Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’engouffrer’

QUEL EST CET, HOMME? (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017




    
QUEL EST CET, HOMME?

Surpris par ma propre présence,
souvent me vint le haut-le-corps
d’un criminel pris sur le fait
sur les fumées de son forfait
sur les yeux blancs d’un autre mort.
J’étais pourtant dans l’innocence
je traversais une forêt
pareille aux foules du dimanche
ou j’écoutais vivre une rue
à la recherche du silence
ou je comptais les choses vues,
mes pavés mes pas mes étoiles
ou les feuilles que j’ai connues.
« Beau petit saint les mains si blanches
« l’air si bon si droit si discret,
« halte!… »
— « Qui parle? Qui m’arrête?
« Qui?… »
Lentement très lentement
je me détourne et tout à coup
je regarde :
Il n’y a personne!

Cette absence a les yeux des arbres
une figure creuse et haute
où s’engouffre toute la vie
étrangère à ce que je fus.

(Jean Tardieu)

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Toutes mes blessures (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Elizaveta Porodina    
    
Toutes mes blessures,
légères ou profondes,
sont des portes
où s’engouffre le monde

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le chant du Minotaure (Roland Dauxois)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Le chant du Minotaure

Ici habite toujours le Minotaure

Ce labyrinthe n’est pas
une figure,
pas même un symbole,
ni une mise en scène
il est la réalité éprouvée,
la réalité révélée,
le piège réel
dans lequel s’engouffre l’homme
au cœur battant.
Lieu de tous les prodiges,
de toutes les pertes,
de toutes les alliances,
ce lieu d’où la raison ne peut fuir
sans compromettre la beauté de ses ailes.

(Roland Dauxois)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos visages (Maurice Benhamou)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



    

Nos visages
entre les deux mains de l’obscur

se tournent
vers l’inexplorable.

Le regard s’agrandit
de tout l’espace de la nuit

ou bien dans sa vacance
la nuit s’engouffre-t-elle ?

(Maurice Benhamou)

 

Recueil: Tréfonds du Temps
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si un volet grince (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2017



    

Si un volet grince le matin
c’est généralement que tout un paysage
cherche en gémissant à s’engouffrer
dans l’étroite et parfaite voracité
de deux yeux

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Alors je t’ai vue (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2017



Illustration: Yuri Pysar
    
Alors je t’ai vue —
Dans un flot de lumière,
la chambre comme une fleur fermée
soudain éclose s’est mise à briller,
des rubans de lumière volaient tout autour.

J’étais immobile et la tête vide,
tu as regardé et le vent
s’est engouffré dans ma tête,
comme il se lâche l’été
sur un vaste, vaste champ,
dans un vaste pays ouvert —

j’étais alors dans cette chambre
cette chambre rouge ponctuée d’or
dans la chambre rouge,
où elle se tenait alors
avec son corps de verre
si transparent, si léger,
ensemble pour toujours
en moi qui l’ai vue
dans ce jour rouge or blanc clair.

Il ne me reste qu’à frémir
me dissoudre
dans des mots afin qu’il ne reste rien
que sa lumière.

(Herman Gorter)

 

Recueil: Poètes néerlandais de la modernité
Traduction: Saskia Deluy
Editions: Le Temps des Cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu te heurtes (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2017



Illustration
    

Si tu te heurtes aux murs de chair
Si tes mots sombrent avant de naître
Que ton sang agrippe tes os
Que ton œil perd sentier

Éveille en toi l’autre regard !

Celui qui transgresse le monde
Et distance le temps singulier

Dans le goulot des jours
Quand s’engouffre la pénombre
Ameute l’autre regard !

Sa lueur te cherchait.

(Andrée Chedid)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chant des singes (Yuan Kie)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2017



Le chant des rames

Sur mille lieues, les forêts de platanes
s’engouffrent dans la brume et la pluie.
Matin et soir, l’on entend crier les singes.
Posant mes rames, je m’applique à traduire leur chant.
Il est pareil à la musique des monts et des nuages de la haute antiquité.

(Yuan Kie)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le Poète (René-Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2017



Le Poète

Celui qui s’en allait
Celui qu’on retrouvait tous les soirs sur les quais
Dans les désordres du langage
Celui qui n’avait plus que sa joie pour bagage
Et dont l’astre brûlait les registres du port
Celui qui s’engouffrait dans les voiles du sort

Tournant vers le matin ses paumes lumineuses
Celui se se gardait une fin bienheureuse
En répondant au nom de tous les condamnés
Il est là maintenant
Son coeur est désarmé
Tandis que le soleil encombre les vitrines
Il sort de longs couteaux rouillés de sa poitrine

Penché sur l’horizon réduit du bastingage
Il regarde
Il n’a plus les ferveurs de son âge
Il ne renverse plus le monde en se levant
Tout est loin dans la rogue épaisse du levant

Pour retrouver l’éclat des santés
La jeunesse
Et le grand large avec ses marées de tendresse
La bonne odeur du jour
Il tend les bras
Il est certain de son amour.

(René-Guy Cadou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

N’attends pas plus longtemps (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2017



N’attends pas plus longtemps.

Si tu ne saisis pas le poème
Aussitôt qu’il exige,

Peut-être
Il se détruira

Ou s’engouffrera dans un monde,
A combien de dimensions?

(Guillevic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :