Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se vider’

JUBILATION (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2019



Illustration
    
JUBILATION

Une à une, les choses se sont vidées
et il n’a plus rien à faire. Il reste seul,
il regarde ses mains, ses ongles — si étrangers —
se caresse encore une fois le menton, fait attention : —
un autre menton, tout simplement si étranger,
si profondément et si naturellement étranger, que lui-même
en vient à se réjouir de son caractère intact.

(Yannis Ritsos)

 

Recueil: La nuit dans le miroir et autres poèmes
Traduction: Dominique Grandmont
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Passons (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2018



 

Bill Viola    e

Passons

Je vois des crampes
des frères qui rampent
des théories
désossées.
Des rivières sans fond
des ciels sans poissons
il est tard
passons…

Je vois des rétines
des sourcils pleins d’épines
des serments passagers.
Des armées de sans noms
qui réclament les bas-fonds
comme laisser-
passer
passons…

Passons sur les champs qui s’agitent
tapis sans-gêne addicts
aux réformes intrinsèques
aux conflits entre insectes.
Clients ?
Fidèles ?
Qui sait… ?

Je vois des mendiants
nus
sur le sol pétrifié.
Comme l’écran se vide
je vais l’imiter.

Passons sur le fond
des images sans son
me suffisent
pour rêver.

(Balbino)

Illustration: Bill Viola

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

220 satoris mortels (François Matton)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2018



Illustration

    

Quand ce serait l’heure d’y aller
mais qu’on n’y est pas du tout

Quand en sauvant un papillon
attaqué par des fourmis
on se prend pour un saint

Quand on est si loin de chez soi
qu’on finit par l’oublier

Quand on est couché dans son lit
et qu’on entend soudainement craquer
le plancher du grenier

Quand le spectacle de la Nature
devient le seul spectacle supportable

Quand on est heureux
et malheureux
simultanément
sans raison

Quand
OH Regarde

Quand un arc-en-ciel
une colline jaune
un lapin à deux pas

Quand la projection
est subitement suspendue

Quand on ne saurait dire
si le monde préexiste à la perception

Quand toutes les salles se vident
et que le silence revient

Qaund passer le balai
se révèle plus efficace
qu’avaler un anxiolytique

Quand on n’est plus personne
à l’instant où le petit oiseau va sortir

Quand tout paraît
bulles de savon
à la surface
et au-dedans

Quand un changement de focale
sauve du monde bavard des hommes

Quand on se demande bien
pourquoi
on n’a pas commencé par là

Quand la montagne
déplace la Foi

Quand on hésite à frapper
au seuil de l’Inconnu

Quand on jurerait être
déjà passé par là

Quand les mots s’espacent
à mesure que le souffle s’allonge

Quand la joie se réveille
au moment où
on s’y attend le moins

Quand toute votre enfance resurgit
du simple fait d’être
monté au grenier

Quand on s’arrête
soudainement
de se croire
un monstre

Quand ça chatouille les chakras
à travers la forêt
des plaisir sensoriels

Quand tout l’éclat du monde
se concentre sur un seul point

Quand on espère très fort
que ça n’est pas une mauvaise blague

Quand bêtement
d’un coup
on ne veut plus
mourir

Quand vous n’avez
plus de tête
et que vous ne
le regrettez pas

Quand on assiste
au retour inopiné
de figures
très aimées

Quand la joie descend
jusqu’aux orteils

Quand la tentation est trop forte
bien que le panneau soit énorme

Quand ça semblerait bien
pouvoir durer toujours

Quand Ouuuiii ii i iii i i i i

Quand on n’a plus
qu’une envie

Quand il fait si bon
si doux
si tout

Quand cet élan
qui nous prend
c’est le pur Amour

[…]

(François Matton)

 

Recueil: 220 satoris mortels
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu le sens tomber dans tes veines (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2018



Illustration
    
Tu le sens tomber dans tes veines
le goutte-à-goutte
du temps
Son bruit audible accompagne
celui de ta respiration
Loin de t’alarmer
tu t’en sustentes comme d’un nectar
Preuve s’il en est que ton corps
est toujours habité
et ta raison souveraine
Le sablier se vide-t-il ?
Eh bien
il n’y a qu’à tendre la main
et le renverser

(Abdellatif Laâbi)

 

Recueil: Tribulations d’un rêveur attitré
Traduction:
Editions: La Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À LA BELLE ÉTOILE (Hwang Ji-u)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2018



 
    
À LA BELLE ÉTOILE

La lune, dans sa plénitude de lumière, pénètre dans la montagne vide
La montagne s’illumine
La lune se vide.
Montagne éclairée, lune vide.
Je ne pourrais plus regarder
Tant l’émotion me trouble.

La lune, engloutie dans l’eau,
Effleure en passant la feuille de lotus.
Vibrations des ondes
Les nuages comme des vers à soie grignotent la pleine lune,
Soudain je suis estompé.

Illusion, illusion.
Deviens simple profane.

(Hwang Ji-u)

 

Recueil: DE L’HIVER-DE-L’ARBRE AU PRINTEMPS-DE-L’ARBRE Cent poèmes
Traduction: Kim Bona
Editions: William Blake & co

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaque matin (Tania Sollogoug)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Illustration
    
Chaque matin, je m’installe près de mon baobab.
J’attends que viennent les mots.

Mon esprit se vide doucement avec le bruit de l’eau.
Et cela vient.

(Tania Sollogoug)

 

Recueil: Les babouins du baobab
Traduction:
Editions: Ecole des loisirs

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mélancolie (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2018



 

Olivier Valsecchi  i-dust-11-2009

Mélancolie.
Les corps se joignent et se vident dans le néant en éjaculant.
Les spasmes explosent aux bords des précipices.
Des gouttes de lucidité suintent de ton corps
lorsque tu en sors.

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Olivier Valsecchi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La danseuse (Mohammed Dib)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2018




    
La danseuse

Bras ballants, elle
Sous les arbres dansa.

Lui sous les arbres
Pleura. La nuit se vida.

Tempes blafardes alors,
S’éclairèrent les fenêtres.

C’est passé, dit-il.
Plus rien. Une histoire.

Sous les arbres
Ça n’allait pas recommencer.

L’enfant disait :
Non, c’est passé.

(Mohammed Dib)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans l’herbe (Emilien Chesnot)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



    

dans l’herbe
qui est-il
qui dort en moi
ce sommeil est plus petit qu’un rêve
je sens
les choses se vider
de ma présence

(Emilien Chesnot)

 

Recueil: Faiblesse d’un seul
Traduction:
Editions: Centrifuges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je rase le sol (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017



Illustration: Euan Macleod  
    
Je rase le sol sous des nuages de boue
qui font de la rue un trou
qui ne mène qu’à une autre rue.
Chaque porte est un sceau qui protège la douleur des hommes.

A chaque pas, la terre se referme
à chaque regard, le monde se vide
à chaque arrivée, la même maison m’attend sous un soleil
que je voudrais revoir de mes yeux d’enfant.

C’est seulement sur les moissons que se lève la joie,
mais elle reste prise entre les cils, loin du visage.
L’été s’est repu de briques et de toits sanglants
et la nuit mal cachée s’étrangle dans les portes.

Les murs faits du dernier regard de tant de morts
attendent un signe pour tomber sur moi.
En face d’eux, comme mes gestes sont vains,
comme ma façon de mourir sera ridicule.

Aucun chemin ne peut s’arrêter sous mes pieds
au moment où je coule en pleine terre
avec les mots d’amour que je n’ai pas franchis
quand la vie venait vers moi,
libre comme une poitrine de femme.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :