Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se réchauffer’

J’IRAI prendre la place d’un autre dans ma Maison (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2021


 


 

Marcel Roux  Abandon  r7

J’IRAI prendre la place d’un autre dans ma Maison
Il a disparu en combattant contre le sable
Ses yeux cessaient de le reconnaître
et il ne fut plus là
mais les lents sédiments de l’hébétude
et leurs insectes gras
… Du milieu du silence de l’eau j’apparais
et je me réchauffe á la rumeur d’un coquillage vide
Je cours à la recherche d’un bout d’algue perdu
Je suis complice d’une chanson infortunée
qui enroulait le monde et le faisait frémir autrefois

…O la froide impulsion de ce pays sans moires
pour joindre les deux bouches énormes l’une à l’autre
et ranimer le feu de leur embrasement
… Vers l’unité de l’homme vers le néant
la dure relève de reflets au bord du songe.

(André Frénaud)

Illustration: Marcel Roux 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le feu prend (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2021



Formesitaliennes ovalitésmollesenmarchelenteellipsoïdale –
tendrementcoloréesenlumièreblonde

Mes pieds et mon dos se réchauffent

Le feu prend

(Pierre Albert-Birot)


Illustration: Guillaume Seignac

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOUVEAU FEU (Mokhtar El Amraoui)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2020



;


Illustration: ArbreaPhotos
   &nbsp
NOUVEAU FEU

L’éternité naît d’un regard
d’un quai
d’une herbe folle ivre de lunes
d’un vent d’oiseaux
ramant leur retour
d’une vague qui te caresse
de ses récits et cieux
cherchant à se réchauffer
dans tes yeux
pour allumer les étincelles
d’un nouveau feu

©Mokhtar El Amraoui in « Dans le tumulte du labyrinthe »
(Mokhtar El Amraoui)

son site  https://mokhtarivesenpoemesetautresvoyages.blogspot.com/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la grande chaleur (Martine Broda)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2020



 

George Clair Tooker  1920-2011 - American Magic Realist painter - Tutt'Art@ (30) [1280x768]

A la grande chaleur

lorsque ceux qui ont passé les douleurs
se retrouvent face à face en haillons
vite ils se mettent nus
leur peau éblouie par le sang
ils se réchauffent à la grande chaleur

et c’est l’amour incroyable
bleu comme ton regard oublié
il rejaillit plus beau qu’autrefois
nous le buvons comme la vie

il guérit
des squames tombent de la plaie

(Martine Broda)

Illustration: George Clair Tooker

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Feux (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2020



Feux
1
Je m’approche du feu
Pour me réchauffer
Et regarde la flamme
Danser dans tes beaux yeux.

2

rire avec le feu
feu de rire
rire avec la flamme
flamme de rire
rire avec la fumée
fumée de rire
la cigarette consume
l’ombre du doigt

3
Dans la cheminée
La crémaillère montre ses dents
Le feu lutine sur les fagots
Et fait grimacer les armoires

Le soir la chaumière
Se referme sur des mystères
Alors que le vent du large
Eparpille des étoiles
Autour de son toit.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mendiant (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2020




    
Le mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s’arrêta devant
Ma porte, que j’ouvris d’une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C’était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l’homme et les joignant pour Dieu.
je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l’entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre ,
Devant la cheminée. » Il s’approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Etalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l’âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu’il séchait ce haillon désolé
D’où ruisselait la pluie et l’eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regard fixé sur la montagne (Mayuzumi Madoka)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2019



Illustration: Ogawa Usen
    

Regard fixé sur la montagne
la centenaire
se réchauffe au soleil

***

(Mayuzumi Madoka)

 

Recueil: Haikus du temps présent
Traduction: Corinne Atlan
Editions: Philippe Picquier

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

J’aime aussi vague à l’âme (Bernard Friot)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2019



Illustration: Margaret Brohan
    
J’aime aussi vague à l’âme
doucement mélancolique
tête dans les nuages
et le coeur en écharpe.
Sourire à moitié
léger goût d’amertume
comme un regret
de ne pas aimer assez.
J’aime aussi vague à l’âme
aux couleurs de l’automne
bientôt il fera froid
chez moi.
Mais j’irai vers toi
me réchauffer
tête sur ton épaule
et coeur sous l’édredon.

(Bernard Friot)

 

Recueil: Je t’aime, je t’aime, je t’aime… Poèmes pressés
Traduction:
Editions: Folio Junior

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIEILLIR (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2019



Jean-Baptiste Besnard

VIEILLIR

A force d’être jeune, on devient vieux.
Les ans passent trop vite et l’on ignore
Si un monde meilleur existe encore
Ou s’il est exilé en d’autres lieux.
Un été se termine et c’est l’automne
Dont la splendeur annonce un autre hiver.
Les arbres dépouillés ne sont plus verts
Et le décor paraît bien monotone.
Il nous faudrait, d’après l’auteur ancien,
Sans attendre cueillir toutes les roses.
La vie ne suffit pas à un païen
Pour pouvoir savourer toutes les choses.
Et je croyais triompher du destin,
Me réchauffer toujours près de la flamme
Mais, froid, j’avais déjà perdu mon âme,
Convive repoussé hors du festin.

(Jean-Baptiste Besnard)

Son blog ici: https://jeanbaptistebesnard.wordpress.com/
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APRÈS TANT DE CIEL (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2019



APRÈS TANT DE CIEL

Après tant de ciel tranquille
sur l’autre rive des songes,
il fallut bien atterrir
sous les poussières d’étoiles.
Malgré la neige et l’absence,
rien d’hier n’était changé
et sur les places publiques
où les foules s’amassaient,
nous n’étions que quelques hommes
à pouvoir nous réchauffer.

(Géo Libbrecht)

Illustration: Valérie Barcelo

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :