Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se plonger’

AHASVÉRUS (Edgar Quinet)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2018



Illustration: Josephine Wall 
    
AHASVÉRUS

J’avais cru, d’abord, trouver quelque consolation
en m’adonnant à la poésie.

MOB

Bravo ! c’est l’art que j’aurais voulu cultiver si on m’eut laissé libre.
Darder en plein soleil des paroles huppées ;
habiller de phrases une ombre, un squelette,
moins que cela, un rien ;
le coiffer de rimes, le chausser d’adverbes,
le panacher d’adjectifs, le farder de virgules :
quelle faculté dans l’homme monsieur;
et songer que tout lui obéit, premièrement, ce qui n’est pas !
Se plonger dans l’océan transparent des choses pour y pêcher le ciel,
et rapporter au rivage une douzaine de mots polis, luisants, ruisselants.
Ah ! voilà de ces vies d’émotion dont je serai éternellement jalouse.

(Edgar Quinet)

 

Recueil: Ahasvérus
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma sœur ô mon amie (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



Ma sœur ô mon amie

Ma sœur ô mon amie je ne te connais pas
Du fond du cœur pourtant je comprends ton alcool
Moi aussi j’ai suivi ton chemin pas à pas
Et je me suis plongé dans la jouissance folle

Que procurent la brume et tous les maëlstroms
De la bière et du vin délicieux nectars
Où l’on se sent enfin redevenir un homme
Et comme toi les nuits j’ai bu jusqu’à très tard

Se dressèrent alors les aubes de douleur
Aurores de souffrance et des atroces rêves
Un jour j’ai arrêté ce parcours de malheur

Ô mon amie ma sœur j’assécherai tes pleurs
Tout comme moi bientôt tu connaîtras les grèves
Et les plages d’amour où les soleils se lèvent

(Jean-Claude Demay)

Illustration: Edgar Degas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :