Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se multiplier’

FERMOIR (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2019


 


 

Ettore Aldo Del Vigo 71

FERMOIR

Tableau transformable
au mobile écran
le prisme des fables
sert les quatre sens ;
l’espace qui bouge
en ta profondeur
filiforme touche
l’esprit créateur
violet et rouge
métamorphoseur,
tout se multiplie
silhouette, l’art,
son et poésie,
le ciel qu’on déplie,
retour et départ :
à chacun son rêve,
oeuvre, liberté
de tout transposer ;
la vie est trop brève,
il faut l’inventer.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

REMEDE AU MAL (Louis Avenniez-Defeux)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2018



REMEDE AU MAL

Vous qui coulez avec un bruit de lèvres,
Rêveurs errants des bois bénis,
Ruisseaux où meurt le long frisson des fièvres;
Vous qui dormez, étangs unis ;

Sources, pourquoi les frileuses fougères,
Les ombrages et les roseaux,
Les mille fleurs et les mouches légères
Qui se poursuivent sur les eaux,

Ne peuvent-ils dans vos miroirs fidèles
Fixer leurs multiples contours ?
Pourquoi vos flots, où se trempent tant d’ailes,
Sont-ils purs et vierges toujours?

Dites ! pourquoi le rayon qui se pose
Sur votre surface un moment,
Ne laisse-t-il aucune trace rose
De son court éblouissement?

« Nous préférons qu’en effet tout s’efface
Dans notre cristal effleuré :
Pâlir lorsqu’un nuage blafard passe,
Sourire lorsqu’il a pleuré ;

« Ne rien graver dans notre transparence,
Ne rien regarder et tout voir,
Et conserver la douce indifférence
De notre implacable miroir.

« Tout oublier! — n’est-ce pas, songeur sombre,
Le plus grand bien?… Tout oublier,
Ne plus sentir le passé, dans son ombre,
Renaître et se multiplier ! »

(Louis Avenniez-Defeux)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cinématographique (Alexàndra Galanou)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018



 Illustration: Edouard Boubat
    
Cinématographique

Il l’a rencontrée
entre des regards
jetables
et des sourires brisés..
Elle l’a suivi
dans des gestes fugitifs
et des sensations fragmentaires.
Ensemble ils ont marché
là où la lueur de la lune
se multipliait
sur leurs visages
et la courbe de la nuit
étreignait le jasmin penché
odorant.
Un jour ils se sont aimés…

(Alexàndra Galanou)

 

Recueil: Dans les recoins des mots
Traduction:
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS LE MIROIR (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017




    
DANS LE MIROIR

Imagine placé dans une chambre
Un grand miroir. La clarté des fenêtres
S’y prend, s’y multiplie. Ce qui existe
Devient ce qui apaise. Là, dehors,

C’est à nouveau le lieu originel.
Passent Adam et Eve, dont les mains
Se rejoignent ici, dans cette chambre,
Elle, tout une longue jupe, à falbalas.

J’ai pris un fruit, c’était dans un miroir,
L’image n’en fut pas troublée, le jour d’été
En éprouva à peine un frémissement.

J’en perçus la couleur, la saveur, la forme,
Puis le posai, dehors. Et vint la nuit
Dans le miroir, et les fenêtres battent.

(Yves Bonnefoy)

 

Recueil: L’heure présente
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre de la maison (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



gravier-e_a-800x600

L’ombre de la maison
s’attardait sur le seuil
le chien n’était plus là

Sous les pas les graviers
ensoleillés de l’allée
se multipliaient
comme la neige se répète

Ils allaient mémoire à découvert
puis se taisaient
interminables

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MOITIÉ DE LA VIE (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2017



LA MOITIÉ DE LA VIE

Car les matinées sont rapides et leur soleil cassé
Car le midi
Dans la nudité de son éclat entoure la terre

La maison agence l’une après l’autre ses ombres
La maison prépare l’après-midi
Les fruits et les chansons se multiplient
Nue et aiguë
La douceur de la vie

***

MEZO DA VIDA

Porque as manhãs são rápidas e o seu sol quebrado
Porque o meio-dia
Em seu despido fulgor rodeia a terra

A casa compõe uma por uma as suas sombras
A casa prepara a tarde
Frutos e cançôes se multiplicam
Nua e aguda
A doçura da vida

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration: Koloman Moser

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu peux contempler le trésor (Marianne Dubois)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2016



Si tu peux contempler le trésor qui n’est autre que
toi-même, tu verras qu’il contient l’univers en même
temps qu’il ne contient rien et cette connaissance
intime sera pour toi merveille et délivrance.

Quand tes mains ouvertes accueillent la vie sans
rien retenir tu plonges démesurément dans la
Source, dans l’espace illimité de cet autre toi-même,
dans le son créateur qui s’élance et se multiplie,
dans le rire infini qui enfante les mondes et le chant
de l’univers.

(Marianne Dubois)

son site ici

Illustration: Josephine Wall

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Parfois tout nous réussit (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2015



    

Parfois tout nous réussit.
Chaque porte s’ouvre au juste moment
et donne sur l’endroit où nous allons,
la flèche n’a pas besoin que l’archer pointe
car elle va de toute manière se clouer au but,
nul besoin que rien nous réveille
car nous ouvrons les yeux au moment exact
où chacun doit inaugurer son propre jour.

Néanmoins,
ce n’est pas nous qui, pour quelque raison,
touchons de notre vie
le point sans distraction
où elle-même ou autre chose
se multiplie et se concentre.
Le fait est autre:
ce sont les choses qui parfois
réussissent totalement en nous,
comme si elles répondaient alors
à un pacte mutuel dont nous faisons un moment partie

ou à un engagement pris
avec dieu sait quoi d’autre…

C’est ainsi que nous pouvons comprendre
la beauté et l’originalité de la maladresse.

(Roberto Juarroz)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand la nuit tombe (André du Bouchet)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2015


 


 

Gerge Pyatigorets   l

Quand la nuit tombe,
la route inutile est couverte de pays noirs
qui se multiplient.

(André du Bouchet)

Illustration: Gerge Pyatigorets

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

AUTRE (Paul Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2015



AUTRE

CAR tu vis en toutes les femmes
Et toutes les femmes c’est toi.
Et tout l’amour qui soit, c’est moi
Brûlant pour toi de mille flammes.

Ton sourire tendre ou moqueur,
Tes yeux, mon Styx ou mon Lignon,
Ton sein opulent ou mignon
Sont les seuls vainqueurs de mon coeur.

Et je mords à ta chevelure
Longue ou frisée, en haut, en bas,
Noire ou rouge et sur l’encolure
Et là ou là — et quels repas !

Et je bois à tes lèvres fines
Ou grosses, — à la Lèvre, toute !
Et quelles ivresses en route,
Diaboliques et divines !

Car toute la femme est en toi
Et ce moi que tu multiplies
T’aime en toute Elle et tu rallies
En toi seule tout l’amour : Moi !

(Paul Verlaine)

Illustration: Charles J. Dwyer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :