Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se lever’

AMANT D’UNE NUIT (The Lu)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



AMANT D’UNE NUIT

Amarré à la berge du fleuve, un petit sampan.
Près des roseaux, doux frémissement du vent.
En un dernier adieu, je t’accompagne à l’embarcadère
Pour prolonger un peu la rencontre de notre amour.

Le sampan de l’amant d’une nuit est parti et je laisse
Mon coeur suivre le gouvernail… Vers quel horizon ?
Éperdue dans le royaume de l’infinie tristesse,
Sans pleurs, car mes yeux n’ont plus de larmes.

Je ne suis qu’un être de rêve, c’est tout.
L’aurore se lève sous d’autres cieux,
Seul le pays de mon coeur est ténébreux.

Vouée à de tristes amours, et pourtant j’espère.
Je serai toujours celle qui, à l’embarcadère,
Accompagne l’amant d’une nuit.
Le sampan suit le courant.
Et moi, debout, seule avec le fleuve.

(The Lu)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis léger (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



Je suis léger, l’aube se lève sur ma bouche.
J’oublie le goût du feu et des vieilles blessures.
Je marche nu, poreux, sur des chemins de sable.
Et tout ceci par amitié d’un corps,
double plaisir, silence partagé.

(Jean Joubert)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TITHON À ÉOS SA BIEN-AIMÉE (Vangelis Kassos)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018



Illustration: Giulio Carpioni
    
TITHON À ÉOS SA BIEN-AIMÉE

dans ta vie la mort tel un soleil
sans cesse se lève
et comme elle monte
ton corps telle une ombre
elle adoucit
dans ma vie la mort tel un soleil
sans cesse se couche
et comme elle descend
ton corps telle une ombre
elle assombrit

(Vangelis Kassos)

 

Recueil: Cent poèmes
Traduction: Ioannis Dimitriadis
Editions: http://www.ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne sais plus qui parle (Henri Meschonnic)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018



 

je ne sais plus qui parle
qui couche se lève dans ma bouche
se taire n’est pas assez
parler est de trop
je me cherche entre les deux
comme pour voir les yeux se ferment
mais je te trouve
je n’ai plus besoin de dire

(Henri Meschonnic)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉCRITURES (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2018



 

Jacek Yerka  b

ÉCRITURES

Le temps n’est plus de se lever pour dire
Les mots sacrés enflammant les tribus.
Je suis le fou, je me donne un empire
Où je peux vivre un vieux rêve perdu.
Autour de moi, des machines qui grondent
Et mangent l’homme en détruisant sa voix,
Un univers écrasé par le nombre
Qui s’est vengé de ne plus être roi.

Il me fallait Bernard de Ventadour
Et ce Thibaut de Champagne mon prince
Pour m’élever vers le plus haut amour,
Bien loin de moi, plus haut que nos provinces.
Il me fallait offrir à vos futurs
Le bonheur fou des paroles lumières
Et tous les mots qui délivrent les purs
En les rendant à leur ferveur première.

Seul et penché sur l’âge de la terre,
Devant le siècle où mon nom périra,
J’explore un monde où le chant fut mystère
Et la foi l’ombre où se cachent les croix.
J’invoque en songe une femme qui chante
Et c’est Marie avec son Oiseau Bleu,
Et c’est mon âme auprès du feu des anges
Qui chante l’homme éternel et ses dieux.

Astre, mon astre où la clarté se mire,
Es-tu le seul à ne pas me trahir ?
S’il faut nommer la splendeur pour en vivre,
Eloigne-toi. L’oiseau n’a plus de sol.
Icare dit ses grâces au soleil.
Le laboureur toujours se porte en terre
Et ne voit rien du drame car il vit
Sur l’aile morte au fond d’un autre temps.

(Robert Sabatier)

Illustration: Jacek Yerka

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pays montagneux (Setsuko Shimizu)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2018



Pays montagneux —
Le jour se lève d’abord
pour les fleurs de magnolia dans le vent

(Setsuko Shimizu)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

CREATION (Nikiforos Vrettakos)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2018




    
CREATION

Cet oeillet, qu’en tenant
entre mes trois doigts
je lève à la lumière, m’a parlé et
malgré ma pensée limitée, je l’ai compris.
Une chaîne de galaxies infinies
ont collaboré, des illuminations
se sont croisées sur la terre – l’univers tout entier
a pris part à la création de cet oeillet.

Et ce que j’entends ce sont les voix
des artisans en son sein.

(Nikiforos Vrettakos)

 

Recueil: LA MYTHOLOGIE DES FLEURS
Traduction: N. Lygeros
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le jour se lève (Jean Giraudoux)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



La femme Narsès: « Comment cela s’appelle-t-il, quand le jour se lève, comme aujourd’hui,
et que tout est gâché, que tout est saccagé,
et que l’air pourtant se respire et qu’on a tout perdu,
que la ville brûle, que les innocents s’entre-tuent,
mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ? »

Electre : « Demande au mendiant. Il le sait. »

Le mendiant : « Cela a un très beau nom, femme Narsès. Cela s’appelle l’aurore. »

(Jean Giraudoux)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ÎLE SUR LE LAC, À INNISFREE (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



 

L’ÎLE SUR LE LAC, À INNISFREE

Que je me lève et je parte, que je parte pour Innisfree,
Que je me bâtisse là une hutte, faite d’argile et de joncs.
J’aurai neuf rangs de haricots, j’aurai une ruche
Et dans ma clairière je vivrai seul, devenu le bruit des abeilles.

Et là j’aurai quelque paix car goutte à goutte la paix retombe
Des brumes du matin sur l’herbe où le grillon chante,
Et là minuit n’est qu’une lueur et midi est un rayon rouge
Et d’ailes de passereaux déborde le ciel du soir.

Que je me lève et je parte, car nuit et jour
J’entends clapoter l’eau paisible contre la rive.
Vais-je sur la grand route ou le pavé incolore,
Je l’entends dans l’âme du coeur.

***

THE LAKE ISLE OF INNISFREE

I will arise and go now, and go to Innisfree,
And a small cabin build there, of clay and wattles made :
Nine bean-rows will I have there, a hive for the honeybee,
And live alone in the bee-loud glade.

And I shall have some peace there, for peace comes dropping slow,
Dropping from the veils of the morning to where the cricket sings ;
There midnight’s all a glimmer, and noon a purple glow,
And evening full of the linnet’s wings.

I will arise and go now, for always night and day
I hear lake water la pping with low sounds by the shore;
While I stand on the roadway, or on the pavements grey,
I hear it in the deep heart’s core.

(William Butler Yeats)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le matin je m’éveille en chantant (Guy Béart)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



chanter

Le matin je m’éveille en chantant

Le matin, je m´éveille en chantant
Et le soir, je me couche en dansant {x2}
Entre temps, je fais la sieste
Voilà tout ce qui me reste
Ou je me fais du café
On ne se soigne jamais assez

La, la, la, la, la, la, la, la, la,…

Le matin, je me lave en chantant
Et le soir, je me baigne en dansant {x2}
Entre temps, je me promène
Une activité moyenne
Me conduit à m´ reposer
On ne se soigne jamais assez

La, la, la, la, la, la, la, la, la,…

Le matin, on s´embrasse en chantant
Et le soir, on s´enlace en dansant {x2}
Entre temps, on se caresse
Y´a vraiment rien qui nous presse
On va même se recoucher
On ne se soigne jamais assez

La, la, la, la, la, la, la, la, la,…

Le matin, je m´éveille en chantant
Et le soir, je me couche en dansant {x2}
Jamais je ne m´intéresse
A la bombe vengeresse
Qui un jour f ´ra tout sauter
On ne nous soigne jamais assez
Le matin, je m´éveille en chantant

(Guy Béart)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :