit
La rue de Lagny

Elle jaillit d’un coup
Boulevard de Charonne
Et suit son cours
Sans méandres
Canal domestique

Se goinfre de carbone
En sautant le périph

Et va partager ses eaux
Entre Saint-Mandé
Rive droite
Et Montreuil
Rive gauche

Tour à tour elle irrigue
Des immeubles morts
Machines à mouliner
Le fric
Des bâtisses à habiter
En batterie
Des pavillons de banlieue

Avec arbre
Derrière leurs remparts

Je tourne
Dans la rue Robespierre

Aujourd’hui encore
Je ne saurai où finit
La rue de Lagny

(Josée Tripodi)

 

Recueil: Le temps court plus vite que moi
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oh, votre nom (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




Illustration: Chantal Dufour
    
Oh, votre nom,
que je garde sur mes lèvres closes –

Votre nom de vie
qui m’accompagne.

Mon unique demeure.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vous ne saurez pas que c’est vous que je cherche (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




    
Vous ne saurez pas
que c’est vous
que je cherche
quand la marée
de la peur monte,
qu’elle se goinfre
de moi.

Orgiaque,
jamais
n’en a
assez.

C’est les bras qu’il faut,
puis la poitrine, puis les jambes.

Elle, me grigote le coeur,
et j’en perds le sang.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :