Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se recourber’

POURSUITES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2018



 

Brad Kunkle

POURSUITES

Rassurée et sereine
Sous les feuillages
Étendue
La femme de tous les temps
Découvre ce lieu paisible
Où le rêve peut éclore
Et l’amour advenir.

*

J’ai beau le poursuivre
Je ne l’atteindrai jamais
Ce Poème des poèmes
Masqué par l’indicible
Je demeure en chemin
Au présent A jamais
Heureuse de ce parcours
Invincible.

De notre chair éclatante
A nos chairs ramollies
De notre chair pulpeuse
A nos chairs d’élégie
J’ai vu glisser le temps
Et s’accroître les ans

Mais j’ai aimé cette chair
Et ses métamorphoses
Et respecté cette chair
En ses secrets replis.

*

Des rafales en bourrasques
J’ai couru dans le Vent
Vers le grand souffle des choses

L’arbre gémissait
Les plantes se recourbaient
A cheveux déployés
Je cours vers l’avant.

(Andrée Chedid)

Illustration: Brad Kunkle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VAL DES MERVEILLES (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    

VAL DES MERVEILLES

deux noms dans la neige
où se prosternent les étoiles

le corps du temps
s’est recourbé

l’instant vibre
en fragments de foudre

frisson bleu du vivant

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Noeud après noeud (Aïcha Arnaout)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2017



Noeud après noeud
tu te recourbes de plus en plus
improvisant ton histoire réversible

des naissances narcissiques
des morts ambiguës

ce n’est qu’un trompe-l’oeil
d’un subtil cheminement
maillé à l’invisible

avec ta peau de sable
tes rides de vent
comment te saisir
dans ces sillons fuyants?

(Aïcha Arnaout)

Recueil: L’inventaire des choses (Anthologie)
Traduction: Aïcha Arnaout
Editions: Action Poétique

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jeunes bambous de mon jardin de Tch’ang-Kou (Li Ho)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2017



Jeunes bambous de mon jardin de Tch’ang-Kou

Les bambous antiques, de leur pointe durcie,
frôlent les nuages d’azur.

Comme Siang-jou, je rentre dans mon pays, indolent ;
la pauvreté noble est mon seul désir.

Mille arpents de bambous s’agitent au vent
et sifflent sous la pluie…

Une branche, sous le poids d’un oiseau,
se recourbe et entre dans mon amphore.

(Li Ho)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :