Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se métamorphoser’

Un fakir part à la recherche de la pierre philosophale (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2019




    
Un fakir part à la recherche de la pierre philosophale,
celle qui convertit le plomb en or.
Il prend les chemins de tous les exils,
passant d’un lieu à l’autre afin de trouver cette pierre,
l’une de ces présences à peine aperçues dont la poésie tire sa fulguration.

Pour se simplifier la tâche, il s’est passé à la taille une ceinture de cuivre et,
selon qu’il va, chaque fois qu’il voit une pierre qui pourrait être celle qu’il cherche,
il s’en saisit et la frotte contre son ventre : hélas, rien ne se passe.
Les journées s’écoulent, et les années.

Il fait toujours le même geste d’une manière de plus en plus mécanique :
chaque fois qu’il trouve une pierre susceptible d’être celle qu’il quête,
il la prend, la frotte contre sa ceinture, puis la jette et continue sa route.
Car à quoi bon ?
Finalement, il désespère.

Puis un jour, par hasard, il regarde sa ceinture.
Elle brille, elle étincelle, elle flambe.
À quel moment le cuivre s’est-il métamorphosé ?
Et lui-même, où donc et quand a-t-il rencontré la pierre ?
Il ne le sait pas et sans doute ne le saura-t-il jamais.
C’est ainsi.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt dièse tantôt bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: La Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À l’instant où meurt un homme (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2019



À l’instant où meurt un homme,
Ses portraits se métamorphosent.
Les yeux regardent autrement, les lèvres
Sourient d’un autre sourire.
Je l’ai remarqué au retour
De l’enterrement d’un poète.
Et depuis, je l’ai vérifié souvent,
Et mon intuition est confirmée.

(Anna Akhmatova)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reflet des choses (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Reflet des choses

Je suis le reflet des choses;
Je ris jusqu’au bout des doigts.
Je ne suis ni vert ni rose,
Je suis vous et je suis moi.

Hé! je me métamorphose
Parfois en petit Chinois,
Je suis le reflet des choses;
Je ris jusqu’au bout des doigts.

Oui, je ris, je ris sans cause
De tout, de vous et de moi.
Jamais je ne me repose.
Je luis partout à la fois.
Je suis le reflet des choses.

(Maurice Carême)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2018



 

as de coeur

Comme

Come, dit l’Anglais à l’Anglais, et l’Anglais vient.
Côme, dit le chef de gare, et le voyageur qui vient dans cette ville
descend du train sa valise à la main.
Come, dit l’autre, et il mange.
Comme, je dis comme et tout se métamorphose, le marbre en eau, le ciel
en orange, le vin en plaine, le fil en six, le coeur en peine, la peur en seine.
Mais si l’Anglais dit as c’est son tour de voir le monde changer de forme à sa convenance
Et moi je ne vois plus qu’un signe unique sur une carte:
L’as de coeur si c’est en février,
L’as de carreau et l’as de trèfle, misère en Flandre,
L’as de pique aux mains des aventuriers.
Et si cela me plaît à moi de vous dire machin,
Pot à eau, mousseline et potiron.
Que l’Anglais dise machin,
Que machin dise le chef de gare,
Machin dise l’autre,
Et moi aussi.
Machin.
Et même machin chose.
Il est vrai que vous vous en foutez.
Que vous ne comprenez pas la raison de ce poème.
Moi non plus d’ailleurs.
Poème, je vous demande un peu?
Poème? je vous demande un peu de confiture,
Encore un peu de gigot,
Encore un petit verre de vin
Pour nous mettre en train…
Poème, je ne vous demande pas l’heure qu’il est.
Poème, je ne vous demande pas si votre beau-père est poilu comme un sapeur.
Poème, je vous demande un peu… ?

Poème, je ne vous demande pas l’aumône,
Je vous la fais.
Poème, je ne vous demande pas l’heure qu’il est,
Je vous la donne.
Poème, je ne vous demande pas si vous allez bien,
Cela se devine.
Poème, poème, je vous demande un peu…
Je vous demande un peu d’or pour être heureux avec celle que j’aime.

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HEURE EXQUISE (Bernard Bailly)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018



L’HEURE EXQUISE

C’est l’heure où les filles
Vont sous les charmilles
Peaufiner un rêve
Qui ne finit pas.

C’est l’heure où les lèvres
Connaissent la fièvre
Des longs baisers bleus
Sous les catalpas.

C’est l’heure où les roses
Se métamorphosent
En chansons d’amour
Qui finissent bien.

C’est l’heure où l’archange
Plane dans l’étrange :
Délaissant les cieux
Il tombe amoureux !

Un parfum miellé
Envahit la brise.
Tilleul ou laurier?
Voici l’heure exquise !

(Bernard Bailly)

Illustration: Antonio Canova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUAND QUELQUE CHOSE DOUCEMENT (Gottfried Benn)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



QUAND QUELQUE CHOSE DOUCEMENT

Quand quelque chose doucement dans un murmure t’enveloppe,
semblable à la splendeur de la glycine sur ce mur
vient alors l’heure de ce deuil
de ne pas te savoir riche et inépuisable,

comme les fleurs ou comme la lumière :
venant en rayons, se métamorphosant,
oeuvrant à des dessins semblables
que n’entrelace tous que l’une des ivresses,

que l’un des velours où reposent les choses
coulant ainsi et ainsi compactes,
qui tracent les frontières, retiennent les heures
et ne font rien en ce deuil.

(Gottfried Benn)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est vrai que mon apparence est étrange (Joseph Merrick)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Joseph Merrick
    
Il est vrai que mon apparence est étrange
Mais m’accuser revient à accuser Dieu ;
Si je pouvais me métamorphoser,
Je ne manquerais pas de vous satisfaire.
Si je pouvais voler d’un pôle à l’autre,
Ou franchir l’océan d’un seul coup d’aile,
On me jugerait à mon âme seule,
Car c’est à son âme qu’on juge un homme.

***

Tis true my form is something odd.
But blaming me is blaming God;
Could I create myself anew,
I would not fail in pleasing you.
If I could reach from pole to pole,
Or grasp the ocean with a span,
I would be measured by the soul,
The mind’s the standard of the man.

(Joseph Merrick)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ta voix (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2016



 

Ta voix, ta voix fleurit comme les tubéreuses
Elle enivre la vie ô voix ô voix chérie
Ordonne ordonne au temps de passer bien plus vite
Le bouquet de ton corps est le bonheur du temps
Et les fleurs de l’espoir enguirlandent tes tempes
Les douleurs en passant près de toi se métamorphosent
— Écroulements de flammes, morts frileuses, hématidroses —
En une gerbe où fleurit La Merveilleuse Rose

(Guillaume Apollinaire)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la Poésie (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2016



 

A la Poésie

A toi seule, j’avoue mes vertiges, mes paniques…
Mon ombre et ma lumière,

c’est toi, à leur plus haut niveau de différences, de contradictions, d’étranglements.
A ce degré où tout se métamorphose en significations…

Tu es faite de perpétuels dépassements, de reconquêtes permanentes…
C’est grâce à toi que je me vérifie et me réhabilite.

Tu es mon cœur secret, profond, invisible, ma raison de durer, de témoigner.
Tu es mon témoin, mon miroir, mon serment, ma perfection.

(Louis Emié)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :