Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’écouter’

La tendresse (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018




    
Va et vient de la tendresse,
qui arrive ou se retire
comme un rêve d’enfant,
manipulant des distances
qui s’écoutent ou s’allongent
sans changer de mesure.

La rencontre et la séparation
occupent le même espace,
qui s’éveille parfois vers un coté
et parfois vers l’autre,
comme un homme dans son lit,
qu’ il soit seul ou non.

La tendresse dissout
cette ligne illusoire
qui partage les eaux
de la séparation et de la rencontre.

Près et loin n’existent pas.
La tendresse les créé
comme la mer créé la plage
avec le bord insaissable
de ses sages marées.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 12
Traduction: Fernand Verhesen
Editions: La Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson pour Fougère (Louis Aragon)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2017



Illustration: Tamara Lunginovic
    
Chanson pour Fougère

Que sais-tu des plus simples choses
Les jours sont des soleils grimés
De quoi la nuit rêvent les roses
Tous les feux s’en vont en fumée
Que sais-tu du malheur d’aimer

Je t’ai cherchée au bout des chambres
Où la lampe était allumée
Nos pas n’y sonnaient pas ensemble
Ni nos bras sur nous refermés
Que sais-tu du malheur d’aimer

Je t’ai cherchée à la fenêtre
Les parcs en vain sont parfumés
Où peux-tu où peux-tu bien être
A quoi bon vivre au mois de mai
Que sais-tu du malheur d’aimer

Que sais-tu de la longue attente
Et ne vivre qu’à te nommer
Dieu toujours même et différente
Et de toi moi seul à blâmer
Que sais-tu du malheur d’aimer

Que je m’oublie et je demeure
Comme le rameur sans ramer
Sais-tu ce qu’il est long qu’on meure
A s’écouter se consumer
Connais-tu le malheur d’aimer

(Louis Aragon)

 

Recueil: Quand on n’a que l’amour
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vallon déserté (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2017




    
Le vallon déserté
s’écoute puis s’oublie
dans la fumée d’automne

Une corneille se pose
au bout de la branche fourchue
de l’unique chêne

Son croassement frappe la rocheuse paroi
trop murée dans le silence
pour se faire encore

Écho

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un couple n’est pas fait pour s’entendre (Grégoire Lacroix)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



Un couple n’est pas fait pour s’entendre
mais pour s’écouter.

(Grégoire Lacroix)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Karen L’Hémeury

 

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’Heure Mystique (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



L’Heure Mystique

Tout se tait;
plus rien qu’un murmure.
Ce soir,
debout dans les grands blés,
j’entends s’écouter la Nature.

Quelle heure vient de s’envoler?…

Tout se tait;
plus que ce murmure.

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il y a des silences (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2017



Il y a des silences
Gros de silence.
Ils s’écoutent.

(Guillevic)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | 2 Comments »

Près du silence des étangs (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2015



Il avait seulement
Quelques mots à lui.

Il s’écoutait les dire
Près du silence des étangs.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :