Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se parfumer’

Ultime parole de la princesse (Ana Mafalda Leite)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2017



 

 
Ultime parole de la princesse

Il se couche dans mes rêves et s’éveille

se parfume
se peuple
de moi

s’émerveille de baisers
douce la bouche les entoure
embrase
des roses

les fait attendre
séduit
lentement
des roses

sent le délice
la délectation

(Ana Mafalda Leite)

 

Recueil: L’inventaire des choses (Anthologie)
Traduction: Marie-Claire Vromans
Editions: Action Poétique

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi donc (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

Pourquoi donc, penché sur ta lyre,
Regretter, comme un vain délire,
Les pleurs qui tombent de tes yeux?
Les pleurs d’un amoureux martyre
Sont comme des gouttes de cire
Pleines d’un ambre précieux.

Tout, autour d’elles, se parfume ;
Elles perdent leur amertume
Sous le feu brûlant qui les fond ;
Et, pour toujours, la poésie
Y met son empreinte choisie,
Son cachet divin et profond !

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Latoya Smile

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme nous elles naissent opaques (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2015



Comme nous
elles naissent opaques
et d’un matériau commun
pour arriver parfois au diamant
et taillées par un art amoureux
retrouver les éclats
d’une étoile
dont nous sommes restés
les
orphelins obscurs et douloureux

Comme nous
elles sont constituées surtout
de vide
et dorment d’un sommeil animal
autant que végétal
mais sans doute moins inquiet
et plus profond

Comme nous
elles possèdent des membres
des poumons et des paupières
quelles agitent moins souvent
moins brutalement
et avec une extrême discrétion

Elles se parfument
mais d’essences plus subtiles
où entrent des rappels d’alambics
immémoriaux et soufrés

Elles aiment les caresses
et s’usent volontiers
vers des courbes et des rondeurs
familières de nuques et de hanches

Elles se montrent gourmandes
mais d’épices
dont les ardeurs montent plus haut
plus loin dans les vertiges
de la durée
et les sargasses cosmiques
de la création
dans les frayères glauques
des premières vapeurs
des gésines gazeuses du néant

(Werner Lambersy)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :