Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se poser’

LA FEUILLE (Paul de Roux)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2019




    
LA FEUILLE

La feuille qui se pose, s’élève
au vent d’automne et, immuablement
va vers la boue, l’ensevelissement
craquelée, puis si humide, se dissolvant
un temps elle fut la jeunesse du monde.

(Paul de Roux)

 

Recueil: Les pas
Traduction:
Editions: L’Alphée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Symétrie (Guillaume Siaudeau)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2019




    
Symétrie

Et la branche morte
s’est posée
sur la carcasse
de l’oiseau

(Guillaume Siaudeau)

 

Recueil: Inauguration de l’ennui
Traduction:
Editions: Alma

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Tu vois tes pensées (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



 Illustration
    
Tu vois tes pensées comme
la béance des tournesols
au-dessus des herbes.
Fraîcheur presque visible, le vent

est plein d’ombre. Tu es tout entier
dans cette vague sans profondeur.
Un ciel d’ennui se pose
sur la cime des chênes,

les siècles noueux y font
un bruissement monotone
Comme d’une mer éternelle.

Les heures s’usent
et tombent
d’un monde à l’autre.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Syllabes de sable Poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chip chip (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



Le père du père
du père du père du père
de mon amie Henriette
avait un gentil petit oiseau
qui se posait sur son doigt
et faisait chip chip chip chip.

Eh bien, le fils du fils du fils du fils
du fils du fils
de ce petit oiseau
vient se poser sur le doigt
de mon amie Henriette
et fait chip chip chip chip chip.

(Norge)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Bleu (Hadassa Tal)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2018



    

Bleu
(Extraits)

Un colibri
enflamme
les ombres bleues en secret
ne siffle qu’une fois
et sombre
à la renverse
devant moi

*

Les langues du vent sont douces sur les joues de l’oiseau

*

Dans la verdure d’un cyprès
le soleil verse
ses rayons

Un colibri rame sur une feuille de géranium
minuscule comme
pour se poser
dans la paume
d’un
enfant

(Hadassa Tal)

 

Recueil: L’Ardeur ABC poétique du vivre plus
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la recherche de l’oiseau (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



Quand un poème t’arrive,
Tu ne sais d’où ni pourquoi,

C’est comme si un oiseau
Venait se poser dans ta main,

Et tu te penches,
Tu te réchauffes à son corps.

On peut aussi partir
A la recherche de l’oiseau.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 6 Comments »

On sort le cercueil (Hashi Kanseki)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2018



On sort le cercueil –
un pont se pose
dans le paysage

(Hashi Kanseki)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

ROSEAU (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018




    
ROSEAU

A
peine
si
le
roseau
ploie
lorsque
s’y
pose
la
mésange

Visage
tendre visage
la pluie t’efface
sur l’étang

Nous passerons sans laisser de sillage.
Apprêtons déjà notre adieu.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BLEU NUIT (Christophe Langlois)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018



Illustration: Marina Dieul
    
BLEU NUIT

Approche, mon doux oiseau de nuit

pose-toi en mon feuillage

Plus rien ne puisse t’effaroucher

(Christophe Langlois)

 

Recueil: L’amour des longs détours
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CIGOGNE (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2018



Illustration
    
LA CIGOGNE
Tchen-Tsé-Tsi

O pauvres habitants de la grande Patrie du Milieu,
vous êtes en proie à la guerre civile,
et mon cœur pâlit de tristesse, lorsque je songe à votre misère !

Vous êtes nés libres, et vous êtes esclaves ;
vous êtes punis quoique vous n’ayez fait aucun mal.
Quand donc viendra pour vous le jour du salut ?

De quelle race est-il, l’homme choisi par le ciel pour vous tirer de peine ?
Une blanche cigogne apparaît, là-bas, parmi les nuages,
mais on ne sait pas encore sur quelle maison elle se posera.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :