Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se partager’

En amitié (Khalil Gibran)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018




    
En amitié
toute pensée, tout désir, toute attente
naissent et se partagent
sans un mot,
avec une joie secrète.

(Khalil Gibran)

 

Recueil: Le Prophète

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES VIVANTS ET LA VIE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



 

Salvador Dali__ Prémonition de guerre civile

LES VIVANTS ET LA VIE

Les vivants et la vie
ne se ressemblent guère,
mais parfois ils se croisent
et s’aiment un moment.

J’en ai vu, sous la pluie,
se partager le vin.
Les solitaires parlent
avec leur destinée.

Et d’autres qui se battent
et qu’on ramasse morts,
un sourire caillé
entre les deux épaules.

(Axel Toursky)

Illustration: Salvador Dali

 

LES VIVANTS  ET LA VIE

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la main (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017



Illustration: Elizaveta Porodina
    
Dans la main, la tête ouverte est belle
de toute sa boue ensanglantée
et la mémoire refait en vain un regard
qui n’a plus de poids, ni de cils.

Le corps poignant de désirs tourne dans la ville
se heurte aux jambes qui montent vers les femmes
jusqu’au point où la chair se partage en un sexe
et la terre à chaque étage rit à pleines dents.

Une femme entr’ouverte chevauche la ville :
pas un cri ne soulève la tuile d’un toit,
pas une main ne donne l’alarme dans les fenêtres,
pas un mur n’écarte sa bouche serrée.

C’est alors qu’au milieu de la nuit s’ouvre
un grand trou qui est peut-être la mer,
qui est peut-être une montagne
et qui cherche, pantelant, un peu de jour.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Viens dénuder la haute blessure (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Rafal Olbinski
    
viens dénuder la haute blessure
dire la voie non tracée
d’un jour plus long que le nôtre

l’ardent souci
de solitude

l’aimantation

trouée de lumière
qui ne retient plus rien
d’elle-même

ne nous accorde rien

que la nuit coule vers le jour

que sourient les enfants morts
à la tombée des étoiles

que se partage la rosée noire
de l’interminable sentier

entre la plaie et le baume
entre les cendres errantes
et la langue des anges

puissions-nous agrandir
l’abîme endormi en toi

entre les bouches de sable
et la grâce d’un coeur
enfin broyé

ne nous pardonne rien

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Demain je serai ange (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2016




Finis le doute et le dédain,
le serpent sous le rire,
le coeur qui ne sait pas pourquoi il se partage,
le plaisir du néant, la peur de soi,
le sarcasme pendu comme une prune
sous le menton,
l’incertitude avec des fleurs,
la certitude avec des trous:
demain je serai ange.

(Alain Bosquet)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :