Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sempiternel’

AINSI SOIT ELLE (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
AINSI SOIT ELLE

Oui, nous ferons la croix ensemble,
Et je te clouerai sur le lit
Et je mêlerai mes membres
Aux tiens, ma petite amie.

Oui, cela ferons ensemble
Et je te prendrai la main
Comme à l’enfant pour descendre
Dans le ravin.

Nous jouirons de nous surprendre
Ainsi liés, oui, c’est promis,
Et caresserons nos cendres,
Avec mépris.

Nous regarderons en face
Nos deux pauvres corps meurtris
Sans y voir malice, et fasse
Que le bon Dieu n’y soit. Ainsi

Nous pourrons tous deux survivre
A cet enfer et paradis
Ainsi nous mourrons, et vive
Après l’hiver, l’âpre fruit.

Car il faut que tout finisse
En splendeur, chemise ou non
Ah! que le jour serait triste
Sans la nuit qui dit son nom.

Le plaisir veut qu’on y pense
Un rien de plus qu’il ne vaut
Que la bête en nous dépense
Son crescendo.

A l’amour rendons les armes,
Il nous dérange si peu!
Sois tel un soldat. Les larmes
Ne sont rien qu’un coup de feu

Qu’à personne l’on destine
Sans savoir pourquoi, comment,
Dresse ton corps et calcine
Ton sempiternel tourment.

Laisse-toi souffrir, ma belle,
Moi je laisse aller mon coeur.
Ainsi le navire appelle
L’ancre. Ainsi l’âme soeur, ma soeur.

(Georges Perros)

 

Recueil: J’habite près de mon SILENCE et 27 autres poèmes
Traduction:
Editions: Finitude

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Déchiffrements d’une harmonie (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2018



    

Déchiffrements d’une harmonie
que tente une main maladroite.

Vague à l’âme. Cacophonie
du sempiternel piano
que j’écoutais, enfant,
en rêvant… de je ne sais quoi,

d’une chose qui ne venait pas,
de tout ce qui déjà s’en est allé.

(Antonio Machado)

 

Recueil: Champs de Castille précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi de Poésies de la guerre
Traduction: Sylvie Léger et Bernard Sesé
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ll rayonnait (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



 


    
ll rayonnait hors de l’espace, — dans le Temps.

On ne pouvait le voir qu’en fermant les paupières.

On y entrait par un dédale de souvenirs.

On en sortait béants sur l’abîme futur…

C’était cet astre fou ce monstre irradiant,
ce puits sempiternel d’horreur et de chaleur
qui hurle dans le ciel au milieu de sa meute,
cet énorme et cruel démon, — dont le souci
est la croissance des jacinthes.

(Jean Tardieu)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Suis née (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



    

Suis née, vis
par « et », plus « et »

enfant et mûre et vieille,
éveillée et dormant,
écrivant, voyageant,

j’attends le zéro « et »

dispersée, alors,
sans avoir découvert
ce que j’ajoutais
à quoi j’ajoutais

qui à quoi rendit
ce « et » sempiternel, à la fin rabouté au néant.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EXERCICE SPIRITUEL PARFAITEMENT INUTILE (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2016



EXERCICE SPIRITUEL PARFAITEMENT INUTILE

Encore une fois le poème !
On me hèle ! Je suis sommé !
On tire sur moi des sommets !
A feu et à sang mon coeur blême !
O, joie d’être enfin concerné !
O, douleur d’être encor le même
Quand se dissipe la fumée
D’une artillerie trop lointaine,
Intact, le cerveau rouge à peine
De l’écume d’une pensée…

Le poème, une fois encore !
L’envie de dire qui clapote
Dans la citerne de mon corps !
Quoi ? Je ne sais ; non plus l’aorte
Le caillot qu’elle mène au port.
Mais déjà des mots se marient
Que j’entends mal : bonheur, remords,
Qui refont à neuf un décor
D’oiseaux lâchés, de fruits qu’on mord
Sur un arrière-plan d’orties :

C’est moi qui parle ; il le faut bien
Pour que soient vraies ces parodies !
Et l’espoir est de la partie
Comme un peu de vent qui s’en vient
Secouer l’épaule des choses.
Mais qu’ai-je fait de mon envie
D’être à jamais remis en cause,
Brisé le cocon de ma vie,
Déchirée la photographie
Anonyme de mon hypnose ?

Encore une fois le poème,
Traînant ses béquilles de ciel !
Mais la matrone du langage,
Soûle et sale, et son diadème
Et ses blasons sempiternels,
Le suit pas à pas sur la plage
En écrasant du pied les forts
Dérisoires qu’il laisse en gage ;
Dans la soupente du réel
Il va falloir lutter à mort.

Hélas ! c’est un matin pareil
Aux autres ! La presse est muette ;
Ce n’est pas encor le réveil
De l’Homme ! Le premier soleil !
Non plus sa fin, la terre en tête,
Le grincement d’un tombereau
Pour la dernière fois du monde
Et la bouche qui se débonde
Pour parler silence aux oiseaux
Que le sang jette à nos carreaux

Rien n’a changé ; le trou livide
Qui bâille au fond de ton regard
Attend toujours, ex-voto vide,
Tes dédicaces de hasard.
Parce qu’un coup de vent te ride,
Eau-morte en ta châsse putride,
Parce que tu as fait germer
Le noyau pourri du langage
Dans les caves de ta pensée,
Qu’allais-tu donc imaginer ?

Tu es homme tu es le pire
Des exils en ton propre empire ;
Quand sur toi tu crois te pencher,
C’est aux choses que tu te mires
Et tu te demeures caché.
Car en toi-même tu es pris
Comme un navire dans les glaces
Qui rumineront sa carcasse
Jusqu’à ce qu’il rende l’esprit ;
Rien qu’une bulle à la surface…

(Jean Rousselot)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Un jour (Boris Vian)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2015



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un jour
Il y aura autre chose que le jour
Une chose plus franche, que l’on appellera le Jodel
Une encore, translucide comme l’arcanson
Que l’on s’enchâssera dans l’oeil d’un geste élégant
Il y aura l’auraille, plus cruel
Le volutin, plus dégagé
Le comble, moins sempiternel
Le baouf, toujours enneigé
Il y aura le chalamondre
L’ivrunini, le baroïque
Et tout un planté d’analognes
Les heures seront différentes
Pas pareilles, sans résultat
Inutile de fixer maintenant
Le détail précis de tout ça
Une certitude subsiste : un jour
Il y aura autre chose que le jour

(Boris Vian)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »