Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se poser’

Sur mes pieds fatigués (Santoka)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2021




    

sur mes pieds fatigués
une libellule
s’est posée

***

(Santoka)

 

Recueil: Santoka Zen Saké Haïku
Traduction: Cheng Wing fun & Hervé Collet
Editions: Moundarren

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | 3 Comments »

Fille sauvage (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2021





Fille sauvage

Sous l’écorce du matin
Sous les feuilles
Dans ta robe de coton
Transparente comme un ruisseau
Je te cherche
Pour voir le soleil briller dans tes yeux
Qui font chanter les couleurs
Tes hanches font danser l’horizon
Et la mer vient se réfugier dans tes bras

Le soleil se crucifie sur la colline
Et le déclin du jour frôle ton visage
Alors que la lumière chuchote
Reflétée par la vitre
Tes cheveux se baignent dans le miroir
Et tu presses tes lèvres
Sur celles de la nuit
Avant de les poser
Sur les miennes
Qui attendaient.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: André Patte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis juive avec eux (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2021



Illustration
    
Je suis juive avec eux

Leurs souffrances
s’inscrivent dans mon sang
et coagulent

Sur le bord de ma fenêtre
leurs cendres se posent
aujourd’hui encore

Chaque nuit j’étouffe sous les tonnes
de leurs cheveux rasés

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soleil se pose (Raymond Rillot)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2021



Le soleil se pose
sur la feuille de platane
Pollen d’un baiser.

(Raymond Rillot)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Oui j’attends que la lumière se pose sur mes notes (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2021




    
oui
j’attends que la lumière
se pose sur mes notes
comme un amant
comme un aimant
l’aimant des apparitions
là où tout palpite
au fond de l’infiniment sensible
où l’identité
n’est plus qu’un
vacillement
toutes les aubes viennent à ma bouche
toutes les aubes
respectent l’arc-en-ciel
je suis un argonaute du souffle

(Zéno Bianu)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: John Coltrane (Méditation)
Traduction:
Editions: le Castor Astral

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’avion se pose (Pierre Saussus)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2021



l’avion se pose
sur un petit nuage
puis sur la piste

(Pierre Saussus)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un oiseau sans ailes (Mathias Malzieu)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2021



Illustration: Daria Nelson
    
Un oiseau sans ailes
s’est posé dans mon nid.

Je m’occupe d’elle, j’aide à ce
que repoussent ses ailes.

Me quittera-t-elle pour retrouver
son ciel quand elle ira mieux?

Ou m’apprendra-t-elle à la retrouver
entre quatre cieux?

(Mathias Malzieu)

Recueil: Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse
Traduction:
Editions: L’ICONOPOP

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne vois pas pourquoi je ferais autre chose (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2021



    
Je ne vois pas pourquoi je ferais autre chose

Je ne vois pas pourquoi je ferais autre chose
Que de rêver sous l’arbre où le ramier se pose ;
Les chars passent, j’entends grincer les durs essieux ;

Quand les filles s’en vont laver à la fontaine,
Elles prêtent l’oreille à ma chanson lointaine,
Et moi je reste au fond des bois mystérieux,

Parce que le hallier m’offre des fleurs sans nombre,
Parce qu’il me suffit de voir voler dans l’ombre
Mon chant vers les esprits et l’oiseau vers les cieux.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’hirondelle (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 5 décembre 2020



L’hirondelle

« Je n’irai plus aux bois
d’Afrique
Où dansent tous les rois
de pique. »

La dernière hirondelle
se meurt
Elle bat de ses ailes
son cœur.
Du fil télégraphique
désert
Où tremble une musique
d’hiver
Elle crie et appelle
ses sœurs :
« Au secours hirondelles
j’ai peur. »
Mais sa voix trop petite
se perd
Dans le vent qui agite
la mer.
Elle entend un message
d’amant
Passer en son plumage
mourant.
La parole est oiseau
comme elle
Qui pose au manteau
des belles.
« Ton Paul t’aime et t’adore
toujours,
Il pense à nos aurores
d’amour. »
Ah ! beau ciel de paroles
rempli
Toutes les bouches volent
la nuit.
Paupières de voyage
en pleurs
Elle prend le message
et meurt.
Orages de tendresse
l’oiseau
Se console ou se blesse
aux mots.
La dernière hirondelle
est là
Inerte sous son aile
qui bat.

Et moi je suis debout à la fenêtre
Je vois l’hirondelle à terre et pourtant
Je ne pense qu’à celui que j’attends
Celui qui m’aime et me dira peut-être :

« Viens avec moi aux bois
d’Afrique
Où dansent tous les rois
de pique. »

(Louise de Vilmorin)

Illustration: Sonia Mandel

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Famélique (Isshô)

Posted by arbrealettres sur 17 septembre 2020




    
Famélique
sur la cuirasse un moustique
s’était posé

(Isshô)

 

Recueil: Friches
Traduction: René Sieffert
Editions: Verdier poche

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :