Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se palper’

Toute chose (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2018



Illustration: Carolus-Duran 
    
Toute chose vit en se palpant le dos,
en marchant de dos,
en se rêvant le dos,
et en essayant de comprendre
le dos d’autrui.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




Pour attendre la nuit je me suis étendu
à l’ombre d’un arbre de pulsations.

L’arbre est femme et dans son feuillage
j’entends rouler la mer sous l’après-midi.

Je mange ses fruits au goût de temps,
fruits d’oubli et de connaissance.

Sous l’arbre se regardent et se palpent
images, idées, paroles.

Par le corps nous revenons au commencement,
spirale de calme et mouvement.

Saveur, savoir mortel, pause finie,
il a un début et une fin – et il est sans mesure.

La nuit entre et sa marée nous recouvre;
la mer répète ses syllabes, déjà noires.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La route (Mohammed Dib)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2018




    
La route

L’enfant cherchait.
Une route à peine tracée.
Il y allait à tâtons.

Le chemin se perdait,
Noyé sous la pluie.
Et tombait la pluie.

Tombait la pluie.
Tombait. Il marchait.
Il la regardait tomber.

Pas âme qui vive.
Il se palpa la figure.
C’est moi, dit-il.

Ce qui manquait.
Ce qui s’était perdu.
Il ne savait plus.

Continuait la pluie.
Pleuvait la pluie.
Pleuvait la pluie.

(Mohammed Dib)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :