Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se méprendre’

Passage (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



Passage

Ne vous méprenez pas
Je ne suis que de passage
Un être fictif sur un trajet
Sans itinéraire
Je pousse des portes
Qui s’ouvrent
Sur la vie
Et d’autres portes

(Andrée Chedid)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CYGNE ET LE CUISINIER (Jean de la Fontaine)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



 

LE CYGNE ET LE CUISINIER

Dans une ménagerie
De volatiles remplie
Vivaient le Cygne et l’Oison :
Celui-là destiné pour les regards du maître ;
Celui-ci, pour son goût : l’un qui se piquait d’être
Commensal du jardin, l’autre, de la maison.
Des fossés du Château faisant leurs galeries,
Tantôt on les eût vus côte à côte nager,
Tantôt courir sur l’onde, et tantôt se plonger,
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies.
Un jour le Cuisinier, ayant trop bu d’un coup,
Prit pour Oison le Cygne ; et le tenant au cou,
Il allait l’égorger, puis le mettre en potage.
L’oiseau, prêt à mourir, se plaint en son ramage.
Le Cuisinier fut fort surpris,
Et vit bien qu’il s’était mépris.
« Quoi ? je mettrois, dit-il un tel chanteur en soupe !
Non, non, ne plaise aux Dieux que jamais ma main coupe
La gorge à qui s’en sert si bien!  »

Ainsi dans les dangers qui nous suivent en croupe
Le doux parler ne nuit de rien.

(Jean de la Fontaine)

Illustration: Marc Chagall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand les yeux croient (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



 Illustration: Max Ernst

    

Quand les yeux croient,
les mains se méprennent.

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Canzone de l’essuyeuse de carreaux ou la vie à la va-vite (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2017



J’essuyais les carreaux.
Il se méprit.
Il a cru que je lui faisais signe.
Il vint et me prit.
Mon cœur fut épris.
Alors il m’a quittée, l’indigne!
j’en mourrai! – je meurs bientôt.
J’essuyais mes carreaux.

(Paul Fort)

Illustration: Colette Deblé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maîtresse transparente (G.L Godeau)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2016


Cet homme est seul dans sa voiture
et pourtant il rit comme s’il tenait une femme volée.
Car plus il roule, plus le sein du vent,
ferme et joueur comme une balle,
s’appuie dans sa main creuse.
A s’y méprendre.

(G.L Godeau)


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :